affainéanti, ie

AFFAINÉANTI, IE

(a-fè-né-an-ti, tie) part. passé et adj.
Devenu fainéant.
Ils parlaient dans ces lettres en vrais étourdis, et y traitaient le roi [Louis XIV] de gentilhomme campagnard affainéanti auprès de sa vieille femme [M. L. M. D. L. F., Mémoires, p. 261. Amsterdam, 1734]
Mot très bon et à employer.