ancien, ienne


Recherches associées à ancien, ienne: fanon

ANCIEN, IENNE

(an-si-in, si-è-n', ou an-siin, siè-n'. Dans la poësie du XVIIe siècle, ancien est de trois syllabes ; aujourd'hui on le fait souvent de deux. Au XVIe s. on prononçait an-si-an, PALSGR. p. 60) adj.
Qui existe depuis longtemps. Une invention ancienne. Notre ancienne amitié. Lettre déjà ancienne. Date plus ancienne. Sacrifice aussi ancien que Rome. En termes d'administration forestière, arbres anciens, arbres réservés, qui ont plus de trois fois l'âge du taillis, c'est-à-dire qui ont atteint ou passé cent ans.
Qui a existé autrefois. Les peuples anciens ; les nations anciennes. Aristote est plus ancien que Cicéron. L'histoire des anciens temps. Mots anciens. Le modèle des anciennes mœurs.
Nous devons l'apologue à l'ancienne Grèce [LA FONT., Fables, VIII, 1]
Il est, dit-il, d'un maître tel que moi, De s'éloigner des routes anciennes [J. B. ROUSS., Ép. II, 2]
Le génie naturel aux écrivains allemands est d'une couleur ancienne plutôt qu'antique [STAËL, Allem. Observ. génér.]
En langage mystique, l'ancien homme, l'homme non renouvelé.
Qu'il ne vous reste rien de l'ancien homme [BOSSUET, Lett. abb. 65]
Il s'emploie par opposition à nouveau, moderne. L'Ancien et le Nouveau Testament. La jurisprudence ancienne et moderne. L'histoire ancienne.
Il n'y a point d'histoire ancienne où il ne paraisse des vestiges manifestes de la nouveauté du monde [BOSSUET, Hist. I, 2]
Il était là maintes filles savantes, Qui mot pour mot portaient dans leurs cerveaux Tous les Noël anciens et nouveaux [GRESSET, Vert-Vert.]
Qui n'exerce plus une charge, une profession. Un ancien préfet, un homme qui n'est plus préfet. L'ancien gouverneur de la province. L'ancien président de l'assemblée. Par analogie, mon ancien patron, mon ancien propriétaire.
Substantivement, ancien se dit de celui qui a été avant un autre dans une charge, dans un corps. A l'armée, à grade égal, le plus ancien commande.
Villars avait avec lui le maréchal de Boufflers, son ancien [VOLT., Louis XIV, 21]
La dispute fut jugée et décidée en faveur de Mme d'Halluyn, comme l'ancienne de Mme de Rohan [SAINT-SIMON, 57,209]
Substantivement, il se dit de ceux qui ont vécu avant nous. Les anciens étaient persuadés que. Un ancien a dit. Il se dit encore de ceux qui ont existé avant nous et nous ont transmis des œuvres. On ne fait que glaner après les anciens. Les modèles que les anciens nous ont laissés.
Ancien, homme âgé. Nous devons du respect à nos anciens. Les anciens du canton.
Et que depuis cent ans sous l'abîme avaient vus Les anciens du vaste empire [LA FONT., Fab. VIII, 8]
On dit quelquefois familièrement à un homme âgé, mon ancien.
Salut, mon ancien ! Notre ancien, qu'a donc fait l'Espagne ? [BÉRANG., N. ordre duj.]
En termes de l'Écriture, l'Ancien des jours, Dieu. Chateaubriand a dit par imitation : Ainsi chantait l'ancien des hommes [le vieux religieux], Atala, 306.
10° Titre de dignité. Les anciens du peuple l'Israël, parce que d'abord on choisissait des vieillards pour remplir les fonctions les plus importantes.
Ils ne parurent plus assis parmi les anciens d'Israël [MASS., Louis.]
On lit les saintes Écritures : un ancien exhorte le peuple à imiter de si beaux exemples [CHATEAUBR., Génie, I, I, 8]
Conseil des Anciens, une des deux sections du Corps législatif, dans la constitution de l'an III.

SYNONYME

    ANCIEN, VIEUX.
  • 1. Ancien a rapport au siècle ; vieux, à l'âge. Aristote est plus ancien que Cicéron. Cicéron était plus vieux que Virgile. On dit une maison ancienne quand on parle de la famille ; une vieille maison quand on parle du bâtiment.
  • 2. Un ancien ami, un homme qui n'est plus ami ou du moins avec qui les relations sont devenues moins étroites. Un ami ancien, un homme avec qui on est ami depuis longtemps.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Il est escrit en l'anciene geste [, Ch. de Rol. CCLXXII]
  • XIVe s.
    À tout viel home ou ancien, l'en ly doit faire reverence selon ce que il appartient à son eage [ORESME, Eth. 262]
    [Une abbesse permettant l'entrée de son couvent].... ce fu, par m'ame, à grant peine ; car pourtant, s'elle est famme De tel honneur, si craint elle le blasme Des anciennes [CHRIST. DE PISAN, Dit de Poissy.]
  • XVe s.
    [Édouard fait complétement évacuer Calais] et ne retint que trois hommes : un prestre et deux autres anciens hommes, bons coutumiers des lois et ordonnances de Calais, et fut pour enseigner les heritages [FROISS., I, I, 322]
    Le mareschal Joachin, Monseigneur de Crussol, Sallezard, etc.... tous anciens [anciens soldats] [COMM., III, 10]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. ancian ; espagn. anciano ; ital. anziano ; d'une forme non latine, antianus, tirée de ante, avant (voy. AINS).