aile

aile

n.f. [ lat. ala ]
1. Membre mobile assurant le vol, chez les oiseaux, les chauves-souris, les insectes : L'aigle déploie ses ailes.
2. Morceau de volaille cuite comprenant tout le membre qui constitue l'aile : Manger une aile de poulet.
3. Chacun des principaux plans de sustentation d'un avion.
4. Ce qui occupe une position latérale par rapport à une partie centrale : L'aile droite d'un château. Les ailes du nez. Attaquer une armée sur son aile gauche
5. Partie de la carrosserie d'une automobile qui recouvre la roue.
6. Chacun des châssis mobiles garnis de toile qui entraînent le mécanisme d'un moulin à vent.
7. Extrémité latérale de la ligne d'attaque d'une équipe de football, de rugby, etc.
Aile libre,
engin servant au vol libre et constitué essentiellement d'une carcasse légère tendue d'une voilure et d'un harnais auquel on se suspend.
Avoir des ailes,
se sentir léger, insouciant ; se mouvoir facilement.
Battre de l'aile,
être en difficulté ; aller mal : Entreprise qui bat de l'aile
qui périclite
Voler de ses propres ailes,
agir seul, sans l'aide d'autrui.

AILE

(è-l') s. f.
Membre qui sert aux oiseaux à voler. On donne aussi ce nom aux parties à l'aide desquelles beaucoup d'insectes et quelques mammifères se soutiennent dans l'air. Les ailes des chauves-souris sont membraneuses. Poétiquement.
Iris volant d'une aile légère [FÉN., Tél. XVI]
Fig. et poétique. Les ailes des zéphyrs.
Sur les ailes du temps la tristesse s'envole [LA FONT., Fab. VI, 21]
Mon esprit diminue, au lieu qu'à chaque instant On aperçoit le vôtre aller en augmentant : Il ne va pas, il court, il semble avoir des ailes [ID., ib. XII, 1]
Dieu que la lumière environne, Qui voles sur l'aile des vents [RAC., Esth. I, 5]
Si nous montons sur les ailes des vents.... [MASS., Temples.]
On a beau être porté sur les ailes de la fortune au-dessus de tous les autres [MASS., Malh.]
L'aimant, de nos vaisseaux seul dirigeant les ailes [A. CHÉN., 6]
Ne donnons pas à l'hymen les ailes de l'amour [CHATEAUB., Génie, I, I, 10]
Viens, mon coursier.... Prête sous moi des ailes à la mort [BÉRANG., Ch. du Cosaque.]
L'automne accourt et sur son aile humide M'apporte encor de nouvelles douleurs [ID., Voy. imaginaire]
On ne vole point des mêmes ailes pour sa fortune, que l'on fait pour des choses frivoles et de fantaisie [LABRUY., 4]
Locutions diverses. Le mal a des ailes, il arrive promptement. La peur donne des ailes, elle précipite la marche du plus lent. Familièrement. Battre de l'aile, être mal à son aise. Ne battre que d'une aile, être déchu de son premier état, ne plus jouir de la même considération. En avoir dans l'aile, être atteint d'une maladie grave, d'une disgrâce imprévue, et aussi être amoureux.
Pour quelque belle, Mon doucereux neveu, vous en avez dans l'aile [MONTFLEURY, Fille capt. I, 9]
Tirer une plume de l'aile à quelqu'un, lui arracher une concession, en obtenir un sacrifice. Rogner les ailes à quelqu'un, retrancher ses profits, son autorité, ses moyens d'action.
Votre intendant qui m'a rogné les ailes [MOL., l'Avare, V, 2]
Voler de ses propres ailes, être en état de se passer d'aide. Vouloir voler sans avoir des ailes, entreprendre une chose au - dessus de ses forces. C'est la plus belle plume de son aile, c'est le plus clair de son revenu, sa plus belle prérogative, etc. Tirer pied ou aile d'une chose, en tirer un profit, un avantage, si médiocre qu'il soit.
Tous les gens de quelque considération qui avaient eu des places dans les conseils en tirèrent pied ou aile [SAINT-SIMON, 520, 153]
Il n'est fils de bonne mère qui n'abandonne tout pour être présenté, avec l'espoir fondé d'emporter pied ou aile, comme on dit, du budget [P. L. COUR., I, 205]
Fig. Protection. Être sous l'aile de sa mère, sous sa surveillance, sous sa protection.
Les moments que les frères et les sœurs passent réunis sous l'aile de leurs vieux parents [CHATEAUB., René, 204]
Sa mère encor la tenait sous son aile [LA FONT., Aveux.]
L'Église nous a tenus sous ses ailes comme des petits qu'elle enfantait [MASS., Résurr.]
L'a-t-elle tenue pour ainsi parler sous ses ailes ? [BOSSUET, Coméd.]
Pour vous mettre à couvert, jetez-vous sous l'aile de la pauvreté [ID., Serm. Sept.]
Dans le langage de l'Écriture, l'aile, les ailes du Seigneur, la protection de Dieu.
Il les met à couvert sous l'aile de sa protection [BOSSUET, II, Pass. 3]
Montrons ce jeune roi que vos mains ont sauvé, Sous l'aile du Seigneur dans le temple élevé [RAC., Athal. I, 2]
Un ange du Seigneur, sous son aile sacrée, A donc conduit vos pas et caché votre entrée ? [ID., Esth. I, 3]
Partie charnue d'une volaille, depuis le haut de l'estomac jusque sous les cuisses. Servez-moi une aile.
Fig. et par extension. Les ailes d'un moulin, les châssis garnis de toile que le vent met en mouvement et qui font tourner la meule. Le vent a cassé une aile au moulin.
Les ailes d'un édifice, les deux parties qui de chaque côté sont jointes au corps principal. Aile droite, aile gauche, doivent s'entendre non par rapport à la personne qui regarde, mais par rapport au bâtiment même. Chez les anciens, ailes d'un temple, les murs latéraux avec ou sans péristyle. Chez quelques auteurs modernes, ailes d'une église, bas côtés ou nefs latérales.
Les ailes d'une armée, d'une flotte, les deux extrémités d'une armée rangée en bataille ; l'aile droite, l'aile gauche d'une armée.
Terme de fortifications. Les côtés d'un ouvrage avancé qui tient au corps de la place.
En horlogerie, les ailes d'un pignon, les dents d'un pignon. Dans les corderies, les ailes d'un touret, les deux planchettes en croix qui servent à retenir le fil sur le touret, lorsqu'il est près d'être rempli.
10° En anatomie, les ailes du nez, les côtés extérieurs des narines.
11° En architecture, ailes de mouches, les ancres employées aux angles des coffres de cheminées de brique.
12° En fauconnerie, monter sur l'aile, se dit d'un oiseau quand il s'incline sur une aile, et qu'il s'élève par le mouvement de l'autre.
13° Bande de plomb qui sert à engager les losanges du verre dans le panneau des vitres.
14° Terme de pêche. Ailes de filet, bandes de filet qu'on ajoute aux côtés des filets en manche.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Devers l'eele del nort s'en est li bers alez, E à un pilier s'est tenuz e acostez [, Th. le Mart. 148]
  • XIIIe s.
    Cil croisa moult de peule [peuple], et s'en allerent à deus ales : li premiere ale arriva à Acre à une saint Michiel.... [, Chr. de Rains, p. 89]
    Dès eles commence à ferir Et à batre, et s'en va volant Desus un orme haut et grant [, Ren. 5442]
  • XVe s.
    Les archers sur ele et les gens d'armes au front [FROISS., II, II, 67]
    Ainsi, en eux dissimulant et boutant hors de la presse, ils s'en vinrent sur un coin de la bataille, et firent une aelle [ID., II, III, 79]
    Ce duc [d'Anjou] se tenoit communement à Paris, et supportoit dessous ses aelles ceux de Paris [ID., II, II, 135]
    Estre devroient diffamez, S'ilz ne voloient de bonne elle Vers les grands biens qui sont en elles [CH. D'ORL., Rondel. 38]
    Et voloient de si haulte aisle, que à peine on en osoit parler [JUVÉN., Charles VI, 1392]
  • XVIe s.
    Si vous souffrez qu'un oyseau de basse aelle Au nid de l'aigle aille à force loger.... [J. MAROT, V, 65]
    Dont il revint tost en vie et si sain Qu'il s'en vola battant l'une et l'autre aile [ST-GEL., 200]
    Elle vous tire à tous les coups quelque argent de sous l'aile [DESPER., Contes, X]
    La pesanteur des Parisiens donna des aeles à la paix [D'AUB., Hist. II, 119]
    Le regiment de Combelle fut le premier qui arriva en Haynaut avec quelque trouppe de noblesse, qui marcherent sous son aile [ID., ib. II, 385]
    Les ailes du nez [PARÉ, III, 2]
    Je ne le puis si peu raccointer [Plutarque], que je n'en tire cuisse ou aile [MONT., III, 355]
    On les a veu voler d'une aile si hault que.... [ID., I, 41]
  • On remarquera qu'au XVIe siècle la locution tirer pied ou aile était tirer cuisse ou aile ; ce qui se rapporte mieux à une volaille qu'on découpe.

ÉTYMOLOGIE

  • Berry, ale ; bourguig. aule ; provenç. ital. et espagn. ala ; de ala, aile. On regarde ala comme une abréviation de axla, comme tela, toile, est pour texla, et axla est le radical d'axilla (voy. AISSELLE).

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    AILE. Ajoutez :
    14° Instrument servant à dévider.
    J'ai vu à Tarare des femmes qui bobinaient leur fil avec de petites ailes en osier ; ces ailes sont à six pans ; elles sont parfaitement réglées pour l'échevette anglaise [, Enquête, Traité de comm. avec l'Anglet., t. IV, p. 248]
    15° Terme d'archéologie romaine. Nom d'une troupe de cavalerie.

AILE

(é-l') s. f.
Mauvaise orthographe d'un mot anglais qu'il faut écrire ale si l'on veut garder l'orthographe originale, et èle si l'on veut figurer la prononciation, mais non aile, ce qui le confond avec aile d'oiseau (voy. ALE).

ÉTYMOLOGIE

  • Angl. ale ; dan. et suéd. ael.

aile

AILE. n. f. Membre qui sert à certains animaux pour se soutenir en l'air et pour voler. Les ailes des oiseaux sont revêtues de plumes. Les ailes des chauves-souris sont membraneuses. Les ailes de certains insectes sont si déliées qu'elles en sont transparentes. Un oiseau qui étend les ailes, qui déploie ses ailes. Un oiseau qui vole à tire-d'aile. Un oiseau qui tire de l'aile. Les pigeons ont l'aile forte, l'aile raide. Un moineau qui bat des ailes. Un oiseau blessé qui ne bat que d'une aile. Une poule qui rassemble ses poussins sous ses ailes. Les ailes d'un moucheron. Les ailes d'un papillon. On figure ordinairement les anges avec des ailes. Les poètes et les artistes donnent des ailes à la Victoire, à la Renommée, à l'Amour, au cheval Pégase, aux Vents, au Temps, aux Heures, à Mercure, etc. Poétiquement, Sur les ailes, sur l'aile des vents, des zéphyrs. Sur les ailes du temps. Etc.

Prov. et fig., La peur donne des ailes, Elle précipite la marche, la course. Le mal a des ailes, Il arrive promptement.

Prov. et fig., Ne battre plus que d'une aile, Avoir beaucoup perdu de sa vigueur, de son crédit, de sa considération. Depuis sa maladie, il ne bat plus que d'une aile. Cette affaire est bien compromise : elle ne bat plus que d'une aile.

Prov. et fig., Il a du plomb dans l'aile. Il en a dans l'aile, se dit d'un Homme à qui il est survenu quelque altération grave dans la santé ou quelque disgrâce.

Prov. et fig., Tirer une plume de l'aile à quelqu'un, Attraper quelque chose à quelqu'un, tirer de l'argent de lui. Arracher à quelqu'un une plume de l'aile, une belle plume de l'aile, Lui ôter quelque chose de considérable, le priver de quelque emploi.

Prov. et fig., Rogner les ailes à quelqu'un, Lui retrancher de son autorité, de son crédit, de ses profits.

Prov. et fig., Vouloir voler sans avoir des ailes, Entreprendre une chose au-dessus de ses forces; et Voler de ses propres ailes, Être en état de se passer du secours d'autrui.

Prov. et fig., Tirer pied ou aile d'une chose, En tirer quelque profit de manière ou d'autre.

Prov. et fig., Cette jeune fille est encore sous l'aile de sa mère, Elle est encore sous la conduite et la surveillance de sa mère.

L'aile, les ailes du Seigneur, La protection de Dieu. Seigneur, couvrez-moi de vos ailes. Je ne craindrai rien à l'ombre de vos ailes.

AILE se dit aussi de Cette partie d'un volatile préparé pour être mangé, qui comprend l'aile proprement dite et la portion charnue du haut de l'estomac au-dessus de la cuisse. Servir une aile de perdreau, une aile de chapon, une aile de bécasse. Le haut de l'aile, le bas, le bout de l'aile. Ailes d'oie confites.

Par analogie, en termes d'Arts, Les ailes d'un moulin à vent, Les grands châssis garnis de toile qui sont mis en mouvement par le vent.

Les ailes d'une hélice, Les branches de l'hélice. Les ailes d'un aéroplane, Dispositif rappelant les ailes d'oiseau. Voyez HÉLICOPTÈRE.

Par extension, en termes d'Architecture, Les ailes d'un édifice, Les deux parties d'un édifice qui sont jointes de chaque côté au principal corps de bâtiment. Les deux ailes d'un bâtiment. Un bâtiment qui n'a qu'une aile. Aile en retour. - Les anciens appelaient Ailes d'un temple Les murs latéraux d'un temple, avec ou sans péristyle; ce qui a fait donner, par quelques auteurs modernes, le nom d'Ailes aux Bas côtés ou nefs latérales d'une église. Les ailes d'une église.

Ailes de pont, Les évasures circulaires ou à pans coupés qu'on pratique aux extrémités d'un pont pour faciliter la circulation.

Ailes de théâtre, Les côtés du théâtre où se meuvent les châssis des décors et où se tiennent les acteurs pour entrer sur la scène par la droite ou par la gauche.

Ailes de mouche, Les ancres employées aux angles des coffres de cheminées construits en briques.

En termes militaires, Les ailes d'une armée, d'une troupe, Les deux extrémités d'une armée, d'une troupe rangée en ordre de bataille. L'aile droite, l'aile gauche d'une armée, d'un bataillon. L'aile droite de la première ligne. L'aile gauche de la seconde ligne. L'aile marchante. La cavalerie qui voltigeait sur les ailes. L'aile droite était appuyée à un bois, à un village. Il commandait l'aile droite. Le général replia son aile droite, ou simplement sa droite. On dit de même L'aile gauche, l'aile droite d'une armée navale, etc.

En termes d'Anatomie, Les ailes du nez, Les deux parties du nez qui forment le côté extérieur des narines.

En termes d'Horlogerie, Les ailes d'un pignon, Les dents d'un pignon.

En termes de Corderie, Les ailes d'un touret, Les deux planchettes en croix qui servent à retenir le fil sur le touret, lorsqu'il est près d'être rempli.

En termes de Botanique, Les ailes d'une fleur papilionacée, Les deux pétales latéraux.

Ailes de pigeon, Cheveux disposés en aile de chaque côté.

En termes de Sports, AILE se dit de l'Extrémité droite ou gauche des lignes de joueurs.

ailé

AILÉ, ÉE. adj. Qui a des ailes. Des poissons ailés. Des fourmis ailées. Suivant les poètes, Pégase est un cheval ailé. Les anciens croyaient à l'existence de serpents ailés.

En termes d'Iconologie, Un foudre ailé, Symbole de la puissance et de la vitesse.

En termes de Botanique, Tige ailée, pétiole ailé, Tige, pétiole garni d'une expansion de même nature que les feuilles ou les folioles. Péricarpe ailé, Péricarpe garni d'appendices membraneux, comme celui du frêne, de l'érable. Feuilles ailées, Feuilles dont le pétiole porte de chaque côté plusieurs folioles. Feuille ailée avec impaire, ou sans impaire, c'est-à-dire Avec ou sans une foliole terminale. Les feuilles du noyer sont ailées.

aile

Aile d'oyseau, ou d'autre beste qui vole, Ala, alae.

Les ailes d'une armée, Alae, alarum. cornua. Liu. lib. 22.

Aile, ou Qui a des ailes, Alatus, Aliger.

Ayans deux ailes, Bipennis.

Qui sont és ailes d'une armée, Equites alarij.

Rongner les ailes, Detruncare alam auibus.

Battre des ailes ensemble, Concutere alas, Plaudere alis. Estre semblable aux ailes des oyseaux, Alas auium imitari. Ne battre que d'une aile. Mori.

Tirer de dessous l'aile, c'est à dire, Desrober secrettement et subtilement, Sublegere. Metaphore des poules qui couvent poussins.

Ailette, ou Ailerette, ou Aileron, hoc est, petite aile, ou bout d'aile, Extrema ala. Pinnula. Plaut. Prol. Amphitr.

Petites ailes dequoy les poissons nagent, et leur servent de pieds, Pinnae.

Ailes qu'on baille à un cheval, Cursus infraenus.

aile


AILE, s. f. [Èle, 1eè moy. 2e e muet. Ce mot se prononce comme elle, pron. pers. fém. mais il s'écrit bien différemment.] 1°. Ce qui sert aux oiseaux à voler, et à quelques insectes. = 2°. Les Peintres et les Poëtes donnent des ailes aux vents, au temps, aux heures. = 3°. Il se dit au figuré: "Fille élevée sous les ailes de sa Mère.
   Cache la sous ton aile au jour épouvantable.
       Desportes
Et son âme étendant ses ailes
Fut toute prête à s'envoler.
Malherbe.
Mais c'est abuser de la permission que de doner des ailes à l'argent, pour qu'il s'envole dans les mains des paûvres.
   Que l'or prenne en vos mains des ailes charitables.
       Roucher.
Dans le style familier et proverbial, baisser les ailes, c' est être lâs, ou ruiné, confondu. — Ne batre plus que d'une aile, ou en avoir dans l'aile, ne faire plus que de foibles efforts; avoir essuyé des revers. "L'Académie n'est point tombée; mais elle ne bat plus que d'une aile: peut-être qu'elle se remettra Leibnitz. — Rogner les ailes, tirer une plume de l'aile, diminuer le pouvoir, les apointemens, etc. — On dit aussi d'un téméraire, qu'il a voulu voler avant que d'avoir des ailes, et qu'il n'avoit pas l'aile assez forte pour aller si loin.
   4°. Par analogie, on dit les ailes d'un moulin à vent; les ailes d'un bâtiment, les deux parties d'un bâtiment qui sont jointes en retour au corps de logis; les ailes d'une Eglise, les bas côtés; les ailes d'une armée, les deux côtés d'une armée par raport au centre, au corps de bataille; l'aile droite, l'aile gauche.

ailé


AILÉ, ÉE, adj. [Élé, lé-e, 2 é fer. le 2d est long au 2d.] Qui a des ailes. Il ne se dit que de certains animaux, à qui il n'est pas ordinaire d'avoir des ailes. "Poissons ailés, serpens ailés.

Traductions

aile

Flügel, Fittich, Kotflügelwing, fender, paraglidervleugel, wiek, vlerk, zijgebouw, molenwiek, spatbord [auto], spatbordאבר (ז), אברה (נ), אגף (ז), גף (ז), כנף (נ), אֲגַף, גַּף, כָּנָףkřídloaloala, aleta, altaala, parafango翼, 羽, 翅ala, asaφτερό, πτερύγιο, φτερούγαкрылоجَنَاحvingesiipikrilo날개vingeskrzydłovingeปีกkanatcánh翅膀Крило (ɛl)
nom féminin
1. organe qui permet aux oiseaux de voler battre des ailes
2. partie allongée de chaque côté d'un avion le profil des ailes d'un avion
3. partie située au-dessus des roues d'une voiture l'aile droite
4. côté d'un bâtiment l'aile d'un château

aile

[ɛl] nf
[oiseau] → wing; [avion] → wing
ailes à géométrie variable → swing-wings
battre de l'aile (fig) → to be in a sorry state
voler de ses propres ailes → to stand on one's own two feet
[voiture] → wing (Grande-Bretagne), fender (USA)
[parti, organisation] → wing
aile gauche → left wing
aile droite → right wing
aile modérée → moderate wing
aile radicale → radical wing
[bâtiment, château] → wing
aile sud → south wing
(SPORT)wing
jouer à l'aile → to play on the wing