alun

alun

[ alœ̃] n.m.
Sulfate d'aluminium et de potassium, ou composé analogue aux propriétés astringentes : L'alun aide à fixer les teintures.

ALUN

(a-lun) s. m.
Sulfate acide d'alumine et de potasse ou d'ammoniaque, sel d'une saveur astringente.
Quatre boîtes d'onguents, une d'alun brûlé [RÉGN., Sat. X]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Nus tainturiers ne puet ne ne doit metre alun de bouquauz ne fuel de fuelle, car ce sont fausses taintures [, Liv. des mét. 135]
    Et sur ces cercles getent piaus de mouton conrées [corroyées] en alun [JOINV., 230]
  • XIVe s.
    Tu cuis alumz, nitre, atramens, Fonds metaulz, brules orpimens [, Nat. à l'alch. err. 19]
  • XVIe s.
    Alum, escorce de grenade.... un peu d'alun de roche [PARÉ, VI, 8]
    Alun calciné [ID., VII, 7]
    Alun de glace [ID., XXV, 32]
    Alum de roche. Alum de glace bruslé reduit en poudre [O. DE SERRES, 906]

ÉTYMOLOGIE

  • Wall. alon ; provenç. alum, alun ; espagn. allumbre ; ital. allume ; du latin alumen. C'est la formation régulière, comme de legumen, on fit leun ; alumine, légume sont des formes modernes.

alun

ALUN. n. m. T. de Chimie. Sulfate acide d'alumine et de potasse, ou d'ammoniaque. Sel astringent utilisé dans les arts et en thérapeutique. Poudre d'alun. Eau d'alun.

alun

Alun, Alumen, Stypteria, Stypteriae.

Alun de plume, Trichitis, huius trichitis.

Eauë alumineuse qui passe par l'alun, Aluminata aqua, Aluminosa aqua.

Eauë en laquelle on a mis de l'alun, ou qui passe par veines et minieres d'alun, Aluminata aqua.

Veines et minieres d'alun, Metalla stypteriae.

alun


ALUN, s. m. ALUNER, v. a. [A-leun, luné; tout bref.] Sorte de minéral d'un goût acide. — Tremper dans de l'eau d'alun. Aluner du papier, des étoffes.

Traductions

alun

Alaun

alun

alum

alun

aluin

alun

Alun

alun

[alœ̃] nmalum