amant, ante

AMANT, ANTE

(a-man, man-t') s. m. et f.
Amant, celui qui, ayant de l'amour pour une femme, a fait connaître ses sentiments, et est aimé ou tâche de se faire aimer. Amante, celle qui est attachée à un homme par des sentiments tendres et passionnés. Un amant fidèle, une tendre amante.
Elle reçoit les vœux de son nouvel amant [RAC., Brit. III, 6]
J'aime assez mon amant pour renoncer à lui [ID., Baj. III, 1]
Et le sultan l'avait chargé secrètement De lui sacrifier l'amante après l'amant [ID., ib. V, 11]
Ne désespérez pas une amante en furie [ID., ib. II, 1]
Et vous doutez encor qu'elle en fasse un amant [ID., Alex. I, 1]
Quels pleurs par un amant ne sont point essuyés ! [ID., Iphig. II, 3]
Je sais jusqu'où s'emporte un amant irrité [ID., ib. III, 7]
Que la mort la rassure [une amante] ou qu'un rival l'emporte, La douleur d'un amant est également forte [CORN., Rodog. IV, 6]
Galant. Cette femme a un amant.
Il se dit de celui qui aime une chose avec passion. Cet homme, amant de la vérité.
Non, je ne puis souffrir, en quelque rang qu'il monte, L'ennemi de ma gloire et l'amant de ma honte [ROTR., Vencesl. II, 1]
Les amants des muses, les poëtes. Poétiquement.
Non, ce n'est.... Ni l'or ni la victoire, amante du carnage, Que les fils d'Apollon s'empressent d'obtenir [LEBRUN, Ode, I, liv. I]
S. m. plur. En parlant de deux personnes de sexe différent qui s'aiment.
La gloire et le plaisir, la honte et les tourments, Tout doit être commun entre de vrais amants [CORN., Cinna, V, 2]
Mais il faut des amants excuser l'injustice [RAC., Iphig. II, 5]
Amants, heureux amants, voulez-vous voyager ? Que ce soit aux rives prochaines [LA FONT., Fab. IX, 2]

SYNONYME

  • 1° AMANT, AMOUREUX. M. Guizot a très bien indiqué la différence. " Il suffit d'aimer pour être amoureux. Il faut témoigner qu'on aime pour être amant. On est souvent très amoureux sans oser paraître amant. Quelquefois on se déclare amant sans être amoureux. "
  • 2° AMANT, GALANT.
    Un homme se fait amant d'une personne qui lui plaît. Il devient le galant de celle à qui il plaît, [GUIZOT., ]

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Et fins amans destrois et angoisseus Doit joie avoir par jugement d'amours [, Couci, VII]
    À maint amant [ils] ont fait ire et damage [, ib. XI]
  • XIVe s.
    Et en amisté aucune fois l'aman accuse l'amey pour ce que il aime plus que il n'est amez [ORESME, Eth. 247]
    Il semble une derision ce que aucuns amans dient simplement que il doivent estre amés autant come il aiment [ID., ib. 244]
  • XVe s.
    Tu as oy parler les malheureux, Non pas amans qui congnoissent qu'est joye [CH. D'ORL., 1]
  • XVIe s.
    L'ame d'un amant vit au corps d'autruy, non pas au sien [AMYOT, Anton. 85]
    Les amants, pour l'affection vehemente qu'ils porteroient à leurs aimez, ne les abandonneroient jamais [ID., Pelop. 33]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. amans ; espagn. et ital. amante (voy. AIMER).

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • AMANT. Ajoutez : - REM. Molière a dit faire des amants, en parlant d'une femme qui s'attire les hommages de plusieurs hommes :
    Des amants que je [Célimène] fais me rendez-vous coupable ? Puis-je empêcher les gens de me trouver aimable ? [MOL., Mis. II, 1]
    Cette locution ne se dirait plus aujourd'hui. Elle a été, comme plusieurs autres, gâtée par des emplois désagréables. Ainsi, en style de très basse galanterie, faire un amant, c'est gagner les bonnes grâces d'un homme qui paie.
  • SYNONYME

      Ajoutez :
      amant, AMOUREUX. Dans le langage ordinaire, la distinction entre amant et amoureux est inverse de celle que ces deux mots présentent dans le style élevé. On peut dire qu'une jeune fille a un amoureux, sans rien préjuger de défavorable ; on ne peut pas dire qu'elle a un amant. Une femme peut avoir plusieurs amoureux sans inconvénient pour sa réputation, mais non plusieurs amants.