adverse

adverse

adj. [ lat. adversus, qui est en face ]
Qui se trouve en opposition avec : Tromper la défense adverse
ennemi ; allié, ami : Deux groupes adverses
Partie adverse,
dans un procès, partie contre laquelle on plaide.

ADVERSE

(a-dvèr-s') adj.
Contraire, opposé. Il n'est guère usité que dans ces locutions : Fortune adverse ; Partie adverse, celle contre laquelle on discute, on plaide ; Avocat adverse, avocat qui plaide contre nous.
Quand on n'a ouï qu'une partie, on est toujours de ce côté-là ; mais l'adverse fait changer [PASC., P. Jés. 55]
Comme elle change [la fortune], adverse ou favorable, Nous changeons tous ainsi [GARN., les Juives, IV]
Chargé de tous les traits de la fortune adverse [DU RYER, Thémist. I, 1]
Ne croyant pas que son adverse partie eût des armes [VOLT., Cand. 9]
Terme d'histoire naturelle. Qui est placé à l'opposite d'une chose ou tourné vers elle.

REMARQUE

  • On pourrait étendre l'emploi du mot adverse, et dire, par exemple : Les circonstances adverses où il se trouve.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Grans sont les oz [armées] de celle gent averse [, Rol. 185]
  • XIIIe s.
    Aucun sont qui bien se presentent dedens hore de miedi, et après s'en vont de la cort sans congié ou quant lor averse partie veut pledier [BEAUMANOIR, 67]
    Et quiet [choit, tombe] en autele amende vers le segneur, comme s'averse partie seroit, s'il avoit prové s'entencion [ID., XXXIX, 19]
  • XIVe s.
    Car meilleur [chevalier] n'a de vous de ci jusqu'en Surie, Ne plus aventurant contre adverse partie [, Guesclin, 18134]
  • XVe s.
    L'evesque qui avoit esté esleu, qui estoit la partie adverse de cellui que soutenoit le duc de Bourgogne [COMM., IV, 1]
  • XVIe s.
    Mais si très bien nous nous esvertuerons, Que devant toi noz advers tuerons [J. MAROT, V, 18]
    Les responses impourveues de sa partie adverse le rejectent de son bransle [MONT., I, 40]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. advers ; espagn. adverso ; ital, avverso ; de adversus, de ad, contre (voy. à), et versus, tourné (voy. VERSION).

adverse

ADVERSE. adj. des deux genres. Qui est contraire, opposé. Il n'est usité que dans ces locutions : Fortune adverse, Fortune contraire, défavorable. En termes de Palais, La partie adverse, La personne contre qui l'on plaide; et L'avocat adverse, L'avocat qui plaide pour la partie adverse.

adverse


ADVERSE, adj. fém. [Advèrce; 2e è ouvert et bref, 3e e muet.] Il ne se dit qu'avec partie et fortune, et se place toujours après, du moins en prôse. L'Ab. Collin dit: l'adverse partie; et Racine, dans les Plaideurs:
   Vous voyez devant vous mon adverse partie.
Cela est plus pardonable au Poëte qu'au Prosateur, et n'est à imiter dans aucun des deux. — Voltaire a dit aussi: "Ne croyant pas que son adverse partie eût des armes, il se jette sur lui. — Rousseau a dit l'adverse fortune. —
   Jamais l'adverse fortune,
   Ma surveillante importune,
   Ne parut plus loin de moi.
   Mr. Portalis, Avocat fameux au Parlement de Provence, et qui parle et écrit mieux qu'on ne le fait communément dans ces Provinces, dit: dans le systême adverse, pour, dans le systême de la partie adverse. Je crois qu'on ne doit pas le dire, même au Palais. — Partie adverse ne se dit qu'en style de pratique. Acad.

Synonymes et Contraires

adverse

adjectif adverse
Littéraire. Qui s'oppose à.
Traductions

adverse

מנוגד (ת)adverse, opposingمُعَارِضٌ لِprotichůdnýmodsatgegnerischαντιθετικόςcontrariovastustavaprotivanopposto反対する반대하는tegenovergesteldmotstridendeprzeciwstawnyantagónico, antagônicoпротивостоящийmotståendeซึ่งต่อต้านkarşı çıkantrái ngược相反的反對 (advɛʀs)
adjectif
à qui l'on s'oppose l'équipe adverse

adverse

[advɛʀs] adj [circonstances] → adverse