adjectif


Recherches associées à adjectif: adjectif possessif, adjectif qualificatif, adverbe

1. adjectif

n.m. [ du lat. adjectivum [nomen], [nom] qui s'ajoute ]
Mot variable qui qualifie ou détermine le substantif auquel il est joint : Adjectif qualificatif, démonstratif, possessif.
Adjectif verbal,
adjectif issu du participe présent du verbe.

2. adjectif, ive

ou

adjectival, e, aux

adj.
Qui a le caractère de l'adjectif : « À l'emporte-pièce » est une locution adjective.

ADJECTIF

(a-djè-ktif, kti-v')
Adj. m. Terme de grammaire. Nom que l'on joint à un substantif pour le qualifier ou le déterminer. Grand, bon, utile, sont des noms adjectifs.
Avec les deux genres : Qui tient de l'adjectif. Une forme adjective.
S. m. Heureux est un adjectif. En anglais l'adjectif est toujours indéclinable.
Les adjectifs se divisent en deux classes : les adjectifs déterminatifs ou articles, c'est-à-dire ceux qui, sans rien ajouter à la compréhension du substantif, indiquent positivement l'application du nom aux individus auxquels il peut appartenir dans la circonstance ; tels sont le, la, les, tout, aucun, etc. et les adjectifs qualificatifs ou proprement dits, ceux qui, sans déterminer, restreindre le substantif, y ajoutent une idée accessoire ; tels sont blanc, rond, etc. [JULLIEN, d'après DUMARSAIS, BEAUZÉE, et DE TRACY]
Terme de chimie. Couleur adjective, couleur qui ne peut être fixée sur une étoffe qu'à l'aide d'une autre substance.

REMARQUE

  • 1. L'accord de l'adjectif avec le substantif présente un cas qui fait difficulté. C'est celui où il se rapporte à plusieurs substantifs de différents genres. Si le dernier substantif est masculin, la chose va de soi : l'adjectif se met au pluriel masculin : Il avait sa vie et son bonheur attachés au succès. Mais si le dernier substantif est féminin, faut-il suivre la même règle ? faut-il dire Son bonheur et sa vie attachés au succès ; Il a le cœur et la bouche ouverts à vos louanges ? Ce serait la rigueur de la règle ; mais l'oreille et l'euphonie réclament, et déjà Vaugelas décide que, dans ce cas, l'adjectif doit se rapporter au dernier, c'est-à-dire être mis au féminin singulier. Vaugelas a raison ; on dira donc : Son bonheur et sa vie attachée au succès ; Il a le cœur et la bouche ouverte à vos louanges. Mais, pour que cet usage ait lieu, il faut que l'adjectif ne soit séparé par aucun verbe ; car on doit dire : Un lieu, où le temps et la peine sont bien employés ; au masculin pluriel. Cependant Bossuet a dit : Les temps, les personnes et les circonstances étaient bien différentes, Variat. 11. En somme, pour décider cette question, l'oreille doit être surtout consultée.
  • 2. Faut-il dire les cotes personnelle, mobiliaire et somptuaire, ou bien la cote personnelle, la mobiliaire, la somptuaire ? Les grammairiens se sont partagés. Évidemment, rien dans la grammaire n'empêche que les deux ne soient bons. Mais l'usage a établi une certaine différence. Le premier appartient plus au langage technique et a par conséquent quelque chose de peu élégant. Les poésies anglaise, française et italienne, ou la poésie anglaise, la française et l'italienne, les livres deuxième et quatrième de l'Énéide, ou le deuxième et le quatrième livre, se diront suivant le style dans lequel on écrira.

ÉTYMOLOGIE

  • Adjectivus, qui s'ajoute, de adjicere, ajouter, de ad, à, et jacere, jeter (voy. JET).

adjectif

ADJECTIF. adj. m. T. de Grammaire. Qui se joint aux noms pour les qualifier ou les modifier. Mot adjectif.

Il s'emploie surtout comme nom. Un adjectif verbal. L'adjectif doit s'accorder avec le nom en genre et en nombre. Un adjectif masculin. Un adjectif féminin.

adjectif


ADJECTIF, s. m. [le d, le c et l' f se prononcent: Ad-jèktif: 2e. è moy.] Il tire son nom du latin adjectus, qui signifie, ajouté, parce qu'il est ajouté au substantif, pour en exprimer quelque qualité: homme aimable, femme vertueûse. — Ce nom est subst. On dit, un adjectif masculin, un adjectif féminin; l'adjectif et le substantif doivent s'acorder en genre, en nombre et en cas. — Il est aussi adj. un nom adjectif.
   REM. I. On a souvent et long-temps agité la question: Si un adjectif se raportant à deux substantifs de différent genre, doit être mis au pluriel, et quel genre il lui faut doner, le masc. ou le fém. T. Corneille sur Vaugelas fait une distinction qui me paraît judicieûse. Si ces deux subst. sont le sujet de la phrâse; ou, comme on dit, le nominatif du verbe, l'adjectif doit être mis au pluriel et au masculin. Ses yeux et sa bouche étaient ouverts. Si ces deux subst. sont régis par le verbe, l'adjectif suit le genre et le nombre du dernier. Il avait les yeux et la bouche ouverte; la bouche et les yeux ouverts.
   II. Il y a des adjectifs, qui s'emploient substantivement.
   Que le bon soit toujours camarade du beau.
       La Font.
"Il faut sacrifier l'utile à l'honnête. — il y a, au contraire, des substantifs, qui s'emploient comme des adjectifs, comme père, Roi, maître, esclave. "Louis XIV fut toujours Roi par autorité, et père par tendresse. Wailly. "Un homme maître de ses passions, surmonte toujours l'homme esclave de ses vices. Ces substantifs sont adjectifs dans ces ocasions, parce qu'ils n'expriment que des qualités. — Enfin, il est des adjectifs qui s'emploient quelquefois adverbialement: penser juste, chanter juste, parler haut, voir clair, etc.
   III. Il y a des adjectifs qui ne peuvent guère aller seuls (sans régime): digne, incapable, il faut dire de quoi; propre, comparable, il faut dire à quoi.— Il y en a qui ne gouvernent jamais rien, et c'est le plus grand nombre. — Il y en a enfin, qui se mettent indifféremment ou avec un régime: je vis content de ma fortune; ou sans régime; je vis content. D'OLIV. On n'a à prendre conseil que de l'usage, dans une matière où le raisonnement n'entre pour rien. Id. * Il est aujourd' hui grand nombre d'Écrivains qui consultent fort peu cet arbitre souverain des langues, et qui donent aux adjectifs les régimes qui les acommodent, sans se mettre en peine si l'usage les aprouve ou non.
   IV. Régime des adjectifs. On doit apliquer aux adjectifs ce qu'on dit des verbes; qu'on ne doit pas en réunir avec le même régime deux, qui aient des régimes différens; et encore moins raprocher du régime l'adjectif qui ne le régit pas; comme dans cette phrâse: "l'esprit de conquête, passion funeste et ruineuse aux nations commerçantes. L'Auteur aurait évité en partie cette irrégularité, en plaçant funeste après ruineuse: passion ruineuse et funeste aux nations, etc. Alors du moins le faux régime de ruineuse n'aurait pas été si bien aperçu, ni si choquant. Mais pour rendre cette phrâse parfaitement régulière, il fallait doner à chaque adjectif son régime, et dire: passion si ruineuse pour les nations comerçantes, et qui leur a été si funeste.
   V. Construction des adjectifs. La place que doit ocuper l'adjectif dans la phrâse, n'est pas facile à assigner par des règles générales. La Langue Anglaise a là-dessus de l'avantage sur la nôtre, quant à la commodité de ceux qui la parlent et qui l'écrivent; mais d'autre part, elle manque de l'avantage de la variété, la construction de l'adjectif,qui se place toujours devant le substantif, étant toujours la même. — Voici quelques remarques, ou anciennes, ou nouvelles sur cet article, si embârrassant dans notre Langue.
   1°. On met après les adjectifs qui expriment la couleur; exceptez les blancs-manteaux, du blanc manger; un blanc-bec; un rouge bord; rouge-gorge, rouge-trogne; verte jeunesse, verte vieillesse, verd galand. Acad. Wailly. Voy. JAûNE. — Noir au figuré, se place aussi devant: de noirs orages. De Lille. — Ceux qui expriment la figure; table ronde, tabatière quarrée. — La saveur: herbe amère, pome aigre. — Une qualité de l'ouïe et du tact: instrument sonôre, voix harmonieuse; bois dur, chemin raboteux, corps mou. — Ceux qui expriment une sorte d'opération: Procureur actif, mot expressif, péché actuel. — Les adjectifs qui peuvent s' employer seuls, comme noms des persones: on dira donc un homme bossu, une femme boiteuse, un enfant aveugle, puisqu'on peut dire l'aveugle, le boiteux, le bossu. — N'imitez donc pas l'Auteur qui a dit: "Sénèque étoit le plus riche homme de l'Empire. On dit un homme riche, et non pas riche homme.
   2°. Les nombres ordinaux (premier, second, troisième, etc.) se placent après le subst. quand ils sont employés en citation et sans article: Livre second, chap. troisième, etc. Si le subst. a l'article, ces adjectifs numéraux peuvent suivre ou précéder: au livre troisième, ou au troisième livre, etc.
   3°. Devant les substantifs monosyllabes, les adjectifs de plusieurs syllabes font rârement bien. —
   Aux infidèles mers confier sa fortune.       De Lille.
  De vos champêtres airs répétez les plus beaux.
      Gresset.
  Mais ces droits, que sont-ils? d'imaginaires Lois.
      L. Rac.
"Les terrestres soins de cette vie. J. J. Rouss. "Ce ne sont que de très-médiocres Bourgs. Let. Édif. "Ce noble généreux et courageux Pair. M. Targe, dans la traduction de Smolet, pleine d'anglicismes. — Un adjectif masculin par la terminaison, devant un subst. monosyllabe, est encore moins suportable, comme les brûlans feux; les sacrés os, (Mascaron) le souvenir de ces affreux temps. (H. des Stuarts.) On dit pourtant de jolis airs; mais c'est une exception, et s' il y en a d'autres, elles sont en petit nombre.
   4°. Les adjectifs verbaux, qui sont des participes actifs ou passifs, se placent toujours après le substantif, dit M. de.... mais il se trompe pour les premiers: on dit, charmant Auteur, étonante nouvelle. La remarque n'est vraie que pour les seconds. "Cette inatendûe nouvelle. Dites: "cette nouvelle inatendûe. — Ménage blâmoit, avec raison, cet assuré secours, ce redouté Monarque. Il avait établi en conséquence cette règle; que, les adjectifs terminés par une voyelle masculine doivent être placés après le substantif. Mais cette règle est mal présentée, remarque fort bien M. l'Ab. d'Olivet. C'est moins à cause de leur terminaison que, assuré secours et redouté Monarque, choquent l'oreille, puisque fortuné séjour et éfronté plagiaire ne la choquent pas, quoique finissant de la même manière: c'est parce que assuré et redouté sont des adjectifs verbaux, ou des participes employés adjectivement. C'est pour cela qu'on ne peut dire, un soumis valet. Ainsi l' on dira: les énemis de la Religion les plus déclarés, et non pas les plus déclarés ennemis, comme dit le P. Charlevoix: c'est le Ministre le plus ocupé, et non pas le plus ocupé Ministre. "Manguchi étoit une des Villes les plus peuplées, et par conséquent les plus débordées du Japon; et non pas des plus peuplées, et des plus débordées Villes, etc.
   5°. Dans les exclamations, l'adjectif se plaît à marcher devant. Charmant Auteur! quelle étrange démarche! etc. mais cette règle n'est pas générale, et charmant livre sonerait mal.
   6°. Les adjectifs pluriels s'unissent ordinairement beaucoup mieux avec des subst. commençant par une voyelle, parce que l's qui termine les premiers, se lie avec plus de douceur avec les voyelles par où les autres commencent; il en est de même des adjectifs qui, même au singulier, sont terminés par une x qui se prononce comme une s. Eloquens Avocats; généreuses adresses; courageux ami; jaloux amant, etc. etc.
   7°. Les adjectifs masc., modifiant un subst. de terminaison féminine, sont mieux après que devant: astres brillans, et non pas brillans astres. Mais les adjectifs de terminaison féminine précèdent élégamment: brillante lumière, vaste champ; et non pas champ vaste, comme dit un Auteur moderne. "Quel champ vaste ne pourroit-on pas offrir au Musicien, en aprofondissant le coeur humain?
   8°. Une règle assez générale, c'est qu'un adjectif qui a un régime, ou qui est modifié par un adverbe, doit être toujours placé après le substantif. "Malheur commun à tous; Fief dépendant de ce Duché; homme fortement ocupé. — Au contraire, quand c'est le substantif qui a un régime, il faut, autant que l'usage peut le permettre, que l'adjectif précède, afin que ce régime suive le nom qui le régit: "L'incomparable Auteur de Ver-vert et de la Chartreuse, l'élégant Traducteur des Géorgiques, ou du moins on doit placer l' adjectif après le régime, et non pas après le subst. "Ce qui cause les révoltes, ....c'est la trop grande abondance d' hommes adonés à la guerre. Télém. "Une natte de jonc grossière lui servoit de lit. Ibid. — Une abondance trop grande d'hommes, une natte grossière de jonc formeraient une mauvaise construction.
   9°. Quand un même nom subst. est modifié par deux adjectifs, il ne faut pas les mettre tous les deux devant, quand ils ne sont pas liés par la conjonction et. "Le Trad. de l'Hist. d'Angl. de M. Hume n'a pas fait cette attention. "Guillaume laisse ses nouveaux jaloux sujets à la merci d'une armée insolente. "Cet aimable et courageux jeune Seigneur. Et M. Targe. "À~ former une nouvelle grande confédération. "Sa situation étoit sur une belle grande rivière. Let. Edif. — Cela est plus suportable quand on fait parler des gens du peuple. "Ma belle jeune Dame, ma chère jeune maîtresse, répondit la Jardinière. Trad. de Fielding.
   10°. C'est une autre irrégularité, quand il y a deux adjectifs, d'en placer un devant et l'autre après. Ex. "On demande quelle peut être la cause d'un si grand mouvement et si réglé. Art de penser. Il faut dire, d'un moûvement si grand et si réglé.
   11°. Quand les deux adjectifs sont liés par la conjonction et, ils peuvent tous deux être placés devant, à moins que quelqu'une des règles que nous avons donées ne s'y opôse; de sorte même que celui des deux, qui ne pourrait précéder, s'il était seul, profite de la compagnie de son voisin, qui peut, suivant l'usage, passer devant. "Son actif et infatigable génie. Moreau. "Dans la plus brillante et la plus passante Province de France. Sevigné. "Notre bone et comode compagnie s'en est allée. La même. — Actif, passante, comode, s'ils étaient seuls, ne pourraient précéder, mais dans la compagnie d'infatigable, brillante, bone, ils marchent devant sans difficulté. Voy. GRATUIT.
   12°. Quand c'est, au contraire, un seul adjectif qui modifie deux noms substantifs joints par une particule conjonctive ou disjonctive, il doit être placé après le second. St. Evremont a manqué à cette règle: "Il y a une innocence héroïque, aussi bien qu'une valeur. Dites: il y a une innocence, aussi bien qu'une valeur héroïque.
   13°. Dans le style relevé, l'adjectif peut quelquefois se placer après le verbe, et loin du substantif. "Les bergers loin de secourir le troupeau, fuyent tremblans, pour se dérober à sa fureur. Télém. "Dans la langueur qui l'acâble, ce héros hésite et balance incertain. Jér. Déliv. "Les rênes de l'Empire ne flottent plus, incertaines au gré de mille passions contraires, qui se croisent. Royou, de l'Etat Monarchique.
   L'onde autour de son corps murmuroit écumante.
       Marin. Fédéric.
  Les cruels habitans fuyant épouvantés,
  Pour long-temps de ces lieux se tiendront écartés.
      Ibid.
14°. Nous disons ici de l'Adjectif ce que nous dirons du Participe en son lieu, que quand il est à la tête de la phrâse, il convient qu'il se raporte au sujet, (au nominatif) et non pas au régime (au cas). Ainsi l'on dira de Dieu: "inaccessible à nos regards, il habite en lui-même dans l'infinité de son être, mais accessible à nos voeux, il est toujours prêt à les écouter, à les exaucer. — Les Poëtes ont peut-être le droit de faire raporter l' adjectif ainsi placé au régime du verbe: "Quoique absente il la voyoit. Télém.Présente il la déteste, absente il la regrette. Mais il faut que la netteté du sens n'en souffre point, et qu'il n' y ait ni obscurité, ni équivoque. Or, il y en a toujours, quand le régime est du même genre et au même nombre que le sujet. Ainsi, mettant dans ce vers l'adjectif au masc. on tombe dans cet inconvénient:
   Présent il le déteste, absent il le regrette.
   On ne sait si c'est il, sujet de la phrâse, ou le, qui est le régime des deux verbes, qui est présent ou absent. Et comme l'idée se présente naturellement d'attribuer l'adjectif, ainsi placé, au sujet; si l'intention du Poëte était qu'on l'attribuât au régime, le lecteur ou le spectateur prendrait le contre-pied de sa pensée. — Il y a aussi de l'embarras, quand le régime, auquel on veut faire raporter cet adjectif, ainsi placé à la tête de la phrâse, en est fort éloigné. Il y en a même souvent quand il en est proche. "Le Roi Charles II (Roi d'Angleterre) fut gouverné par elle (Mlle. de Keroual); et quoique souvent infidèle, il fut toujours maîtrisé. Volt. — Il semble que c'est Charles II qui était infidèle, et c'est de Mlle. de Keroual que parle l'Auteur.
   15°. Quand l'adjectif est régi par le verbe être, dans le style sérieux, il doit toujours être placé après. "Il est aimable, elle est douce et modeste; mais dans le style burlesque et marotique, il précède même le pron. pers. Ainsi M. de Voltaire a bien plus péché contre le goût, ou contre l'équité et la vérité, que contre la gramaire, quand il a dit des Cantiques sacrés de M. le Franc:
   Sacrés ils sont, car persone n'y touche.
   * Rem. L'adjectif ne doit pas être régi immédiatement par tout autre verbe que le verbe être. Les phrâses suivantes pèchent contre cette règle: "Somerset jugea indispensable de capituler. Me. de B. Hist. d'Angl. "Les opositions de leur caractère, leur rendirent impossible de persévérer dans cette harmonie, si essentielle au succès de leur expédition. Ibid. Il fallait dans le 1er, jugea qu'il était indispensable de capituler; et dans le 2e, furent cause qu'il leur fut impossible de persévérer, etc.
   16°. La Règle la plus générale, et que le bon sens tout seul nous dicte, c'est que, dans la construction de la phrâse, il faut placer l'adjectif de manière qu'on voie sans peine à quel nom il se raporte, et qu'il n'y ait point d'équivoque dans le sens. "S'il avoit parcouru les Histoires des Saints les plus authentiques, etc. Il semble que ce sont les Saints qui sont authentiques, et c'est à Histoires que l'Auteur aplique cet adjectif.
   * Rem. 1°. Aûtrefois on se donait plus de liberté pour la construction de l'adjectif: témoin la phrâse suivante de Balzac: "Que le Livre de M. A.... est un savant, sage et éloquent Livre!
   * 2°. depuis que nous sommes plus familiarisés avec la Langue Anglaise, un plus grand nombre de nos Écrivains imitent les Anglais dans la construction de l'adjectif. Ils le placent presque toujours devant le substantif, non-seulement dans les traductions d'ouvrages Anglais, mais dans leurs propres ouvrages. M. Linguet est remarquable entre tous ceux qui ont introduit cet usage.

Traductions

adjectif

Adjektiv, Eigenschaftswort, adjektivischadjective, adjectivalbijvoeglijk naamwoord, adjectief, bijvoeglijk, bijvoeglijknaamwoordתואר השם (ז), תֹּאַר הַשֵּׁםadjektiefadjectiuadjektiv, tillægsordεπίθετοadjektivoadjetivoadjektiiviविशेषणkata sifataggettivo形容詞adjectivumadjectivo, adjetivoadjektivsıfat, önadtính từ形容词, 形容詞adjektivприлагательное, имя прилагательноеصِفَةpřídavné jménopridjev형용사przymiotnikคำคุณศัพท์прилагателно形容詞 (adʒɛktif)
nom masculin
grammaire mot qui qualifie un nom

adjectif

[adʒɛktif] nmadjective
adjectif attribut nmpredicative adjective
adjectif épithète nmattributive adjective