alêne

(Mot repris de alênes)

alêne

n.f.
Poinçon servant à percer le cuir.

ALÊNE

(a-lê-n') s. f.
Poinçon de fer dont on se sert pour percer et coudre le cuir.
Terme de pêche. Nom vulgaire d'une espèce de raie.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Fers de alene, greiffies, aguilles, estamines [, Liv. des Mét. 321]
    Laiens s'est li païens trestout seus [seul] enfermés ; Deus bons cotiaus d'acier en a o lui portés, Et poinchons et alesnes ; moult bien est apensés [, Ch. d'Ant. VI, 358]
    De s'alesne son œil [il] cassa [creva] dont il cousoit sa caucemente [soulier] [DU CANGE, calceus.]
    Onc ne fu faus plus esmolue, Ne nule alesne plus ague [, Unicorne et serpent]
  • XVIe s.
    Il lui feit percer la langue avec trois coups d'alesne en trois endroits [AMYOT, Artax. 17]
    Tu perceras lesdits os avec alaines quarrées [PARÉ, IV, Chap. compl.]

ÉTYMOLOGIE

  • Berry, alègne, alogne ; limousin, lerno ; provenç. alena ; ital. lesina ; espagn. lesna et alesna ; de l'anc. haut allem. alansa, transposé en alasna ; suisse, alasme ; allem. mod. ahle (comp. LÉSINE).

alêne

ALÊNE. n. f. T. d'Arts. Poinçon de fer, qui est emmanché dans un morceau de bois, dont on se sert pour percer le cuir et pour le coudre. Alêne plate, ronde, carrée. Manche d'alêne. Les cordonniers, les bourreliers, etc., se servent d'alênes. La pointe d'une alêne.

En termes de Botanique, Feuilles en alêne. Voyez SUBULÉ.

alêne


ALêNE, s. f. [2e lon. ê ouvert, 3e e muet.] Pointe d'acier emmanchée, qui sert à plusieurs Artisans, comme Bourreliers, Cordoniers, etc.

Traductions