amour


Recherches associées à amour: faire l'amour

amour

n.m. [ lat. amor ]
1. Sentiment très intense, attachement englobant la tendresse et l'attirance physique, entre deux personnes : Éprouver de l'amour pour qqn affection, attachement
2. Relation impliquée par ce sentiment, relation amoureuse : Un amour qui s'achève idylle, liaison
3. Personne qui est, a été, l'objet de ce sentiment : Rencontrer un amour de jeunesse.
4. Sentiment d'affection qui unit les membres d'une même famille : Amour maternel, paternel, filial, fraternel tendresse
5. Mouvement de dévotion, de dévouement qui porte vers qqn, une divinité, un idéal : L'amour de Dieu piété altruisme
6. Goût très marqué, intérêt très vif pour qqch ; inclination, penchant : L'amour de la mer.
7. Représentation symbolique de l'amour, souvent sous la forme d'un enfant armé d'un arc : De petits amours joufflus ornaient le plafond de la salle.
Faire l'amour,
avoir des relations sexuelles avec qqn.
La saison des amours,
moment où les animaux sont poussés par leur instinct à s'accoupler.
Pour l'amour de qqn,
en raison de l'amour qu'on lui porte : Pour l'amour de vos enfants, ne faites pas cela par égard à
Un amour de (+ n.),
Fam. qqch ou qqn de charmant, d'adorable : Un amour de chapeau.
Amour blanc,
poisson originaire de Chine, importé en Europe pour nettoyer les voies d'eau dont il mange les plantes.

amours

n.f. pl.
Litt. Relation amoureuse : Évoquer les amours enfantines.

AMOUR

(a-mour) s. m.
Sentiment d'affection d'un sexe pour l'autre. Épris d'amour. Brûler d'amour. Un secret amour. Un amour partagé. L'amour des femmes. Lettre d'amour.
Un amour violent aux raisons ne s'amuse [RÉGNIER, Élég. II]
En amour l'innocence est un savant mystère [ID., Sat. XII]
Chloris et moi nous nous aimions d'amour [LA FONT., Quipr.]
En un habit à donner de l'amour [ID., Or.]
Le duc de Richemont mourait d'amour pour elle [HAMILT., Gramm. 9]
Seigneur, l'amour toujours n'attend pas la raison [RAC., Brit. II, 2]
L'amour n'est pas un feu qu'on renferme en son âme ; Tout nous trahit [RAC., Andr. II, 2]
À peine cependant Bajazet m'a parlé ; L'amour fit le serment, l'amour l'a violé [ID., Baj. III, 5]
L'amour le plus discret Laisse par quelque marque échapper son secret [ID., ib. III, 8]
Un véritable amour brave la main des Parques [CORN., Hor. IV, 4]
L'amour entre les rois ne fait pas l'hyménée [ID., Nicom. II, 4]
L'amour au désespoir fait gloire encor d'aimer [ID., Agésil. IV, 7]
L'amour est un tyran qui n'épargne personne [ID., Cid, V, 4]
Il n'y a point, dans le cœur d'une jeune personne, un si violent amour auquel l'intérêt ou l'ambition n'ajoute quelque chose [LA BRUY., 3]
Au féminin.
Mais j'ai grand' peur, enfin, que l'amour soit plus forte [RÉGNIER, Élég. II]
Il disait qu'il m'aimait d'une amour sans seconde [MOL., Éc. des F. II, 6]
Vous ne pouvez aimer que d'une amour grossière [ID., Femmes sav. IV, 2]
J'ignore le destin de mon amour ardente [ID., le Dép. IV, 3]
L'aimes-tu d'une amour qui soit si violente ? [ID., Mélic. I, 2]
C'est l'amour, jointe à la tristesse, qui cause la plupart des larmes [DESC., Pass. 117]
Qu'une première amour est belle ! Qu'on a peine à s'en dégager ! Et qu'on doit plaindre un cœur fidèle, Lorsqu'il est forcé de changer ! [QUIN., Atys, IV, 1]
Outre que tant d'amour vous serait importune [LA FONT., Joconde.]
Votre amour de la mienne eût dû se défier [RAC., Baj. V, 6]
Amour ignorée [ID., Brit. I, 1]
De l'amour la plus tendre et la plus malheureuse [ID., Bérén. V, 7]
Avant que dans son cœur cette amour fût formée [ID., Baj. I, 4]
Ne l'a point averti de votre amour nouvelle [ID., ib. IV, 5]
Possédant une amour qui me fut déniée [ID., Mithr. III, 5]
Sur la foi d'une amour si saintement jurée [ID., Andr. II, 1]
Tant d'amour n'en peut être effacée [ID., Bér. IV, 5]
Si d'une égale amour votre cœur est épris [VOLT., Zaïre, I, 2]
Que vos destins.... Coulent toujours trempés d'ambroisie et de miel, Et non sans quelque amour paisible et mutuelle [A. CHÉN., 92]
Au plur. f. De mutuelles amours.
Je redoutai du roi les cruelles amours [RAC., Mithr. I, 1]
Il déshonora son règne par ses amours monstrueuses [BOSSUET, Hist. I, 10]
Commerce amoureux.
Mais ce n'est pas assez expier vos amours [RAC., Bérén. V, 5]
N'allez point par vos pleurs déclarer vos amours [ID., Baj. I, 4]
L'hymen va succéder à vos longues amours [RAC., Bér. I, 4]
Pâris n'ignorait aucune de ses amours [d'Hélène] quand il lui sacrifia les siennes [P. L. COURIER, I, 41]
Continuez vos amours avec eux tant qu'il vous plaira [MOL., les Préc. ridic. 16]
Il se dit aussi dans ce sens au plur. m.
Et mes premiers amours, et mes premiers serments [VOLT., Œdipe, II, 2]
Ces dieux justes vengeurs des malheureux amours [DEL., Énéide, IV]
Et l'on revient toujours à ses premiers amours [ÉTIENNE, Joconde.]
Vient un danseur, nouveaux amours [BÉRANG., Les cinq étages.]
Locutions diverses. Faire l'amour, courtiser, être en commerce amoureux.
Ah ! lâche, fais l'amour et renonce à l'empire [RAC., Bérén. IV, 4]
Non, non, faites l'amour, et vendez aux amants Vos accueils.... [RÉGNIER, Sat. XII]
Comme en faisant l'amour on se doit maintenir [ID., Epît. I]
Qui fussent retournés un jour à Mycènes faire l'amour [MALH., VI, 17]
Qu'ils viennent vous faire l'amour [MOL., Préc. 16]
Du temps qu'il faisait l'amour à Mme sa femme [HAMILT., Gramm. 11]
Il faisait l'amour avec Mlle de N.... [SÉV., 534]
Il est peu à craindre qu'ils ne sachent pas faire l'amour sans lui [J. J. ROUSS., Ém. v.]
Est-ce que vous croyez qu'on puisse faire l'amour sans proférer une parole ? [VOLT., Microm. 6]
Raimond fit publiquement l'amour à cette princesse [Éléonore, femme de Louis le Jeune] [VOLT., Mœurs, 55]
Familièrement. Filer le parfait amour, s'aimer longtemps et constamment.
La maison de Mme de Mortagne tomba fort ; ils [M. et Mme de Mortagne] s'en consolèrent par l'abondance et par filer le parfait amour [SAINT-SIMON, 53, 139]
C'est un vrai remède d'amour, se dit d'une femme fort laide. En termes de culture, la terre est en amour, elle est dans un état propre à la végétation. Être en amour, se dit des femelles des animaux, et signifie être en chaleur. Maison d'amour, maison de filles.
On trouve dans Paris d'autres maisons d'amour [RÉGN., Sat. X]
En général, affection profonde. L'amour des parents pour leurs enfants.
Pour un fils jusqu'où va notre amour [RAC., Andr. III, 4]
Ne vous assurez point sur l'amour qu'il vous porte [ID., Mithr. I, 5]
Même de mon amour craignant la violence, Autant que je le puis, j'évite sa présence [ID., Athal. I, 2]
Pour le sang de nos rois vous savez son amour [ID., ib. II, 6]
Son amour [de la fortune pour certaines femmes] est fragile et se rompt comme verre, Et fait aux plus matois donner du nez en terre [RÉGNIER, Sat. XI]
J'assigne l'envieux cent ans après la vie, Où l'on dit qu'en amour se convertit l'envie [ID., ib. X]
Au féminin.
L'empereur qui lui montre une amour infinie [à Sévère] [ID., Poly. I, 4]
Excusez l'ardeur d'une amour fraternelle [ID., Hor. I, 5]
Le baiser d'amour fraternelle [LA FONT., Fab. II, 15]
C'est à bon droit Que, seul entre les tiens, par amour singulière, Je t'ai toujours choyé.... [ID., ib. VIII, 22]
Cette amour est extrêmement bonne [PASC., Pass. 139]
Pour l'amour de quelqu'un, par affection, par considération pour lui. Il le fit pour l'amour de moi.
Je me purgerai pour l'amour de vous [SÉV., 382]
Amour de Dieu, amour que la créature doit porter à son créateur.
L'âme est faite pour Dieu, et c'est à lui qu'elle devait se tenir attachée et comme suspendue par sa connaissance et par son amour [BOSSUET, La Vallière, Profession.]
Pour l'amour de Dieu, dans la seule vue de plaire à Dieu, sans aucune vue d'intérêt ; et aussi, ironiquement, sans soin, mal. Cela est fait pour l'amour de Dieu, cela est mal fait. Ironiquement. Comme pour l'amour de Dieu, se dit pour exprimer une chose faite à contre-cœur, avec lésinerie.
En parlant des choses, sentiment vif, attachement qu'on éprouve pour une chose. Amour du plaisir, du jeu.
Si l'amour des grandeurs, la soif de commander.... [RAC., Athal. III, 3]
C'est l'amour des grandeurs qui vous rend importune [CORN., Cinna, IV, 4]
Tout ce que j'ai d'amour pour la vertu [FÉN., Tél. IV]
Elle a mis son amour à la dévotion [RÉGNIER, Sat. XII]
.... quelque excès d'amour qu'il porte à notre bien [MALH., II, 1]
Au féminin.
Une certaine amour naturelle qu'on a pour ses sentiments [VAUGEL., Q. C. VII, 4]
L'amour du bien lui était assez naturelle [STÉVREM., II, 183]
Absolument.
Nos peines ne deviennent si douloureuses que par les attachements outrés qui nous liaient aux objets perdus.... l'excès de nos afflictions est toujours la peine de nos amours injustes [MASS., Avent, Afflict.]
La nature a mis en nous des haines et des amours [ID., Car. Offenses.]
Telle est la première source de nos amours et de nos haines : l'injustice et la bizarrerie de notre goût [ID., ib.]
Pour que deux hommes soient parfaits amis, il faut qu'ils aient des opinions opposées, des principes semblables, des haines et des amours diverses [CHATEAUB., Génie, II, III, 1]
Il semblait que toutes les amours du peuple romain fussent courtes et malheureuses [PERROT D'ABL., Tacite, 97]
Dans le langage des arts. Cet ouvrage est fait avec amour, l'artiste s'est complu à le faire.
Objet aimé.
J'ai vu mon amour ; mais son visage était pâle [CHATEAUB., Dargo, chant I]
De quel ennui secret ton âme est-elle atteinte ? Me dis-tu : cher amour, épanche ta douleur [LAMART., Méd. II, 10]
S'il parle à de certaines filles Dont il fit longtemps ses amours [BÉRANG., Av. de Bagn.]
Enfant, rêve encore ! Dors, ô mes amours ! [V. HUGO, F. d'aut. 20]
Les rois qui avaient été l'amour de leurs peuples [FÉN., Tél. XII]
Et fussiez-vous du monde et l'amour et l'effroi.... [CORN., Nicom. I, 1]
Cette Esther, l'innocence et la sagesse même, Que je croyais du ciel les plus chères amours [RAC., Esth. III, 4]
Un jeune lis, l'amour de la nature [ID., Athal. II, 9]
M'amour pour ma amour, au féminin. Terme caressant dont on se sert envers son mari, sa femme, sa fille, sa maîtresse.
Allez, m'amour, et passez chez votre notaire, afin qu'il expédie ce que vous savez [MOL., Mal. imag. II, 8]
L'Amour, les Amours, divinités de la Fable.
L'Amour n'enfante que des larmes ; Les Amours sont frères des ris [V. HUGO, Odes, IV, 2]
Fuyez, fuyez, oiseaux d'un noir présage ; Cette nacelle appartient aux Amours [BÉRANG., Comm. du Voyage.]
Je vous revois ; et le temps, trop rapide, Ternit ces yeux où riaient les Amours [ID., Déesse.]
Dans une taille contrefaite, mais qui s'apercevait peu, sa figure [de Mme la Duchesse] était formée par les plus tendres Amours [SAINT-SIMON, 206, 22]
Fig. et familièrement. C'est un amour, se dit d'une jeune femme très jolie, d'un enfant très joli, et aussi de quelque objet très joli.
Amour de soi, sentiment naturel qui attache chaque homme à ce qui lui est personnel. L'amour de soi est irrépréhensible, utile, et content quand nos vrais besoins sont satisfaits.
Ce sont deux sortes d'amours qui sont ici toutes choses : l'un est l'amour de soi-même poussé jusqu'au mépris de Dieu, c'est ce qui fait la vie ancienne et la vie du monde ; l'autre, c'est l'amour de Dieu poussé jusqu'au mépris de soi-même, c'est ce qui fait la vie nouvelle du christianisme, et c'est ce qui, étant porté à la perfection, fait la vie religieuse [BOSSUET, La Vallière, Profession.]
Amour-propre, amour de soi, considéré comme un sentiment excessif pour soi et de préférence sur les autres ; opinion avantageuse de soi-même. Cet homme est pétri d'amour-propre.
C'est [l'amour de la patrie] un véritable amour-propre [ST-ÉVREM., II, 399]
Depuis, le péché étant arrivé, l'homme a perdu le premier de ses amours [l'amour pour Dieu] ; et l'amour pour soi-même étant resté seul dans cette grande âme capable d'un amour infini, cet amour-propre s'est étendu et débordé dans le vide que l'amour de Dieu a laissé ; et ainsi il s'est aimé tout seul, et toutes choses pour soi, c'est-à-dire infiniment : voilà l'origine de l'amour-propre [PASC., Pensées, part. II, art. 18]
Faut-il que l'amour-propre aveugle les esprits ! [LA FONT., Fab. IV, 2]
L'amour-propre est le plus grand de tous les flatteurs [LA ROCHEF., Réflex. 2]
Notre amour-propre souffre plus impatiemment la condamnation de nos goûts que de nos opinions [ID., ib. 13]
Si l'amour-propre était un peu plus délicat, on ne compterait pour louanges que celles qui auraient de pareils assaisonnements [FONTEN., Dodart.]
L'homme que vous voyez si attaché à lui-même par son amour-propre, n'a pas été créé avec ce défaut [BOSSUET, la Vall.]
En peinture, amour, un certain duvet qui rend la toile très propre à recevoir la colle.
10° En maçonnerie, espèce d'onctuosité que le plâtre laisse dans les doigts.
11° Jeu de l'amour, sorte de jeu qui ressemble au jeu de l'oie, et qui se joue avec des tableaux et des dés.
12° En termes de fauconnerie, voler d'amour se dit des oiseaux qu'on laisse voler en liberté, afin qu'ils soutiennent les chiens.
13° Amour en cage, s. m.Terme de botanique. Nom, dans certaines localités, de l'alkékenge et de son fruit. Pomme d'amour, tomate.

PROVERBES

  • Il n'y a pas de belles prisons ni de laides amours.
  • Froides mains, chaudes amours ; la fraîcheur des mains passe pour annoncer un tempérament ardent.

REMARQUE

  • 1. Amour, suivi d'un complément de personne, se dit de celui qui éprouve l'affection et de celui qui l'inspire : Une mère entourée de l'amour de ses enfants ; ce sont les enfants qui aiment. Cette mère inspirée par un amour aveugle de ses enfants ; ce sont les enfants qui sont aimés.
  • 2. Amour a été masculin et féminin dans les deux siècles derniers. Aujourd'hui il n'est susceptible de recevoir les deux genres que quand il signifie la passion d'un sexe pour l'autre ; ailleurs il est masculin. L'Amour, dieu de la Fable, est toujours masculin. Amour au singulier n'est féminin qu'en poésie. Au pluriel, il est féminin non-seulement en poésie, mais dans le parler ordinaire et dans certaines locutions. Des grammairiens ont réclamé contre la conservation de ces deux genres, disant qu'il est temps de ramener partout le singulier et le pluriel au même genre. L'Académie ne prendra pas un tel parti, et il serait fâcheux qu'elle le prît ; car cela ferait aussitôt considérer par le gros des lecteurs comme des fautes les passages de nos auteurs où amour est du féminin, grave dommage pour leur mémoire et pour notre plaisir, comme on le voit en plus d'un cas où le rigorisme mal entendu des grammairiens l'a emporté. Amour au féminin est un archaïsme ; amour, venant de amor, était féminin dans l'ancienne langue, comme tous les noms ainsi dérivés l'étaient et le sont encore : douleur, peur, etc. L'ancien français avait un excellent substantif, amorie, substantif féminin, pour exprimer le règne d'amour, les choses d'amour. Ce mot est regrettable.

SYNONYME

  • 1° AMOUR DE SOI, AMOUR-PROPRE. Aucune distinction entre ces deux termes n'existait au XVIIe siècle, qui confondait dans une commune réprobation l'amour de soi et l'amour-propre. Mais depuis on a distingué entre ces deux expressions : l'une n'implique aucun blâme et indique simplement l'intérêt légitime qu'un homme prend à soi-même ; l'autre indique que l'amour de soi tend à passer les bornes et à s'approcher de l'égoïsme.
  • 2° AMOUR, AMOURETTE.
    La différence qu'il y a du sérieux au badin, à l'égard d'un même objet, fait celle de l'amour et de l'amourette. Celle-ci amuse simplement, et celui-là occupe, [GUIZOT., ]

HISTORIQUE

  • IXe s.
    Pro Deo amur [, Serment]
  • XIe s.
    Serai ses hom par amur et par feid [, Ch. de Rol. VI]
    La tue amurz me seit hui en present [, ib. CCXXIV]
  • XIIe s.
    Rolant respont, si le dit por amor [, Ronc. p. 44]
    Por itex cops [il] vous a s'amor donée [, ib. p. 66]
    Pour amor Deu, pourquoi me rampoinez ? [, ib. p. 81]
    Tout par amor [de bonne volonté] [elle] prendra la loi saintie [, ib. p. 148]
    Las ! quel amor à duel est departie [séparée] [, ib. p. 163]
    Nule chançon ne m'agrée S'el ne vient de fine amor [, Couci, I]
    Tant s'est amours affermée En mon cuer à long sejor [, ib. I]
    Bien [je] cuidai vivre sans amour Dès or en pais tout mon aé [âge] [, ib. III]
    Et vous, seigneur, qui par amours amez, Faites ainsi, se jouir en voulez [, ib. XI]
    N'est pas amors dont on se peut mouvoir [, ib. XVIII]
    Ainçois me dout [je crains] qu'en trestout mon aage [je] Ne puisse assez lui et s'amour servir [, ib. XI]
    Lors recommencent leur premieres amors [, Romancero, p. 51]
    Fait li dunc sainz Thomas : tuz nus estuet murir ; Ne pur mant de justise ne me verrez flechir ; E pur l'amur de Deu voil la mort sustenir [, Th. le Mart. 143]
  • XIIIe s.
    [Dieu] Veuillez que vostre mere m'ame de s'amour doue [doue mon âme de son amour] [, Berte, XXXIII]
    L'amour [amitié] que m'avez faite vous soit de Dieu rendue [, ib. LII]
    De mauvaise marastre est l'amour mout petite [, ib. LIV]
    D'amour et de desir tout li cuers lui esprent [, ib. CX]
    Que fine amors a pris au las [, Chanson dans Berte aux grans piés]
    Et fit semonre ses amis et ses fievés et par homage et par amours, et assembla si grant ost que ce fu mervelles [, Chr. de Rains, 175]
    Ci est le Rommant de la Rose Où l'art d'Amors est tote enclose [, la Rose, titre]
    Car chascun qui de ses amors Oit parler, moult s'en esbaudist [, ib. 2686]
    Mais de la fole amor se gardent, Dont li cuer esprennent et ardent, Et soit l'amor sans convoitise Qui les faus cuers de prendre atise [, ib. 4609]
    Se li lais [legs] li avoit esté fes por aumosne ou por amor carnele, li lais seroit de nule valeur [BEAUMANOIR, XII, 45]
    Ci vous pri, que vous metés votre cuer à ce pour l'amour de Dieu et de moi [JOINV., 194]
  • XIVe s.
    Et à ceste maniere d'amisté attraient aucuns la fole amour de deux persones, des queles une est bele et l'autre est laide [ORESME, Eth. 244]
    Amour n'obeist pas à crainte ; Ne nullui n'aime par contrainte [BRUYANT, dans Ménagier, t. II, p. 22]
  • XVe s.
    Si le ferit tantost une estincelle de fine amour au cœur [FROISS., I, I, 165]
    [Le roi d'Angleterre annonce aux barons son intention de fonder un ordre de chevalerie.] Si lui accorderent liement, pour ce que leur sembloit une chose honorable, et où toute amour se nourriroit [ID., I, I, 213]
    Il laissa au pays de Flandres deux comtes, sages chevaliers et vaillans, pour tenir à amour les Flamands, et pour mieux montrer que leurs besognes estoient siennes [ID., I, I, 97]
    Et lui avoit fait ledit roi plus d'amour et de courtoisie en prison qu'il ne fit au dit messire Hervey [ID., I, I, 212]
    Et pour ceste cause n'y avoit nulle amour entre les deux [le duc de Bourgogne et le comte de Saint-Pol] [COMM., II, 5]
    Qui à la fois dit de bons mots Et chante bien : ma douce amour [VILLON, dans MÉNAGE]
  • XVIe s.
    Amour est fin, et sa parole farde Pour mieux tromper : donnez-vous en donc garde [MAROT, I, 337]
    Ceux qui font tant de clamours, Ne taschent qu'à eux complaire Plus qu'à leurs belles amours [ID., II, 350]
    La chanson fut bien ordonnée Qui dit : m'amour vous est donnée [MAROT, dans MÉNAGE]
    Je ne veux plus, sous couleur apparente D'un feint amour, vivre si mal contente ; Trop est l'amour chere, honneste et gentille ; Je veux aimer [ST-GEL., 241]
    L'amour de la vie doit estre oubliée pour la bonne renommée [MARG., Lett. 55]
    Amour ne peult estre receu que de son semblable [ID., ib. 137]
    Les desnaturées et preposteres amours de son temps [MONT., I, 117]
    Cette amour naturelle [des parents] les attendrit trop et relasche [ID., I, 164]
    Tumber en amour de soy indiscrete [ID., II, 62]
    L'amour d'un muletier plus que celle d'un gallant homme [ID., II, 213]
    Le jeune homme desesperant de pouvoir jouir de ses amours, en fut si desplaisant, qu'il se noya [AMYOT, Thés. 32]
    Minos le renvoya franc et quitte, remettant, pour amour de luy, à la ville d'Athenes ce tribut qu'elle luy devoit payer [ID., ib. 22]
    Cessez le combat pour l'amour de nous [ID., Rom. 29]
    La vraye amour et bienvueillance qu'ilz luy portoient [ID., Timol. 52]
    S'estans tous deux enamourez d'une amour, affection et charité divine, qui estoit de servir leur païs [ID., Pélop. 8]
    Il faut s'aimer d'une amour mutuelle [RONS., 820]
    Car comme un clou par l'autre est repoussé, L'amour par l'autre est soudain effacé [ID., 821]
    L'amour de la femme et l'amour du chien, il ne vaut rien qui ne dit : tien [GÉNIN, Récréat. t. II, p. 241]

ÉTYMOLOGIE

  • Bourguig. aimor ; provenç. et espagn. amor ; ital. amore ; de amorem (voy. AIMER).

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    AMOUR. Ajoutez :
    14°
    Arbre d'amour, le cercis siliquastrum, [BAILLON, Dict. de botanique, p. 247]

    REMARQUE

    • Dans l'Ecole des maris, III, 9, Léonor, pour exprimer qu'elle a quitté le bal à cause de l'ennui qu'elle ressentait des assiduités des jeunes gens à la mode, dit : Je me suis dérobée au bal pour l'amour d'eux. Pour l'amour de signifie ici simplement : à cause d'eux. De même Malherbe : Un homme m'ayant fait un plaisir et depuis une injure.... je dois être quitte du bienfait pour l'amour de l'injure, et lui de l'injure pour l'amour du bienfait, Œuvres, éd. Ad. Regnier, t. II, p. 173. M. A. Espagne (Rev. des langues romanes, 2e série, t. II, p. 80), qui cite ces exemples, dit que ce sont des provençalismes, le provençal disant per amor et, par contraction, parmor, pramo, à cause de : il cite aussi le patois messin où l'on trouve pr' amou que, vu que, attendu que.

amour

AMOUR. n. m. Sentiment de vive affection pour quelqu'un ou quelque chose. Amour extrême. Amour ardent. Amour violent. Amour honnête. Amour légitime. Amour naissant. Amour divin. Amour céleste. Amour terrestre. Amour charnel, sensuel. Amour désordonné. Amour conjugal. Amour paternel. Amour filial. Amour mutuel. Amour partagé.

Il est souvent suivi d'un complément introduit par la préposition de et signifie :

L'objet vers lequel l'amour se porte : L'amour de Dieu, l'amour du prochain, l'amour des créatures, l'amour de la liberté, de la patrie, de la gloire, de la vertu, l'amour des richesses, des plaisirs, l'amour des femmes, L'amour qu'on a pour Dieu, pour le prochain, pour les créatures, etc.

Le sujet dans lequel l'amour réside : L'amour des pères, l'amour des mères, l'amour des peuples, etc., L'amour qu'ont les pères et les mères, l'amour qu'ont les peuples, etc.

La nature de l'amour en question : Amour de bienveillance, amour de charité, amour d'intérêt, Amour qui procède d'un sentiment de bienveillance, de charité, d'intérêt, etc.

Amour de soi. Voyez AMOUR-PROPRE.

Pour l'amour de Dieu, Dans la seule vue de plaire à Dieu. Faire quelque chose pour l'amour de Dieu. Cette locution signifie quelquefois, dans le discours familier, Sans aucun intérêt. On lui a donné cela pour l'amour de Dieu. C'est aussi une locution familière aux mendiants, qui demandent qu'on leur fasse l'aumône pour l'amour de Dieu. On l'emploie quelquefois ironiquement pour exprimer qu'une Chose est faite ou donnée à contrecoeur, ou qu'un don est fait avec lésinerie. On lui en a donné pour l'amour de Dieu. Le plus souvent dans le langage familier cette locution signifie Sans attention, sans soin, négligemment. Ce travail est manqué : il a été fait pour l'amour de Dieu.

Pour l'amour de quelqu'un, Par la considération, par l'estime, par l'affection qu'on a pour quelqu'un. C'est une chose que je vous prie de faire pour l'amour de moi. Je voudrais pour l'amour de vous que cela me fût possible.

AMOUR se dit particulièrement de la Passion d'un sexe pour l'autre, et en ce sens il s'emploie souvent absolument. Avoir de l'amour. Donner de l'amour. Inspirer de l'amour. Éprouver de l'amour. Être transporté d'amour. Brûler, languir, mourir d'amour. Il lui parlait d'amour. Il s'est marié par amour. Les passions de l'amour. Plaisir, chagrin, déception d'amour.

Faire l'amour, Se livrer à la galanterie. Il passe sa vie à faire l'amour. Il fait l'amour à toutes les femmes.

Filer le parfait amour, se dit d'un Amour sincère, fidèle et sans nuages.

C'est un vrai remède d'amour, se dit d'une Femme très laide.

En termes d'Agriculture et de Jardinage, La terre est en amour, Elle est dans un état de fermentation propre à la végétation. On dit aussi Cette terre n'a point d'amour, est sans amour.

Cet ouvrage est fait avec amour, L'artiste s'est complu à le faire, il l'a fait avec plaisir, il l'a fini avec soin.

AMOUR, quand il signifie Passion d'un sexe pour l'autre, est quelquefois féminin au singulier en poésie, et presque toujours féminin au pluriel, même en prose. Premier amour. Une amour violente. De nouvelles amours. De folles amours.

Il se dit quelquefois de l'Objet qu'on aime avec passion. Ce prince est l'amour de son peuple. Titus était l'amour de l'univers. Mon cher pays, mon plus grand amour.

Mon amour, Terme de tendresse familière.

Il se dit pareillement au pluriel pour signifier une Personne que l'on aime passionnément. Être avec ses amours. Quitter ses amours.

Prov., Il n'y a point de belles prisons ni de laides amours.

Il se dit encore au pluriel des Choses qu'on aime passionnément. Les tableaux, les médailles, les livres sont ses amours.

AMOUR s'écrit avec une majuscule pour désigner les Représentations, en peinture et en sculpture, du dieu Amour. Peindre, sculpter des Amours, de petits Amours.

Fig. et fam., C'est un amour, se dit d'une Personne très jolie et surtout d'un enfant. Un amour de désigne une Chose que l'on trouve d'une exécution parfaite, d'un extrême agrément. Un amour de statuette. Un amour de bouquet.

POMME D'AMOUR, Autre nom de la tomate.

amour

Amour, m. acut. Est l'affection passionnée qu'on porte à quelque femme, si qu'il signifie chose de plus vehemente impression d'esprit que ce mot Amitié le plus souvent. Selon ce on dit, Il fait l'amour à une telle, Illam cupide amat, Il se prend aussi pour amitié qui n'a telle passion, Selon ce on dit, Il est de bonne amour, Recte amat, Amantis ingenij vir est. Et pour l'amour que le donateur porte au donataire. Quod qui donat, donatario bene cupiat, Il se prend aussi en guise de causale preposition, comme quand on dit, Je le feray pour l'amour de vous, Faciam tua (vel tui) causa, Si l'on ne veut expliquer ceste façon de parler par tels mots, A cause de l'amour que je vous porte, In gratiam amoris quo te prosequor, Amor, duquel mot Latin se fait aussi l'Espagnol, Amor, et l'Italien, Amore.

Amour ardent, Amor acer, Ardens amor.

Amour des-ordonné et impatient, Amor foemineus, Effraenus, Impotens, Insanus.

Amour evident et clair, Non obscura beneuolentia.

Un amour que nature a semé ou planté en nous, Insitus menti amor cognitionis.

Amour qui dure long temps, Longus amor.

Amour qui dure tousjours, Perpetuus amor.

Amour où il y a beaucoup à dire, Beneuolentia impar.

Nostre amour est venuë de ce commencement, Ab his initiis noster in te amor profectus est.

Amour de l'un et de l'autre, Mutuus amor.

Amour qu'un chacun apperçoit, Non obscura beneuolentia.

Amour et bon vouloir qu'on a envers aucun, Beneuolentia.

Amour entre les hommes, Mutuus inter mortales amor.

¶ L'amour que j'ay en toy, Tui charitas.

L'amour qu'il a envers luy y fait beaucoup, Permagnum pondus affert beneuolentia eius erga illum.

¶ Qui n'est point addonné à folles amours, Auersus a venereis amoribus.

Se deporter de ses amours, Missum facere amorem.

Estre en amour, se dit des oyseaux quand ils sont en chaleur et desirent s'apparier pour faire des petis. Incalescere ad coitum, re venerea agitari, appetere coitum, venerea cupiditate commoueri. Ainsi on dit les oyseaux estre en amour et s'apparier pour faire generation, Venere vrgeri ad procreandum.

Engendrer un amour, Ingenerare amorem.

Entrer en amour, In amorem incidere.

Mettre son amour en un autre, Transferre amorem suum alteri vel in alterum, Animum alio conferre.

Il a mis totalement son amour en une autre, Amorem suum in aliam transtulit.

Mettre son amour en une paillarde, Animum ad meretricem inducere.

Oster son amour d'aucun, Amorem ab aliquo abiicere, Auferre amorem ab aliquo.

Oster son amour d'aucun, et en aimer un autre, Animum alio conferre.

Prendre affection et amour envers aucun, Voluntatem erga aliquem suscipere.

Amours se perdent et se passent legierement, Deflorescunt amores.

Qui ne sçait rien des amours de son fils, Expers amoris gnati.

Si mes amours se portoient bien, Si mihi secundae res de amore meo essent.

¶ Miserable d'amour, Miser ex amore.

d'Amour et volonté qu'il avoit à la Republique, Studio Reipub. dixit.

Là où il n'y a point d'amour, Agrestis.

Je suis prins d'amour, Cepit me amor.

Estre ravi d'amour et porté çà et là, Differri amore, vel Amore prouehi.

Il est prins d'amour et ravi, Captus est amore.

Tu es prins d'amour de la femme d'autruy, Te coniux aliena capit.

Estre perdu de force d'amour, Deperire aliquam.

Brusler d'amours, Amore flagrare, Conflagrare amoris flamma.

Faire quelque chose d'amour, qu'on a de voir quelque femme, Desiderio mulieris aliquid facere.

Il est hors de son bon sens, d'amour qu'il a en ceste estrangiere, Demens ex peregrina hac.

D'amour qu'il a en elle il n'est pas en son bon sens, Sanus non est ex amore.

De grand amour, Ab singulari amore.

¶ Pour l'amour de moy, Causa mea, Meo nomine.

Il m'en fait mal pour l'amour de luy, Inuitus dico hominis causa, B. ex Liuio.

Pour l'amour de Dieu, Per deos immortales, B. ex Cic.

Envoye cestuy pour l'amour de moy, Mitte hunc mea gratia.

Je l'ay veu volontiers pour l'amour de luy-mesme, Illum per se vidi libentissime.

¶ Par amour, Amabo, Cum bona gratia aliquid componere.

¶ Attrayant les autres à son amour, Amabilis.

Chose contraignant à amour, Amatorium.

Portant signification de grand amour, Peramanter.

amour


AMOUR, s. m. [A-mour.] Attachement à ce qui est ou qui paraît aimable. — Il est masc. au sing. et fém. au pluriel: Amour paternel, maternel; amour filial, conjugal; éternelles amours; ses premières amours. — Les Poètes le font quelquefois masc. au pluriel.
   Et mes premiers amours & mes premiers sermens.
       Volt.
Et fém. au singulier. —
  Dès ce moment plus d'amour paternelle.Rouss.
Ils personifient aussi l'amour, et traitent ce mot comme un nom propre, ils retranchent souvent l'article. Ils disent amour, ou l'amour, suivant que cela les acomode.
   ....Tout ce qu'Amour a de noeuds plus puissans,
   Beauté, gloire, vertu, je trouve tout en elle.
       Bérénice de Rac.
Rem. 1°. Amour au pluriel ne se dit que de la passion de l'amour: de nouvelles amours, de folles amours. — Il se dit aussi de l'objet aimé; être avec ses amours, quiter ses amours; les tableaux, les livres, les médailles sont ses amours, amours bien inocentes.
   2°. AMOUR régit le génitif ou la prép. pour; le premier quand il est seul, le second quand il est joint à un verbe, l'amour de Dieu, de la Religion; l'amour qu'il a pour Dieu et pour la Religion.
   3°. L'article de ce génitif, régi par amour, doit être défini quand ce génitif est un nom apellatif.
   Je n'attendois pas moins de cet amour de gloire.
       Bérénice.
Il fallait de cet amour de la gloire. — C'est une faute ocasionée par la contrainte de la mesure.
   4°. Avec ce régime de la prép. de, amour a un sens passif. Il se dit de celui qui est aimé, et non pas de celui qui aime. — L'amour de Dieu, pour l' amour de vous, signifie non l'amour que Dieu a pour nous, que vous avez pour moi, mais l'amour que nous devons à Dieu; L'amour que j'ai pour vous. — Mais quand la prép. de affecte un substantif et la prép. pour un autre; amour a le sens actif, l'amour de votre frere pour moi.
   5°. Quand Amour est joint aux pronoms, on doit employer la prép. pour plutôt que la prép. de (le génitif) mon amour pour la Religion, son amour pour Dieu; et non pas de la Religion, de Dieu.
   6°. On doit dire par l'amour de, et par amour pour; de sorte que quand amour est avec l'article, il régit le génitif, et quand il est sans article, il régit la prép. pour. Mallebranche dit l'amour pour Dieu, l'amour pour les chôses sensibles. Ramsay dit au contraire. Jeune Prince qui méprise la mort par amour de la vertu. Il falait, par amour pour la vertu, ou par l'amour de la vertu.
   * 7°. Ses amours, mes amours, ne sont que du style familier, on a blâmé Racine d'avoir dit.
   Impatient sur-tout de revoir ses amours,
   Il attend de mes soins ce fidele secours.
M. Racine le fils justifie cette expression peu noble, en disant que c'est un Afranchi, qui s'exprime de cette manière. Quel Afranchi que Narcisse, qui allait de pair avec tous les Grands de l'Empire!
   * 8°. M. de Voltaire dit nettement qu'on sent de l'amour, de l'amitié; mais qu'on ne fait pas de l' amitié, ni de l'amour. En faisant cette Remarque, il ne pensait pas qu'on dît tous les jours faire l'amour, faire amitié à quelqu'un, etc. Ces expressions ne sont pas du beau style, mais elles sont certainement Françaises. Ann. Litt. Voy. Amitié. Rem. 1re.
   AMOUR propre, Amour de soi-même (synon.). Il ne faut pas les confondre: ce sont deux passions très différentes par leur natûre et par leurs effets. L'amour de soi-même est un sentiment naturel, qui porte tout animal à veiller à sa propre conservation, et qui, dirigé dans l'homme par la raison, et modifié par la pitié, produit l'humanité et la vertu. L'amour propre n'est qu'un sentiment relatif et factice, qui porte chaque individu à faire plus de câs de soi, que de tout aûtre qui inspire aux hommes tous les maux qu'ils se font mutuellement, et qui est la véritable source de l'honeur. J. J. Rousseau. Il veut dire de l'orgueil, de la vaine gloire.
   Pour l'amour de Dieu, adv. (St. famil.) Sans aucun intérêt.

Synonymes et Contraires

amour

nom masculin amour
1.  Adhésion à un idéal.
adoration, culte -littéraire: dévotion, piété.
3.  Inclination pour une personne.
affection, amitié, attachement, tendresse -littéraire: entichement, flamme, piété, sentiment.
4.  Liaison amoureuse.
Traductions

amour

love, affection, darling, dear, Amurliefde, affectie, min, geliefde, genegenheid, schat, seksuele omgang, toewijding, voorliefde (voor), liefje, Amoer, dotאהבה (נ), חיבה (נ), מחמל נפש (ז), חִבָּה, אַהֲבָה, אהבה, אמורliefdeحب, حُبٌАмурamor, Amurláska, Amurkærlighed, AmurLiebe, Amurαγάπη, έρωταςamo, Amuroamor, AmurAmuur, armastusrakkaus, AmurAmur, szerelem, szeretetasmara, cintaást, kærleikuramore, Amur愛, アムール川, 恋, 恋愛, 愛情아무르 강, 사랑Amūrasmīla, mīlestībakjærlighet, Amurmiłość, Amuramor, Amurdrag, dragosteлюбовь, АмурAmur, láskaAmurАмурkärlek, AmurupendiAmur, aşk, sevgi/aşkАмур, коханняsông Amur, tình yêu, 黑龙江ljubavความรัก (amuʀ)
nom masculin
1. affection et attirance pour qqn une histoire d'amour
2. affection, tendresse l'amour maternel
3. goût très fort pour qqch l'amour de l'art
4. avoir des rapports sexuels avec qqn

amour

[amuʀ]
nm
(= sentiment pour une personne) → love
(= sentiment pour quelque chose) l'amour de qch → love of sth
son amour de la nature → his love of nature
(= liaison) → love affair, love
un amour de jeunesse → a youthful romance
(= union sexuelle) → love-making
pendant l'amour → during love-making
faire l'amour → to make love
(= statuette, personnage) → cupid
un amour de ... → a lovely little ... amours
nfpl
des amours de jeunesse → young loves [amuʀaʃe] vpr/vi
s'amouracher de → to become infatuated with