adorateur, trice


Recherches associées à adorateur, trice: adorer

ADORATEUR, TRICE

(a-do-ra-teur, tri-s') s. m. et f.
Celui, celle qui adore. Les Guèbres sont adorateurs du feu.
Si le monde n'attachait les hommes que par le bonheur de leur condition présente, comme il ne fait point d'heureux, il ne ferait point d'adorateurs [MASS., Dauphin.]
D'adorateurs zélés à peine un petit nombre Ose des premiers temps nous retracer une ombre [RAC., Ath. I, 1]
Celui qui a amour et respect pour.
N'étant pas en état d'en voir le faible, ils deviennent adorateurs de ce qu'ils ignorent [BOURD., Pensées, t. II, p. 200]
Et de leur chaîne antique adorateurs heureux [VOLT., Brut. I, 2]
Celui qui aime, courtise une femme.
Et je triompherai, voyant périr mes fils, De ses adorateurs et de mes ennemis [CORN., Rod. IV, 3]
.... je brûle pour Thésée ; Je l'aime, non point tel que l'ont vu les enfers, Volage adorateur de mille objets divers [RAC., Phèdr. II, 5]
Laissons là, je vous prie, les adorateurs, reprit-elle, et parlons du soleil [FONTEN., Mondes, 1er soir.]
Adj.
Je n'ai percé qu'à peine Les flots toujours nouveaux d'un peuple adorateur [RAC., Bér. I, 3]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    L'adorateur se tourne vers l'Orient, et puis se retourne devers le Dieu [AMYOT, Numa, 25]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. adoraire, adorador ; espagn. adorador ; ital. adoratore ; de adorator, de adorare, adorer. En provençal, adoraire est le nominatif, de adorétor, avec l'accent sur rá, adorador le régime, de adoratórem, avec l'accent sur tó. Dans l'ancien français, le sujet serait aorere, et le régime aoreor ; adorateur a été refait sur le latin.