alambic

(Mot repris de alambics)

alambic

n.m. [ d'un mot ar., du gr. ambix, vase ]
Appareil qui sert à distiller l'alcool.

alambic

(alɑ̃bik)
nom masculin
appareil qui sert à distiller des alambics dans un laboratoire

ALAMBIC

(a-lan-bik) s. m.
Appareil qui sert à distiller, et qui se compose d'une cucurbite, d'un chapiteau et d'un serpentin.
Les huiles qu'on fait passer plusieurs fois à l'alambic sont plus aisées à distiller [DESC., Fœtus, 2]
Peut-être êtes-vous occupé à présent autour d'un alambic ? [VOLT., Lett. vers, 3]
Fig. Passer une affaire à l'alambic, l'examiner avec un très grand soin.
Mettre à l'alambic, subtiliser sur.
Voilà, sans mettre saint Clément à l'alambic, ce qu'il a voulu dire [BOSSUET, Nouv. myst. 12]
Ils mettent leurs avis à l'alambic et les réduisent à néant à force de les subtiliser [BALZ., 3e disc. s. la cour.]
Les raisonnements [du mémoire du duc de Chevreuse] en étaient tellement tirés à l'alambic qu'ils l'impatientèrent [le chancelier] [SAINT-SIMON, 299, 94]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Por quoi donc en tristor demores ? Je vois maintes fois que tu plores Cum alambic sus alutel [, la Rose, 6406]
  • XVIe s.
    Pour distiller toutes sortes d'eaux, deux vaisseaux sont principalement necessaires, qu'on nomme en un mot alembic : l'un d'iceux est appelé proprement cucurbite ou vaisseau contenant ; l'autre est dit chapiteau ou chape, auquel sont amassées les vapeurs [PARÉ, XXVI, 5]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. elambic ; catal. alambi ; espagn. alambique ; ital. lambicco, limbicco, de l'arabe al anbiq. Ce mot, venu aux Occidentaux par l'intermédiaire des Arabes, comme l'indique l'article arabe qu'il a conservé, dérive du terme grec qui signifie vase, et en particulier vase à distiller.

alambic

ALAMBIC. n. m. Sorte de vaisseau, de formes très variées, qui sert à distiller et dont les pièces essentielles sont une cucurbite et un chapiteau. Alambic de verre. Alambic de cuivre. Alambic de terre. Le bec d'un alambic. Le col d'un alambic. Il faut mettre cela à l'alambic. Passer à l'alambic. Passer par l'alambic.

Fig., Cette affaire a passé par l'alambic, Elle a été examinée avec un grand soin, avec une grande exactitude, elle a été discutée et approfondie.

alambic

Alambic, voyez Alembic.

alambic


ALAMBIC, s. m. ALAMBIQUER, v. a. [Alanbik, biké, 2e lon. 4eé fer. au 2d. Trév. écrit avec un eAlembic, alembiquer. — L'Acad. le Dict. d'Orth. le Rich. Portatif avec un a.] Le subst. se dit au propre et au figuré; le verbe ne se dit qu'au figuré. On ne dit point alambiquer une liqueur, mais la mettre à l'alambic, la tirer, ou la passer par l'alambic. — On se sert de cette dernière locution au figuré. "Cela a passé par l'alambic, a été bien examiné. Rousseau le dit des pensées alambiquées.
   Un froid sermon passé par l'alambic.
   ALAMBIQUER ne se dit qu'avec le pron. pers. et dans ces phrâses, s'alambiquer l'esprit, la cervelle: s'épuiser, se tourmenter à force de réflexions ou de tristes pensées. — Rousseau l'emploie à l'actif.
   Fuyez sur-tout ces esprits téméraires,
   Ces écumeurs de dogmes arbitraires,
   Qu'on voit, tout fiers de leur corruption,
   Alambiquer toute religion.
Le plus grand usage d'alambiquer est au participe employé adjectivement. Questions, pensées, réflexions alambiquées, discours alambiqué, subtil, rafiné, et par là même obscur et peu intelligible.

Traductions

alambic

אביק (ז), מזקקה (נ), אַבִּיק

alambic

still

alambic

alambicco

alambic

[alɑ̃bik] nm → still