affectation

(Mot repris de affectations)

1. affectation

n.f. [ de 1. affecter ]
1. Action de déterminer l'usage auquel sera destiné un objet : Affectation du rez-de-chaussée aux activités artisanales
attribution : Affectation des fonds à la réparation du toit de l'église
2. Désignation à une fonction, un poste : Demander une nouvelle affectation

2. affectation

n.f. [ de 2. affecter ]
Manque de sincérité dans la manière d'agir, de parler : Il y a de l'affectation dans tout ce qu'elle fait

AFFECTATION

(a-fè-kta-sion ; en poésie, de cinq syllabes) s. f.
Manière qui s'éloigne du naturel. Affectation dans la parure, dans le langage, dans le style. Sans affectation.
Il avait de l'affectation dans le port et dans les manières [HAMILT., Gramm. 6]
Ne montrez aucune affectation en quoi que ce soit [BOSSUET, Lett. Corn. 59]
On remarqua que les hérétiques le faisaient par affectation [ID., Comm.]
Que dirai-je de ces affectations de voir et d'être vues ? [FLÉCH., t. III, p. 59]
L'affectation dans le geste, dans le parler et dans les manières est souvent une suite de l'oisiveté ou de l'indifférence ; et il semble qu'un grand attachement ou de sérieuses affaires jettent l'homme dans son naturel [LA BRUY., 11]
La mignardise et l'affectation l'accompagnent [une femme coquette] dans la douleur et dans la fièvre, elle meurt parée et en rubans de couleur [ID., 3]
Imitation, faux-semblant. Affectation de douleur, de vertu. L'affectation de l'archaïsme est sensible chez cet écrivain. Il n'y a dans ce discours qu'affectation et mensonge.
La réflexion de saint Augustin est bien vraie, qu'il n'y a personne qui se pare avec plus d'affectation ni plus d'ostentation de l'apparence de la vérité et de son nom, que les docteurs du mensonge et les partisans de l'hérésie [BOURD., Pensées, t. I, p. 276]
Il a du bon et du louable, qu'il offusque par l'affectation du grand et du merveilleux [LA BRUY., 11]
Attribution, imputation. L'affectation de cette somme aux dépenses courantes. En droit canon, attribution exclusive d'une place, d'un bénéfice ou d'une prébende à certains sujets. En jurisprudence, obligation dont un héritage est chargé par hypothèque. Faculté que l'on accorde à un établissement d'industrie de prendre, à un prix modique et pendant un certain temps, les bois nécessaires à l'alimentation de cet établissement.

SYNONYME

  • AFFECTATION, AFFÉTERIE. Avoir de l'affectation ou de l'afféterie, c'est s'éloigner du naturel ; mais ce qui les distingue, c'est que affectation est un terme général qui exprime toutes les manières par lesquelles on peut s'éloigner du naturel ; tandis que l'afféterie est spécialement l'affectation des grâces. L'affectation est fausse ; l'afféterie est mignarde.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Affectation [désir] [RAB., Nouv. prol. liv. IV]
    Toute affectation, nomméement en la gayeté, est mesadvenante au courtisan [MONT., I, 192]
    Le trop d'affectation servit aux François à faire voir le but du livret [D'AUB., Hist. II, 64]

ÉTYMOLOGIE

  • Affectatio, de affectare (voy. AFFECTER).

affectation

AFFECTATION. n. f. Destination, application d'une chose à un certain usage. L'affectation d'une somme à telle dépense, d'un monument à tel usage.

Il désigne aussi l'Action de feindre ou d'exagérer certains sentiments et certaines qualités. Affectation de sensibilité, de générosité, de modestie, etc.; et par extension une Manière de parler et d'agir qui s'éloigne du naturel. Il y a de l'affectation dans tout ce qu'il fait, dans tout ce qu'il dit. Affectation marquée. Affectation de langage, dans le langage, dans le ton, dans le geste, dans les manières. Il n'y a rien de naturel en elle, elle est pleine d'affectation. On ne saurait la corriger de ses affectations. Toutes ces affectations me déplaisent.

affectation

Affectation, Affectatio, Quintil.

affectation


AFFECTATION, ou AFECTATION, s. f. [Afèkta-cion, et en vers ci-on; 2eè moy. tout bref.] Attachement vicieux à faire, ou à dire certaines chôses d'une manière singulière. Acad. Manière de parler et d'agir qui n'a rien de naturel. Trév. "Il y a de l'affectation en tout ce qu'il fait: "elle est pleine d' affectation. — Il s'emploie même au pluriel. "On ne peut la corriger de ses affectations. — Affectation de langage. L' Acad. Je crois qu'il faut dire dans le langage. Car, avec la prép. de, affectation a un autre sens, et signifie prétention à.. L'affectation de la tyrannie. — Ou dessein marqué: l'affectation de parler toujours de soi. Joint au pron. possessif à, vaut mieux: "Son affectation à paroître populaire. H. des Tud.Affectation, Afféterie. Voyez AFFECTÉ.
   * Rem. 1°. Affectation a un sens actif: il se dit de celui qui affecte, et non de celui qui est affecté. Il en est qui disent mal-à-propos, son affectation est visible, pour dire, le sentiment dont il est affecté, sa préocupation, son chagrin. C'est un barbarisme.
   * 2°. On dit, sans acception de persone: Bossuet, pour exprimer la même chôse, a dit sans affectation: "Je me contente d'être prêt à exposer mes sentimens, sans affectation de qui que ce soit. L'expression pèche contre l'usage et l'analogie. Affecter ne se dit pas des persones. Affectation ne doit donc pas leur être apliqué.

Synonymes et Contraires

affectation

nom féminin affectation
1.  Destination à un usage déterminé.
désaffectation.
2.  Action d'assigner un poste.

affectation

nom féminin affectation
Traductions

affectation

(afɛktasjɔ̃)
nom féminin
1. fait de désigner qqn à un poste, à une fonction demander son affectation à l'étranger
2. fait de destiner qqch à un usage particulier l'affectation d'une somme d'argent à un organisme

affectation

Gezier, Geschraubtheitaffectation, pose, assignmentaanstellerij, gemaaktheid, onnatuurlijkheid, aanstelling, benoeming, bestemming, toewijzingאיוש (ז), גינוני חן (ז״ר), העמדת פנים (נ), הצבה (נ), התחנחנות (נ), ייעוד (ז), מלאכותיות (נ), שיבוץ (ז), אִיּוּשׁ, הַצָּבָה, מְלָאכוּתִיּוּתerogazione, riordino (afɛktasjɔ̃)
nom féminin
manque de simplicité parler avec affectation

affectation

[afɛktasjɔ̃] nf
[ressources, locaux] → allocation; [personnel] → appointment; [diplomate] → posting; [coefficient, numéro] → assignment
(attitude affectée)affectedness