ancré, ée

ANCRÉ, ÉE

(an-kré, krée) part. passé.
Au propre. Vaisseau bien ancré.
Par extension.
Que de tombeaux grecs et romains, dont les pierres étaient ancrées de fer, ont disparu [BERN. DE S. P., Études, v.]
Fig. Établi fortement, affermi. Ce soupçon ancré dans votre esprit.
La vanité est si ancrée dans le cœur de l'homme qu'un goujat, un marmiton, un crocheteur se vante, et veut avoir ses admirateurs [PASC., Pensées, part. I, art. 5]
Terme de blason. Se dit des croix et des sautoirs dont les bouts sont divisés et tournés comme les pattes d'une ancre.