allumé, ée

ALLUMÉ, ÉE

(a-lu-mé, mée) part. passé et adj.
Mis en feu. Des feux allumés.
Fig. La guerre est allumée.
Que le courroux du ciel allumé par mes vœux.... [CORN., Hor. IV, 5]
Prête à suivre partout sa colère allumée [ID., Nicom. I, 5]
Lorsque des Juifs contre eux la vengeance allumée Chassa tout Amalec de la triste Idumée [RAC., Esth. III, 1]
La fureur était allumée dans ses yeux [FÉN., Tél. v.]
Cette secte [des Manichéens] avait des charmes pour les imaginations allumées [VOLT., Phil. II, 375]
Je dis à M. de Beauvilliers, d'un air allumé de crainte et d'espérance, que la conversation de la veille m'avait affligé [SAINT-SIMON, 15, 172]
Allumé se dit d'une teinte rouge en parlant du visage, de la peau.
Le sérieux des passions ardentes est sauvage, sombre et allumé [VAUVENARGUES, Du sérieux.]
Pourquoi êtes-vous allumée, pourquoi votre sang est-il en colère ? [SÉV., 593]
Si les femmes avaient le visage aussi allumé qu'elles se le font par le rouge [LA BRUY., 3]
En termes de blason, se dit des yeux quand ils sont d'un autre émail que le corps de l'animal ; et de la flamme d'un flambeau ou d'un autre objet.