aisé

(Mot repris de aisés)

aisé, e

adj. [ de l'anc. fr. aisier, mettre à l'aise, de 1. aise ]
1. Que l'on fait sans peine : L'utilisation de ce logiciel est aisée
facile, simple ; ardu, compliqué : Ce ne sera pas chose aisée de la convaincre
2. Qui a une certaine fortune : Des familles aisées

aise

AISE. n. f. Sentiment de joie, de plaisir, causé par la présence, par la possession d'un bien. Tressaillir d'aise. Être transporté d'aise. Être ravi d'aise. Il ne se sent pas d'aise.

Il signifie aussi État commode et agréable. Être à son aise, bien à son aise. Vous êtes là bien à votre aise. Se mettre à son aise. Travailler à son aise. Je ferai cela à mon aise.

Par ellipse, À votre aise, À votre commodité quand vous voudrez.

Être à son aise, vivre à son aise, être fort à l'aise, Être dans l'abondance selon sa condition.

Être mal à son aise, Se sentir indisposé.

Fig., Mettre quelqu'un à son aise, L'encourager, empêcher qu'il n'ait de la timidité ou de l'embarras, faire qu'il soit dans un état de liberté et de familiarité. Mettre les gens à leur aise. Je le craignais, mais il m'a mis promptement à mon aise par la franchise de ses discours. Je n'osais vous parler de cela, mais vous me mettez à mon aise en m'en parlant le premier. On dit de même C'est un homme agréable et commode, avec qui on est toujours à son aise.

Fam., Se mettre à son aise signifie quelquefois Manquer aux convenances, en user avec trop de liberté, de familiarité.

Fam., N'en prendre qu'à son aise, Ne faire que ce qui plaît, sans se gêner, sans se fatiguer.

Fam., Vous en parlez bien à votre aise, se dit d'une Personne qui donne quelque conseil difficile à pratiquer et qu'elle n'est pas obligée de suivre, ou qui parle avec sang-froid des misères et des douleurs qu'elle n'éprouve pas.

Paix et aise, Une vie tranquille, sans contrainte et sans soins. Je ne demande que paix et aise. Il s'emploie aussi adverbialement. Il vit chez lui paix et aise.

AISES se dit au pluriel pour signifier les Commodités de la vie. Aimer ses aises. Chercher ses aises. Prendre ses aises. On n'a pas toutes ses aises en ce monde.

À L'AISE, loc. adv. Commodément, sans peine. On est fort à l'aise dans ce fauteuil. Il tient six personnes à l'aise dans cette voiture. Cette ville n'est pas éloignée, on y va à l'aise dans un jour. On dit aussi figurément, Être à l'aise dans un sujet, devant un public, etc.

On dit aussi, ironiquement, À votre aise, au sens de : Comme il vous plaira.

AISE s'emploie aussi comme adjectif et signifie Qui ressent de la joie. Que je suis aise de vous avoir rencontré! Je suis bien aise de vous voir en bonne santé. J'en suis très aise. J'en suis aise au dernier point. Que je suis aise de cette nouvelle! Nous en sommes bien aises. Elle en est fort aise. Elle est tout aise et tout heureuse d'avoir trouvé ce mari-là.

aisé

AISÉ, ÉE. adj. Qui se fait avec aise. Cela est aisé, bien aisé. C'est une chose aisée. Il n'y a rien de si aisé. Des moyens courts et aisés. Voilà le chemin le plus aisé. Une chose aisée à faire. Cela est aisé à trouver. Cela n'était pas aisé à trouver. Cet enfant est aisé à gouverner. Une lettre qui n'est pas aisée à lire. Il n'est pas aisé de bien écrire. Il est aisé de voir que cela le contrarie.

Cela vous est bien aisé à dire, Manière de parler qu'on emploie familièrement lorsqu'un homme donne quelque conseil difficile à pratiquer et qu'il n'est pas obligé de suivre.

Cet homme est aisé à vivre, Il est d'un commerce facile et doux.

Un habit aisé, des souliers aisés, Un habit, des souliers qu'on met facilement, où l'on est à l'aise. Ces souliers sont trop aisés, Ils sont trop larges, ils ne serrent pas assez le pied.

Une morale, une dévotion aisée, Une morale, une dévotion relâchée.

Avoir les manières aisées, Avoir des manières d'agir faciles, où il n'y a rien de contraint, rien de gêné. Avoir la conversation aisée, Avoir une conversation facile et agréable. Avoir l'esprit aisé, Imaginer, concevoir, s'expliquer facilement. Avoir un style aisé, Écrire d'une manière naturelle, claire, qui semble n'avoir point donné de peine. Des vers aisés, Des vers qui paraissent faits sans peine, qui ne sentent point le travail. On dit plus ordinairement Des vers faciles.

Une taille aisée, Une taille libre, dégagée. On dit dans le même sens Un air aisé.

AISÉ signifie encore Qui vit à l'aise. Un bourgeois aisé. C'est un homme aisé, fort aisé. Il est aisé dans ses affaires.

aise

Aise, Voluptas, Semble qu'il vienne de iasis, id est, sanitas, primis literis transpositis. Hinc dicimus de eo qui non est plane sanus, Il est mal à son aise, Il est en mal aise, Il n'est point à son aise. Ou de aisios, Prosper, Fortunatus.

Estre fort aise en son mesnage, Facile agere.

J'en suis bien aise, Bene factum.

J'en suis bien aise et sans fascherie, Bene mihi est.

Dequoy je suis bien aise, Me perlubente.

Qui est à son aise, Otiosus.

Estre assis à son aise, Placide accubare.

Tu es à ton aise, Bene tibi est.

Nous sommes un peu plus à nostre aise, Nos commodius agimus.

Mettre à l'aise, Otium facere.

Il prend ses aises, Indulget genio.

Se tenir bien aise, Procurare se. B. ex Plaut.

Vivre à son aise, Bene viuere atque fortunate.

Je vis plus à mon aise, Viuo facilius.

Pourveu que à ton aise, ou bonnement tu le puisses faire, Quod commode facere possis.

Ne te fay-je pas bien aise? Ecquid beo te? B. ex Terent.

aise


AISE, pénult. longue, è moy. [Èze.] Braise, fournaise, qu'il plaise, etc. D'OLIV.

aise


AISE, s. f. [Èze, 1re. è moy. et long, 2e e muet.] Le genre de ce mot est incertain au singulier: on ne l'unit qu'avec des pronoms, dont on ne peut distinguer le genre par la terminaison, à son aise, à votre aise. Au pluriel, l'usage le plus autorisé le fait fem. prendre toutes ses aises. L'Acad. ne lui done que ce genre. — 1°. Contentement: "être ravi d'aise, transporté d'aise, ne pas se sentir d'aise. "Je ne me sens pas d'aise. Gresset. — * Dans l'Année Littéraire on dit, se pâmer d'aise. "J. J. Rousseau se pâme d'aise en songeant aux petites buvettes qu'il faisoit. On dit ordinairement se pâmer de joie; mais je ne voudrais pas condamner se pâmer d'aise, quoique l'Acad. ne le mette pas. = 2°. Commodité, état commode et agréable; être, se mettre, travailler à son aise; vivre, être à son aise, dans l'aisance. — Il n'est malade que de trop d'aise. — Avoir ses aises, chercher ses aises. — Mettre quelqu'un à son aise, lui ôter la gêne qu'il pourrait avoir. "Allons je vous crois, et cela me met à mon aise. Th. d'Éduc. = On dit à un homme, qui donne des conseils pour des chôses difficiles, ou qui étant content et à son aise, nous exhorte à prendre patience dans nos malheurs: "vous en parlez bien à votre aise.
   À~ L'AISE, adv. Aisément, commodément, sans peine.
   AISE, adj. Qui est content. Être aise, être bien aise, régissent l'ablatif des noms: que je suis aise de cette bone nouvelle; et pour les verbes de et l'infinitif, ou que avec le subjonctif. Le 1er. se met quand le verbe régi se raporte au sujet de la phrâse, (au nominatif) et l'autre quand il ne s'y raporte pas. "Je suis aise de vous voir; je suis fort aise, ou bien aise que vous soyez venu. * Leibnitz met l'indicatif: "Je suis bien aise que ce livre ne vous a pas déplu. Il fallait, ne vous ait pas déplu. — Cette faute est bien pardonable à un étranger, qui dailleurs écrivait plus correctement en notre langue que plusieurs Auteurs français de son temps, et même du nôtre.

aisé


AISÉ, ÉE, adj. [Ézé, é-e, 2 é fer. Il est long à la 2de. du 2d.] 1°. Facile "Cela est aisé. Il régit la prép. à: aisé à faire; et quand il est avec le verbe être impersonel, la prép. de: il est aisé de le faire. * Le P. Sicard met dans le 1er. cas de au lieu de à: "C'est ce qui est aisé de reconoître par les vestiges qui en restent. Il fallait ce qui est aisé à reconoître, ou ce qu'il est aisé de reconoître. — Le P. Daniel, au contraire, met dans le 2d. cas à pour de: "Plus la matiere sera débrouillée, plus il sera aisé à faire notre parallèle. Il fallait, plus il sera aisé de faire notre parallèle, ou bien, plus notre parallèle sera aisé à faire. = 2°. Commode: "Voiture aisée. Dévotion aisée, relâchée. = 3°. Exempt de contrainte, de gêne: manières aisées, conversation aisée; esprit aisé, facile; style aisé, naturel, clair: Coulant; vers aisés, qui paraissent faits sans peine, qui ne sentent point le travail. Ce sont ordinairement les plus travaillés. = 4°. Libre, dégagé: "air aisé, taille aisée. = 5°. Riche, à son aise: "c'est un homme aisé. — En ce sens il est substantif, mais seulement au plur. et dans cette phrâse: "taxe des aisés, rôle des aisés.

Synonymes et Contraires

aisé

adjectif aisé
1.  Que l'on fait sans mal.
ardu, compliqué, délicat, difficile, dur, embarrassant, laborieux, malaisé, pénible, rude -familier: calé -littéraire: difficultueux.
3.  Qui vit dans l'aisance.
démuni, indigent, miséreux, modeste, nécessiteux, pauvre -littéraire: impécunieux -populaire: fauché -vieux: besogneux.
Traductions

aisé


aisée

wohlhabend, begütertin easy circumstances, effortless, well-off, easy, well‐to‐do, comfortable, affluent, fluid, on easy street, prosperous, well-to-dowelgesteld, bemiddeld, gemakkelijk, vlot, gegoed, gezeten, moeiteloos, ongedwongen, vrijmoedig, los, welvarend, soepelמבוסס (ת), מסודר בחיים (ז)bemiddeldvelhavendebonhava, senpenaacomodado, acaudalado, adineradoabbiente, benestante, agiato, facoltosoغَنِيّmajetnýεύποροςvarakasdobrostojeći裕福な부유한velsituertzamożnyprósperoсостоятельныйvälbärgadซึ่งร่ำรวยhali vakti yerindesung túc境遇好的 (eze)
adjectif
1. qui a de l'argent une famille aisée
2. facile à réaliser utilisation aisée

aisé

[eze] adj
(= facile) → easy
(= riche) → well-to-do, well-off