affable

affable

adj. [ lat. affabilis, d'un abord facile ]
Qui manifeste de la politesse, de la bienveillance : Une personne affable
accueillant, aimable ; bourru, revêche : Elle a toujours été affable avec ou à l'égard de tous. Des paroles affables

AFFABLE

(a-fa-bl') adj.
Qui a de l'affabilité.
On affecte une certaine modestie extérieure ; on est honnête, prévenant, affable [BOURD., Pensées, t. II, p. 106]
Doux, humbles, patients, affables à tout le monde, et ne cherchant à l'égard de tout le monde que les sujets de faire plaisir et d'obliger [ID., ib. t. I, p. 197]
Libéral, intrépide, affable et sans orgueil [CORN., Sert. II, 2]
Lui, parmi ces transports, affable et sans orgueil, à l'un tendait la main, flattait l'autre de l'œil [RAC., Ath. V, 1]
Affable à tous avec dignité, elle savait estimer les uns sans fâcher les autres [BOSSUET, duch. d'Orl.]
L'extérieur paraît affable, ce qui fait quelque montre de modestie [ID., Pensées chrét. 22]
Pris substantivement.
[Il] doit mêler à propos l'affable et le sévère [ROTROU, Vencesl. I, 1]

REMARQUE

  • Bouhours, Nouvelles Rem. dit, au sujet de affable et affabilité : " Ces deux mots ne plaisaient point à M. Patru. Ils sont françois, me dit-il un jour, mais laissons-les dire aux autres. Racine s'est servi d'affable, qu'on trouve aussi dans l'Oraison de la Dauphine : Applaudie de tous, mais affable et civile à tous. M. l'abbé Reynier se sert de ces deux mots. Il ne faut pas, après cela, s'arrêter à l'antipathie de M. Patru. " De son côté, Caillières disait, en 1690 : " Affable n'est plus guère dans le commerce des gens du monde ; honnête a pris sa place, de même que honnêteté a pris la place d'affabilité. "
  • Ces deux mots sont en plein usage aujourd'hui ; ils remontent jusqu'au XIVe siècle.

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Celui qui le fait selon ce qu'il convient et appartient, il peut estre appellé amiable ou affable ou agreable [ORESME, Eth. 50]

ÉTYMOLOGIE

  • Affabilis, de ad, à, et fari, parler (voy. FABLE).

affable

AFFABLE. adj. des deux genres. Qui a de l'affabilité. C'est un homme extrêmement affable. Il est d'un caractère doux et affable. On dit aussi Des manières affables.

affable

Affable, Affabilis.

affable


AFFABLE, adj. [On pourrait aussi écrire comme on prononce afable; 2e dout. elle est brève si ce mot est dans le cours de la phrâse, longue s'il la termine, 3e e muet.] Qui reçoit et écoute avec bonté ceux qui ont affaire à lui. — Il se dit, ou tout seul: "c'est un homme fort affable; il est d'un caractère doux et affable; ou avec les prép. à ou envers: "Il est affable à tout le monde, ou envers tout le monde. "Affable à tous, avec dignité, elle savoit estimer les uns sans fâcher les aûtres. Voyez HONNêTE. — L'Acad. ne met point d'exemple de ce régime.
   Rem. Il y a des antipathies pour les mots, comme pour les persones. Patru, un des plus délicats puristes de son temps, avait de la peine à souffrir affable: il le laissoit dire aux autres; et ne le disoit jamais. Bouhours.
   AFFABLE peut précéder ou suivre au goût de l'Orateur ou du Poëte: c'est à l'oreille à en décider; mais il suit ordinairement, surtout dans le discours familier. Affable Prince seroit dur; affable homme insuportable.

Traductions

affable

freundlich, leutselig, entgegenkommend, liebenswürtig, nett, umgänglichaffable, friendly, kind, good‐natured, bland, suave, accessible, benign, civil, complaisant, condescending, courteous, kindly, mild, pleasantvriendelijk, aardig, lief, voorkomend, zoet, hoffelijk, vlot, innemend, beminnelijkחברתי (ת), מסביר פנים (ת), נוח לבריאות (ת), מַסְבִּיר פָּנִיםvriendelikafable, amableflink, venligαγαθόςafablaafable, amableystävällinenkedves, nyájasbaikvænn, vingjarnlegurcortese, gradevole, amichevole, benevole, carino, grazioso, affabile, benevolocomis, lepidusvennliguprzejmyafável, amável, bondoso, gentil, lhanosnäll, vänlig (afabl)
adjectif
poli et accueillant

affable

[afabl] adjaffable