ambitieux, euse

AMBITIEUX, EUSE

(an-bi-si-eû, eû-z') adj.
Qui a de l'ambition, et aussi, qui a l'ambition de. L'ambitieux César. Un homme ambitieux. Ambitieux d'honneurs.
Ce n'est plus des Romains l'esclave ambitieuse [CORN., Nicom. V, 10]
âme ambitieuse [ID., Hor. III, 2]
Cœur ambitieux [RAC., Baj. V, 4]
Ambitieux du pouvoir [ST-ÉVREM., II, 7]
Ils [les saints] sont ambitieux de plus nobles richesses [L. RAC., Relig. ch. III]
Ambitieux de vaincre et non de discourir [ID., ib. ch. v.]
Je suis ambitieux ; tout homme l'est sans doute [VOLT., Fanat. II, 5]
Il se dit de tout ce qui annonce de l'ambition. Une politique cruelle et ambitieuse.
L'ode avec plus plus d'éclat et non moins d'énergie, Élevant jusqu'au ciel son vol ambitieux [BOILEAU, A. P. II]
Cette concurrence ambitieuse dans les deux premiers hommes de l'univers causa de nouvelles révolutions [VERT., Révol. rom. XIII, 221]
Fig. Prétentieux, recherché. Style ambitieux. Une traduction ambitieuse.
S. m. Celui qui a de l'ambition. Un ambitieux.
L'esclave n'a qu'un maître ; l'ambitieux en a autant qu'il y a de gens utiles à sa fortune [LA BRUY., 8]

REMARQUE

  • Des grammairiens ont prétendu qu'on ne pouvait pas dire ambitieux de. C'est à tort ; ni la raison, ni l'usage ne s'y opposent.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Laissons vivre malheureuses Ces ames ambitieuses, Et joyeusement vivons De si peu que nous avons [BASSELIN, XXXII]
  • XVIe s.
    Les hypocrites qui par une monstre ambitieuse de prieres cerchent d'estre glorifiez et favorisez du peuple [CALV., Inst. 708]
    Les serpens ne perdent pas leur venin pour estre engourdis par le froid ; ni l'ambitieux ses vices pour les couvrir par une froide dissimulation [CHARRON, Sagesse, I, 21]

ÉTYMOLOGIE

  • Ambitiosus (voy. AMBITION) ; provenç. ambecios.