amender

(Mot repris de amendes)

amender

v.t. [ lat. emendare, rectifier ]
1. Modifier un texte par amendement : Les députés ont amendé le projet de loi.
2. Améliorer un sol par des amendements bonifier, fertiliser ; épuiser
3. En Suisse, infliger une amende à qqn.

s'amender

v.pr.
Sout. Devenir meilleur : Ces adolescents se sont amendés s'améliorer, se corriger

amender


Participe passé: amendé
Gérondif: amendant

Indicatif présent
j'amende
tu amendes
il/elle amende
nous amendons
vous amendez
ils/elles amendent
Passé simple
j'amendai
tu amendas
il/elle amenda
nous amendâmes
vous amendâtes
ils/elles amendèrent
Imparfait
j'amendais
tu amendais
il/elle amendait
nous amendions
vous amendiez
ils/elles amendaient
Futur
j'amenderai
tu amenderas
il/elle amendera
nous amenderons
vous amenderez
ils/elles amenderont
Conditionnel présent
j'amenderais
tu amenderais
il/elle amenderait
nous amenderions
vous amenderiez
ils/elles amenderaient
Subjonctif imparfait
j'amendasse
tu amendasses
il/elle amendât
nous amendassions
vous amendassiez
ils/elles amendassent
Subjonctif présent
j'amende
tu amendes
il/elle amende
nous amendions
vous amendiez
ils/elles amendent
Impératif
amende (tu)
amendons (nous)
amendez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais amendé
tu avais amendé
il/elle avait amendé
nous avions amendé
vous aviez amendé
ils/elles avaient amendé
Futur antérieur
j'aurai amendé
tu auras amendé
il/elle aura amendé
nous aurons amendé
vous aurez amendé
ils/elles auront amendé
Passé composé
j'ai amendé
tu as amendé
il/elle a amendé
nous avons amendé
vous avez amendé
ils/elles ont amendé
Conditionnel passé
j'aurais amendé
tu aurais amendé
il/elle aurait amendé
nous aurions amendé
vous auriez amendé
ils/elles auraient amendé
Passé antérieur
j'eus amendé
tu eus amendé
il/elle eut amendé
nous eûmes amendé
vous eûtes amendé
ils/elles eurent amendé
Subjonctif passé
j'aie amendé
tu aies amendé
il/elle ait amendé
nous ayons amendé
vous ayez amendé
ils/elles aient amendé
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse amendé
tu eusses amendé
il/elle eût amendé
nous eussions amendé
vous eussiez amendé
ils/elles eussent amendé

AMENDER

(a-man-dé) v. a.
Rendre meilleur. Les labours amendent les terres. Les bons exemples ont amendé ce jeune homme.
Le réveille-matin eut la gorge coupée ; Ce meurtre n'amenda nullement leur marché [LA FONT., Fab. V, 6]
J'espère avec usure amender mon défaut [RÉGNIER, Élég. IV]
Modifier un projet de loi. On a amendé le projet présenté par le ministre.
Autrefois, amender signifiait aussi condamner à l'amende.
V. n. Faire des progrès en mieux. Ce malade n'a point amendé depuis sa saignée.
Baisser de prix.
L'abondance étant universelle, et le blé étant amendé [SCARR., I, 62]
Vieux en ce sens.
V. réfl. S'amender. Cette terre s'est bien amendée.
Et disais à part moi : mal vit qui ne s'amende [RÉGNIER, Sat. XII]

PROVERBE

    Jamais cheval ni méchant homme n'amenda pour aller à Rome ; c'est-à-dire on ne se corrige pas de ses vices en voyageant.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    E qui enfraint la pais le rei, cent solz le amendés [, Lois de Guill. 1]
  • XIIe s.
    Dame, valeur, beauté et courtoisie [il y] A tant en vous qu'on n'y sait qu'amender [, Couci, XX]
    Al gentil rei Englois, conte d'Ango, Henri, Duc norman, aquitan, sun seignur e ami, Thomas li arcevesques, qui jadis le servi, Mais or est suens en Deu, saluz eovres si Qu'il guerpisse e ament tuz mals que a fait ci [, Th. le Mart. 71]
    Et se li reis Henris a de rien meserré Encuntre l'arcevesque, par els seit amendé [, ib. 56]
    Ainc mais si bons romans ne fu faiz ne trovez ; à Cantorbire fu e faiz e amendez ; N'i ad mis un seul mot qui ne seit veritez [, ib. 166]
  • XIIIe s.
    Sont en terre establi li juges Por estre deffense et refuge à cel cui li monde forfet, Por faire amender le meffet [, la Rose, 5486]
    Bele robe et biau garnement Amende les gens durement [, ib. 2154]
    Dangier, si Diex m'amant [me favorise], Vous avez tort vers cel amant, Quant par vous est si mal menez [, ib. 3269]
    Se chevaliers maine chevaliers, il ne les garantist pas, ne escuiers escuiers, ains convient que cascuns amende le meffet en se [sa] personne [BEAUMANOIR, XXX, 58]
    Li hoirs a bone reson de soi deffendre, à qui on demande qu'il amende le meffet que ses peres ou si devancier firent [ID., VII, 8]
    Et par cex doit estre osté et amendé ce que li baillis a fet trop [ID., 30]
    C'est bone seurté quant cil qui le [la] coze prent y met toz jors du sien en amendant le lieu dusqu'à tant que ce vient au despouillier [récolte], [ID., XXXVIII, 12]
    Or vous agenoillés et m'amendés ce que vous y estes alés contre ma volenté, [JOINV., 268]
    Par cest establissement [le roi] amenda moult le royaume [ID., 296]
    Ils cuevrent [couvrent] dedans la terre les fourmens, les orges, les ris, et viennent si bien que nulz n'i sauroit qu'amender [ID., 220]
    Après la menace, quant le mauvais serjant ne se veut amender, le seigneur fiert ou de mort ou.... [ID., 197]
    Le comte de la Marche, comme cil qui ne le pot amender, s'en vint en la prison le roy [ID., 206]
  • XVe s.
    Le roi Edouard sejournoit à Vilvort.... et perdoit son temps, dont il lui ennuyoit moult, et ne le pouvoit amender [FROISS., I, I, 78]
    Bonnegens, que vous faut ? Qui vous meut ? Pourquoi estes-vous si troublés sur moi ? En quelle maniere vous puis-je avoir courroucé ? Dites le moi, et je l'amenderai pleinement à votre volonté [ID., I, I, 248]
    Si manda tantost à celui Parot le Biernois, que incontinent rendist les forteresses et amendast les forfaitures [, Bouciq. I, ch. 20]
    Et deux grans princes qui se voudroient bien entr'aimer, ne se devroient jamais voir, mais en voyer bonnes gens et sages, l'un vers l'autre, et ceux les entretiendroient ou amenderoient les fautes [COMM., I, 14]
    Et ne pense point mentir de dire que depuis ceste premiere bataille de Granson jusques au trespas du roy nostre maistre, lesdictes vil'es et particuliers ont amendé de nostre roy d'ung million de florins du Rhin [ID., V, 2]
    À l'heure que fut achevé le mariage dessus dit, leurs affaires n'en amendoient gueres, car ils estoient jeunes tous deux, ledit duc Maximilien n'avoit congnoissance de riens [ID., VI, 3]
    Je confesse bien que tousjours en y a en telles mutations [révolutions des royaumes entre eux] qui en ont joye, et qui en amendent [ID., VIII, 17]
    Dites-moi, je vous requiers, qui a esté votre recteur, ou, par saint François, vous l'amenderez [le payerez] ! [LOUIS XI, Nouv. LX.]
  • XVIe s.
    Il y a peu de paroles qui ne se puissent amender, mais la vie perdue ne se peut recouvrer [MARG., Nouv. X]
    La medecine qu'elle lui bailloit pour amender sa douleur la lui rendoit beaucoup plus forte [ID., ib.]
    Il n'y a mefait ne crime qui ne se puisse amender ; mais après la mort, n'y a point d'amendement. - Comment sauriez-vous amender la honte ? dit Longarine [ID., ib. XXXII]
    Le medecin lui dict que son habitude s'en pourroit amender [MONT., I, 91]
    Non seulement ils n'amendent pas ce qu'on leur commet, mais l'empirent [ID., I, 146]
    On disoit à Socrates que quelqu'un ne s'estoit aulcunement amendé en son voyage [ID., I, 275]
    Chascune des parties esperoit que sa condition amenderoit par le changement [AMYOT, Solon, 60]
    Il alloit flattant et caressant les femmes pour en amender [tirer profit] [ID., Crassus et Nicias, 2]
    A mesure que son ulcere couloit, tousjours alloit en amendant, de façon qu'il recouvra du tout sa veue [PARÉ, VIII, 25]

ÉTYMOLOGIE

  • Emendare (de e, indiquant extraction, et mendum, faute), altéré de très bonne heure dans le français et même le provençal (voy. AMENDEMENT) en amendare.

amender

AMENDER. v. tr. Corriger, rendre meilleur. Les bons conseils et les bons exemples ont amendé ce jeune homme. Il faut espérer qu'il s'amendera. Il faut qu'il amende son ouvrage. Cette place a bien amendé la position de votre frère. On amende les terres avec du fumier, de la marne; on les amende aussi par les labours, le sarclage, etc. Cette terre s'amendera à force de fumier.

Amender un projet de loi, d'arrêté, Y faire des changements, des modifications en vue de l'améliorer.

Prov., Mal vit qui ne s'amende, C'est faire un mauvais usage de la vie que de ne point se corriger.

Prov. et fig., Cela n'amendera pas votre marché, Cela ne fera pas que vous en soyez quitte à meilleur compte, cela ne rendra pas votre condition meilleure.

amender

Amender, Corrigere, Emendare.

Prendre conclusion contre aucun qu'il soit condamné à amender quelque fait, Mulctam petere.

Il amende d'estre gardé, Veterascit, non vetustescit.

Soy amender, Ad frugem bonam redire. B. ex Lampridio.

Ils n'amendent point pour medecine qu'ils prennent, Medicinam non sentiunt. B. ex Celso.

Amender une faute par peine de mort, Pendere supplicia.

Tu ne t'amenderas pas icy, Hic quidem meliorem genium tuum non facies.

Qui est amendé et tourné de meschante vie à une bonne, Conuersus.

Il luy est amendé, Melius est homini factum.

¶ Je n'ay rien amendé de ta liberalité, Liberalitatis tuae factus sum expers.

Qui ont amendé de la mort du pere de Roscius, Quibus occidi patrem Sex. Roscij bono fuit.

amender


AMENDER, v. a. [On prononce amandé, mais on ne doit pas l'écrire avec un a; 2e lon. 3e é fer.] 1°. Payer l'amende de.. Terme de Palais. La Cour l'a débouté de l'apel, et l'a condamné à l'amender, à en payer l'amende = 2°. Rendre meilleur. Il n'y a que Dieu qui le puisse amender. En ce sens, il est plus d'usage au réciproque: "Il s'amende, il s'est amendé, il s'amendera. = 3°. Amender des terres, les améliorer par des engrais. = 4°. Il est aussi neutre. "Ce malade n'amende point; il n'a pas amendé depuis la saignée, il n'est pas mieux. "Jamais cheval ni méchant homme n'amenda pour aller à Rome. Il se dit presque toujours avec la négative. = 5°. Baisser de prix: le blé est bien amendé; cela fera amender le vin.
   On dit proverbialement, cela n'amendera pas votre marché, n'en fera rien rabatre du prix; et figurément, ne rendra pas votre condition meilleûre.
   Le reveille-matin eut la tête coupée.
   Ce meurtre n'amenda nullement leur marché.
       La Font.
Car au lieu de se lever plus tard, les servantes se levèrent encore plus matin.
   Rem. AMENDER, pour diminuer de prix, n'est pas si bon, selon quelques-uns, que ramender. L' Acad. les dit également. "Le bled est bien amendé, bien ramendé.
   S'AMENDER, pour se corriger, n'est pas du beau style: le substantif amendement peut plutôt se montrer par tout. "Je veux m'amender, et cet amendement je le jure sans délai. Anon. — L'Acad. les met l' un et l'autre sans remarque.
   On lit dans le RICH. PORT. amender un ouvrage, en corriger la défectuôsité. Il est vieux en ce sens, et ne se dit plus. On se moquerait d'un Auteur qui anoncerait une Édit. amendée et augmentée. On dit aujourd'hui corriger. On peut dire, en donant à M. de Wailly les éloges qui lui sont dûs, que le Rich. Port. a été bien amendé par ses soins, mais qu'il a besoin de l'être encore plus.

Synonymes et Contraires

amender

verbe transitif amender
1.  Littéraire. Rendre quelqu'un meilleur.
2.  Incorporer une substance au sol.

amender

verbe transitif amender
Modifier un texte.

amender (s')

verbe pronominal amender (s')
Traductions

amender

ausbessern, bessern, düngen, verbessern, veredeln, besser machenfertilize, improve, amend, ameliorate, enhance, grease, manure, mend one’s ways, upgrade, enrichverbeteren, bemesten, gieren, invetten, mesten, veredelen, vetmesten, amenderen, beter makenדישן (פיעל), השביח (הפעיל), הִשְׁבִּיחַ, דִּשֵּׁןbemesgrasigi, plibonigi, sterkiabonar, adelantar, mejorarjavítconcimare, migliorare, emendareestercar, melhorarîmbunătăţibättraændremuuttaaแก้ไข (amɑ̃de)
verbe transitif
modifier un texte de loi

amender

[amɑ̃de] vt
[+ loi] → to amend
[+ terre] → to enrich [amɑ̃de] vpr/vi → to mend one's ways