adens

ADENS

(a-dan) adv.
À plat ventre. Il était tombé d'un arbre ; je l'ai trouvé par terre adens : phrase d'un paysan des environs de Paris. Ce mot, un des plus anciens de la langue, rend ce que nous n'exprimons que par une phrase ; usité encore dans le peuple, il pourrait peut-être rentrer dans l'usage. Il y avait dans l'ancien français adenter, coucher sur le ventre, s'adenter, se coucher sur le ventre, tous mots excellents et qu'il est bien dommage de voir perdus.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    L'uns gist sur l'autre et envers et adenz [, Rol. 123]
  • XIIe s.
    [Il] couche s'adenz, durement s'umelie [, Roncisv. p. 55]
    Li quens Rolans se geut [gît] adens au pré [, ib. p. 104]
  • XIIIe s.
    Sur la fontaine, tout adens, Se mist lors pour boirre dedens [, la Rose, 1489]
    Tu commenceras à fremir, à tressaillir, à demener ; Sor costé t'estoura torner, Une heure envers, une heure adens, Com fait hons qui a mal as dens [, ib. 2443]
  • XVe s.
    Il dit qu'il a mal de teste ou de dens ; Au lict se met, puis envers, puis adens [AL. CHARTIER, Le débat des deux fortunes.]
  • XVIe s.
    L'un dessus l'autre adentez tomberont [RONS., 646]

ÉTYMOLOGIE

  • À et dent.