adonc

ADONC

(a-don-k) adv.
En ce moment, alors.
Adonc Darius pousse sa dague, et d'aventure n'atteignit que le mage [P. L. COUR., II, 191]
Vieux.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Adonc aurez vostre guerre finie [, Roncisv. p. 28]
    Adonc florist mes cuers et mes vouloir En bone amour.... [, Coucy, VIII]
  • XIIIe s.
    Il estoit adonc quaresmes [VILLEH., 18]
    Adont tenoient Franc les Tyois [Allemands] pour amis [, Berte, V]
  • XVe s.
    Ce fut l'an de grace nostre seigneur 1326, le jour de Noel [que fut couronné Édouard III], et pouvoit avoir adonc environ seize ans [FROISS., I, I, 27]
    Il n'estoit adoncques riens dont il eust si grant crainte que de perdre son auctorité [COMM., VI, 7]
  • XVIe s.
    Les gendarmes ont jeté le sort, qui se tiroit adonc d'un chapeau ou d'un bocal [CALV., 150]
    Et si tout est confus, qui adoncques dira Les hymnes de ta gloire et ton nom benira ? [RONS., 872]
    Quand le sentiment du feu fut passé jusques à la chair vifve, adonc commencerent les bœufs à se debatre [AMYOT, Fab. 17]

ÉTYMOLOGIE

  • À et donc ; wallon, adon ; provenç. adonc ; anc. catal. adonchs ; ital. adunque.

adonc

Adonc, Alors, Tunc, comme, Adonc commença la meslée dure et cruelle, Tunc pugnare acriter coeptum est.