ais

AISAssociation Ichtyose Suisse

AIS

(ê) s. m.
Planche de bois.
Il se trouve derrière un long ais de menuiserie que porte un ouvrier [LA BRUY., 11]
L'un me heurte d'un ais dont je suis tout froissé [BOILEAU, Sat. VI]
Sur l'ais qui le soutient auprès d'un Avicenne Deux des plus forts mortels l'ébranleraient à peine [ID., Lutrin, v.]
À ces mots, il saisit un vieil infortiat, Inutile ramas de gothique écriture, Dont quatre ais mal unis formaient la couverture [ID., ib.]
Ses ais [du lutrin] demi-pourris, que l'âge a relâchés, Sont à coups de maillet unis et rapprochés [ID., ib. III]
La table où l'on servit le champêtre repas Fut d'ais non façonnés à l'aide du compas [LA FONT., Philém.]
Six douves de poinçon servaient d'ais et de barre [RÉGNIER, Satire II]
On mange sur un ais dans le carrosse [SÉV., 425]
Ce fut bien pis quand l'homme de Mayence [Gutenberg] eut imaginé de serrer entre deux ais la feuille qu'un autre fit de chiffons réduits en pâte [P. L. COUR., I, 210]
Au jeu de paume, un coup d'ais, le coup que la balle donne de volée dans un ais qui est du côté du service.
Sorte de planchette à l'usage des relieurs.
Établi sur lequel le boucher débite la viande.
Outil du fondeur en sable.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Me fet crever le cuer ou ventre Li ors vens del pertuis punais ; Miex vosisse estre sor un ais D'une privée [latrines] où me geüsse [, Ren. 17176]
    Lors veïst on celes et ceus Qui en la chambre erent adès, Hurtez as parois et as es Lor chies [têtes].... [, L'escoufle]
    Nous entendons de certein que tous les es de vostre nef sont tous eslochez [JOINV., 283]
  • XVe s.
    Et là le [le pont] trouverent-ils fort pourvu de Flamands qui le defaisoient ce qu'ils pouvoient ; et quand ils en avoient osté un ais, ils le couvroient de fiens [FROISS., II, II, 175]
    Le dessus du pont estoit couvert d'aiz seullement pour la pluye [COMM., IV, 9]
    Il se força tant, qu'il arracha l'ais percé du retrait et le repporta à son col [LOUIS XI, Nouv. LXXII]
    Deux charges de aes ou assennes [DU CANGE, aes.]
    Jehan, qui avoit sur son espaulle ung aes [ID., ib.]
  • XVIe s.
    Il rompit un ais qui estoit entre la chambre de sa maistresse et celle où il couchoit [MARG., Nouv. I]
    Je ne sçay s'il le demande [relié] en aix de bois, ou en aix de papier [carton] [DESPER., Cymbal. 74]
    Ung infini nombre d'aisses semées de poinctes.... pour la deffence d'une bresche [CARL., V, 32]

ÉTYMOLOGIE

  • Berry, ais, prononcé aisse ; espagn. exe ; portug. eixe ; ital. asse ; de assis, planche.

ais

AIS. n. m. Planche de bois. Ais de chêne, de hêtre, de sapin. Faire des ais. Scier des ais Scieur d'ais. Cloison d'ais.

Ais de bateau, Planches de chêne ou de sapin tirées des bateaux que l'on défait. Elles servent à faire des cloisons légères. Cloison d'ais de bateau.

En termes de jeu de Paume, Un coup d'ais, Le coup que la balle donne de volée dans un ais qui est du côté du service. Voilà un beau coup d'ais.

ais

Ais, Asser, Axis.

Ais scié, Tabula.

Un ais debout, comme sont ceux des cloisons, Asser arrectarius.

Ais de bois de fente, ou de sciage, une membrure, une planche, Asser, asseris, Assamenta, assamentorum.

Joindre des ais ensemble, Coassare.

Paver d'ais, Solum axibus compingere.

Petit ais, Asserculus, Axiculus, Assiculus, Assula.

Par petits ais, Assulatim.

ais


AIS, finale longue, ê ouvert. Jamais, Palais, pron. jamê, palê.

ais


AIS, s. m. [Ès, long, è moy.] Plusieurs le font mal-à-propos fém. et disent une ais, cette ais est trop longue, trop courte: il faut dire un ais, cet ais est trop long, trop court. "Il prenoit durant la nuit un peu de repos sur quelques ais revêtues (revêtus) d'une méchante peau. Vie de St. P. d' Alcantara. — Planches de bois. Faire des ais, scier des ais.