allégeance


Recherches associées à allégeance: double allégeance

allégeance

n.f. [ angl. allegiance, anc. fr. lijance, liejance, état d'un homme ou d'une terre liges ]
1. En histoire, obligation de fidélité et d'obéissance d'un vassal à son souverain.
2. Fig. Manifestation de soutien, de soumission : Faire allégeance à un homme politique.

allégeance

(aleʒɑ̃s)
nom féminin
fait de manifester son soutien, sa fidélité envers qqn l'allégeance de qqn à un parti politique

ALLÉGEANCE1

(a-lé-jan-s') s. f.
Faculté de consoler, d'alléger ; adoucissement, consolation.
Porte à ses déplaisirs cette faible allégeance [CORN., Pomp. V. 1]
Enfin mon père est mort ; j'en demande vengeance Plus pour votre intérêt que pour mon allégeance [ID., Cid, II, 9]
Et quand ses déplaisirs auront quelque allégeance.... [MOL., L'Étour. II, 4]
N'est guère usité qu'en poésie.

SYNONYME

  • ALLÉGEANCE, ALLÉGEMENT. Il y a entre ces deux mots la nuance, que allégeance indique l'action d'alléger, et allégement l'accomplissement de l'action d'alléger ; comme la résonnance d'une voûte est l'acte ou le mouvement par lequel elle résonne, et le résonnement est le son qu'elle rend.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Car li reis li dut rendre par fine covenance Quanqu'il ot pris del suen e des suens à vaillance ; Ne l'en volt sainz Thomas faire nule alegeance [, Th. le Mart. 119]
  • XIIIe s.
    Au revenir [je] plains et souspire, Car ma dolor croist et empire, Si que ge n'ai mès esperance De garison ne d'alejance [, la Rose, 1844]
    Cil Dame Diex qui le fist nestre Li doinst chevance, Et li envoit sa soustenance, Et me doinst encore alejance Qu'aidier li puisse.... [RUTEB., 15]
  • XVIe s.
    En tant qu'ils jugeront estre expedient pour en rapporter une vraye allegeance [CALV., Instit. 495]
    Après quelques propos consolatoires pour l'allegeance du deuil paternel [YVER, p. 630]
    L'ostracisme estoit comme un contentement et une allegeance de l'envie de la commune [AMYOT, Thésée, 43]
    Ces remedes acres donnent allegeance [PARÉ, XXI, 20]

ÉTYMOLOGIE

  • Alléger.

ALLÉGEANCE2

(al-lé-jan-s') s. f.
Serment d'allégeance en Angleterre, acte d'obéissance au roi, qui regardait uniquement la souveraineté temporelle du monarque.

ÉTYMOLOGIE

  • Angl. allegiance ; bas-lat. allegiantia ; de al pour ad, vers, et de lige, fidèle (voy. LIGE). On voit que allégeance soulagement, et allégeance fidélité, malgré une identité apparente, dérivent de radicaux totalement différents.

allégeance

ALLÉGEANCE. n. f. Soulagement, adoucissement. Il a vieilli.

Il signifiait, en termes de Droit féodal, le Fait d'être un homme lige d'un suzerain. Serment d'allégeance. Serment de fidélité à un roi.

allegeance

Allegeance de douleurs, Aberratio a dolore.

Avoir allegeance en ses miseres, In miseriis requiescere.

Donner allegeance, Praestare leuamentum, Leuationem alicui afferre.

allégeance


*ALLÉGEANCE, s. f. adoucissement. Il est vieux.
   Porte à ses déplaisirs cette foible allégeance.
       Corneille.

Synonymes et Contraires

allégeance

nom féminin allégeance