ambroisie et quelquefois ambrosie

AMBROISIE et quelquefois AMBROSIE

(an-broizie ou an-bro-zie) s. f.
Mets des divinités de l'Olympe. L'ambroisie donnait l'immortalité à ceux qui en goûtaient.
D'hommes vous faisant dieux vous paissait d'ambroisie [RÉGNIER, Sat. v]
Il répandit une odeur d'ambroisie dont l'Olympe fut parfumé [FÉN., Tél. IX]
Tout ce que Nélée boit devient nectar, tout ce qu'il mange devient ambroisie [ID., XIX, 87]
Fig. et poétique.
L'abeille, qui pourtant n'avait vécu qu'un matin, comptait déjà son ambroisie par générations de fleurs [CHATEAUB., Génie, I, IV, 4]
Que vos heureux destins, les délices du ciel, Coulent toujours trempés d'ambroisie et de miel [A. CHÉN., 92]
[Elle] Enivre les humains de sa douce ambroisie [GILB., Au prince de Salm.]
Ce fut en vain que Cymodocée pria la Nuit de lui verser l'ambroisie de ses ombres [CHATEAUB., Mart. XXX]
Enivrons-nous de poésie ; Elle est un reste d'ambroisie Qu'aux mortels ont laissé les dieux [BÉRANGER, Sciences]
C'est de l'ambroisie, se dit familièrement d'un mets délicieux.
Ils mangeaient à sa table, avalaient l'ambroisie [RÉGNIER, Sat. XI]
Terme de botanique. Ambroisie du Mexique ou thé du Mexique, nom d'une plante à odeur forte et agréable, saveur âcre et aromatique, employée en infusion comme tonique et digestive. Ambroisie des jardins, un des noms vulgaires du chénopode ambrosioïde.

REMARQUE

  • La Fontaine a dit ambroise : Et Tiennette est ambroise, Dit son époux, les Troqueurs.

ÉTYMOLOGIE

  • Terme grec signifiant immortel, dérivé de deux mots : alpha privatif et mortel.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    AMBROISIE. - REM. Ajoutez :
  • 2. Chez quelques poëtes de l'antiquité, Sapho, Alcman et Anaxandride, l'ambroisie est, au contraire, la boisson des dieux. Il a donc été permis à M. Laurent-Pichat de dire : Les vins de nos coteaux valent bien l'ambroisie.