aisance

(Mot repris de aisances)

aisance

n.f. [ lat. adjacentia, environs, puis « commodités » ]
1. Facilité, liberté avec laquelle qqn se comporte, s'exprime : Mener un débat avec aisance assurance, naturel ; gaucherie, lourdeur
2. Situation de fortune qui assure le bien-être : Vivre dans l'aisance prospérité ; besoin, gêne
Lieux ou cabinets d'aisances,
locaux destinés à la satisfaction des besoins naturels toilettes

AISANCE

(è-zan-s') s. f.
Absence de peine, facilité. Porter avec aisance un fardeau.
Liberté de corps ou d'esprit. Il fait toute chose avec aisance. L'aisance de ses manières. La liberté et l'aisance doivent régner dans les conversations.
État de fortune qui permet de se procurer les commodités de la vie. Il est dans l'aisance ; il jouit d'une honnête aisance.
Ces gâteaux étaient les seuls présents que Virginie pût faire de l'aisance de l'habitation [BERN. DE ST-PIERRE, Paul et Virg.]
Au plur. Lieux, cabinet, fosse d'aisances ; latrines
Terme de jurisprudence. Servitude, commodité, service qu'un voisin retire d'un autre en vertu de convention ou de prescription.

REMARQUE

  • Plusieurs personnes entendent par là, un air aisé et dégagé. Il y a pourtant des gens délicats qui ne peuvent souffrir ce mot, à cause de la signification qu'il a au pluriel [BOUHOURS, Nouv. Rem.]
    Heureusement cette puérilité n'a pas prévalu ; et aisance est resté dans le bon usage.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Ils s'abstenoyent tant qu'il estoit possible de tout ce qui appartenoit à l'aisance et soulagement du corps [CALVIN, Instit. 1013]
    Cette aysance que les bons esprits ont de rendre ce qu'ils veulent vraysemblable [MONT., II, 329]
    L'aysance qu'il a trouvé à desgosiller un passant [ID., I, 402]
    Si aucun a jardin ou terre labourable, estable, cheminée ou aisances contre un mur metoien, il y doit faire contre mur [LOYSEL, 291]
    Il avoit à faire bien long chemin sans trouver aisance d'eau quelconque [AMYOT, Pomp. 53]
    Et estoit une belle assiette pour loger un camp à seureté, ayant commodité et aisance de toutes choses [ID., Marius, 38]

ÉTYMOLOGIE

  • Aise. On trouve dans les contrats de vente de la fin du XVe s. : Maison, court, puits, lieux, aisances et appartenances, ainsi qu'elle se comporte. De là, selon M. Léon de Laborde, lieux d'aisance (par abus).

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • AISANCE. Ajoutez :
  • Se dit de l'ajustage, de l'assemblage de certaines pièces, lorsque cet ajustage, cet assemblage présente quelque jeu.

    HISTORIQUE

    • Ajoutez : XIVe s.
      Que lidiz Henris devoit avoir tout ce que Aubert et sa femme avoient en ladite boucherie,... à tout les aisances, les appartenances et les appendices (1303) [VARIN, Archives admin. de la ville de Reims, t. II, 1re partie, p. 38]

aisance

AISANCE. n. f. Liberté de corps et d'esprit dans le travail, dans les mouvements, dans les manières, dans le commerce de la vie. Porter avec aisance un pesant fardeau. Faire tout avec aisance. L'aisance avec laquelle il traite les affaires les plus difficiles. L'aisance qu'il a dans ses manières. Il se présente, il parle, il s'exprime avec aisance.

Il signifie par extension État de fortune suffisant pour se procurer les commodités de la vie. Il vit dans l'aisance. Il est dans l'aisance. Il a de l'aisance. Il jouit d'une honnête aisance. Il doit son aisance à son travail.

AISANCES, au pluriel, se dit d'un Lieu pratiqué dans une maison pour y satisfaire les besoins naturels. Cabinet d'aisances. Fosse d'aisances. Lieux d'aisances.

aisance

Aisance, Procliuitas, Facultas, Commoditas. Et en pluriel Aisances se prend aussi pour un privé, d'autant qu'on y va aiser et descharger le ventre, Latrinae.

Aisance de temps ou de lieu, Opportunitas.

Aisance de langage, Facultas orationis.

L'aisance du chemin, Opportunitas viae.

Empoigner l'aisance pour nuire, Arripere facultatem laedendi.

Perdre et laisser l'aisance qu'on a de pouvoir faire quelque chose, Dimittere facultatem rei gerendae.

aisance


AISANCE, s. f. [Èzance, 1reè moy. 2e. lon.] 1°. Facilité, liberté d'esprit et de corps dans l'action, dans les manières, etc. Faire toutes chôses avec aisance. "Avoir de l'aisance dans ses manières. — Au singulier, il se dit des persones pour exprimer un air aisé et dégagé. "Vous avez dans vos vers une aisance qu'on ne peut assez admirer.
   On trouve dans mes vers une certaine aisance,
   Qu'on peut louer, sans trop de complaisance.
       Boisrobert.
On disait dans Trévoux, au commencement de ce siècle, que ce mot commençait à vieillir en ce sens. Il a donc repris faveur, car encore aujourd'hui tous les bons Auteurs s'en servent. — Quelques-uns le disent des chôses: doner de l'aisance à, c'est doner du jeu, de la place pour se mouvoir avec plus de facilité.
   2°. Biens, commodités de la vie, avoir de l'aisance, être, vivre dans l'aisance; être à son aise.
   3°. AISANCE, lieux-communs, garde-robe. — * C'est à cause de cette dernière signification, que dans le siècle passé des persones trop délicates ne pouvaient souffrir ce mot dans les autres sens. * L'Acad. a dit autrefois: aisances au pluriel, pour signifier les commodités d'une maison. "Il faut lui doner toutes ses aisances. Elle ne l'a plus mis dans la dern. Edit.

Synonymes et Contraires

aisance

nom féminin aisance
1.  Manière naturelle d'agir.
affectation, apprêt, contrainte -littéraire: afféterie, compassement.
3.  Agilité dans les mouvements.
Traductions

aisance

welgesteldheid, losheid, vlotheid, ongedwongenheidfacility, fluency, affluence, easeנוחות (נ), רווחה (נ), רְוָחָה, נוֹחוּתbonhavecoÜberflussάνεσηagiatezza [fortuna], disinvoltura, spigliatezza (ɛzɑ̃s)
nom féminin
1. facilité s'exprimer en public avec aisance
2. richesse vivre dans l'aisance

aisance

[ɛzɑ̃s] nf
(= facilité) → ease
avec aisance → with ease, easily
(financière)affluence
être dans l'aisance → to be well-off, to be affluent
(COUTURE)freedom of movement