aguets

aguets

n.m. pl. [ de agaitier, forme anc. de guetter ]
Aux aguets,
qui est sur ses gardes et observe pour surprendre ou n'être pas surpris : Chat qui reste aux aguets près d'une touffe d'herbe à l'affût

AGUETS

(a-ghè) s. m. plur.
Embuscade. Être aux aguets, se tenir aux aguets, épier pour surprendre ou pour éviter d'être surpris.
Elles sont souvent aux aguets et aux embûches [BALZ., 4e disc. sur la Cour.]
Notre cagot s'était mis aux aguets [LA FONT., Herm.]
Que l'innocent ne tombe aux aguets du méchant [RÉGNIER, Sat. II]
Au sing.
Quand l'aguet d'un pirate arrêta leur voyage [MALH., I, 4]
D'aguet, loc. adv.
Je me tapis d'aguet derrière une muraille [RÉGNIER, Sat. X]
.... le laissant d'aguet, j'eusse pu faire gile [ID., Sat. VIII]
Je passe outre d'aguet sans en faire semblant [ID., Sat. X]
Feignant de m'en aller, d'aguet je me retourne [ID., Sat. XII]

REMARQUE

  • L'Académie ne donne aguets que dans les locutions comme : se tenir aux aguets, être aux aguets, mettre aux aguets ; mais on pourrait le dégager de cette chaîne et le remettre dans la circulation, non-seulement au pluriel, mais aussi, comme Malherbe, au singulier, et dire les aguets de la fraude, l'aguet avait été dressé.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Lors chevalchierent droitement à Soissons, Lor agait metent dedens un val parfunt [, Raoul de C. 230]
  • XIIIe s.
    Dont se parti par nuit de Constantinoble à grant plenté de son ost, et se mist en un aguet où cil devoient venir [VILLEH., XCIX.]
    Quant Salehedin vit que sa premiere esciele se desconfissoit, si en fu moult coureciés et manda son aguait qu'il avoit repus [caché], et se ferirent tout à un es os [dans les camps] [, Chr. de Rains. 26]
    Qu'il ne face riens, ne ne die Qui ja puist aguet resembler [, la Rose, 21719]
    Murdres, si est quant aucuns tue ou fet tuer autrui en agait apensé [avec préméditation] puis soleil couquant dusqu'à soleil levant [BEAUMANOIR, XXX, 3]
  • XIVe s.
    Et pour celui qui fait mal par aguet cuide bien que celui à qui il le fait souffre injuste [ORESME, Eth. 159]
    En la dite mellée qui estoit meue chaleureusement et sans aguet [DU CANGE, aventurerius.]
  • XVe s.
    Retraiez vous, regart mal avisé ; Vous cuidez bien que nulluy ne vous voie ; Certes, aguet par tous lieux vous convoye Privéement, en habit desguisé [CH. D'ORL., Rondel. 40]
    Si se doit le prince contenir en telle maniere qu'on ne cuide mie qu'il vueille partir pour fuyr, mais qu'il vueille appareillier son agait [prendre position] [CHRIST. DE PISAN, Charles V, II, ch. 33]
    Le vaillant mareschal par son sens et par son aguet leur estoit sur le col avant que ils s'en donnassent de garde [, Bouciq. I, ch. 23]
    Et se mirent et establirent en trois aguets, afin que cils ne leur pussent mie eschapper [FROISS., I, I, 108]
  • XVIe s.
    Il la fault tendre [l'âme] et roidir d'aguet [par une forte volonté] [MONT., II, 126]
    Il fault au mariage des fondemens plus solides et plus constans, et y marcher d'aguet [ID., III, 319]
    À l'heure qu'il vit ce singe en aguet, il commença à se mettre ce tranchet contre la gorge [DESPER., Contes, XX]
    Le frere ores ne craint rien Que les aguets de son frere [YVER, p. 526]
    Il avoit mis aguets par les passages, pour surprendre lesdits seigneurs [M. DU BELL., 482]
    Romulus a esté soupçonné d'avoir par aguet fait mourir Tatius [AMYOT, Numa, 9]
    Quoy faict, il se remeit in continent à poursuivre son ennemy à la trace, lequel lui dressa plusieurs aguets et embusches, mais jamais il ne donna dedans pas une [ID., Marcel. 40]
    Il est plus vraysemblable que Ctesias ait sceu certainement le temps auquel elle executa son aguet et sa trahison [ID., Artax. 7]

ÉTYMOLOGIE

  • À et guet ; wallon awâd ; awât ; provenç. agach, aguag, aguait, agah, agaze ; cat. aguayt ; ital. agato, agguato.
Traductions

aguets

(ozagɛ)
adverbe
surveiller avec attention

aguets

[agɛ]
aux aguets adj
être aux aguets → to be on the look-out