ambiguité

AMBIGUITÉ

(am-bi-guï-té. On met un tréma sur l'i pour indiquer que gui ne s'y prononce pas ghi, mais que l'u y est entendu. Le mot est de quatre syllabes. Au XVIe s. la prononciation était la même, PALSGR. p. 10) s. f.
Défaut d'un discours, d'un terme équivoque et à plusieurs sens.
Ces passages n'ont aucune ambiguïté [BOSSUET, Exp. Avert.]
Jésus ayant dit ces choses sans aucune ambiguïté [ID., Quinq. 1]
Comme si la profession de foi laissait une ambiguïté dans la créance des fidèles [PASC., Prov. 16]
Dans tout ce qu'il m'a dit, ce n'est qu'ambiguïté [PIRON, Courses de Tempé.]

SYNONYME

  • AMBIGUÏTÉ, DOUBLE SENS, ÉQUIVOQUE. L'ambiguïté a plusieurs sens, plusieurs interprétations ; d'où obscurité, incertitude. Le double sens présente deux interprétations, qui peuvent être toutes deux manifestes et apparentes ; en cela il est plus général que l'équivoque, où l'un des sens est manifeste, tandis que l'autre, caché, fait une allusion.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Les poursuites de l'esprit humain sont sans terme ; son aliment est doubte, ambiguïté [CHARRON, Sagesse, I, 15]

ÉTYMOLOGIE

  • Ambiguitas (voy. AMBIGU).