andain

ANDAIN

(an-din) s. m.
Étendue que le faucheur peut faucher de pas en pas.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Près de moi en dormant oï Deus choses qui moult haut pledierent ; à moins d'un andain de moi ierent [, Fabliaux, ms. n° 7218, f° 280 dans STE-PALAYE, Gloss.]
  • XVe s.
    Item un andain de pré joignant au pré du curé de St-Espain [en Touraine] [DU CANGE, andellus.]

ÉTYMOLOGIE

  • Génev. andan ; picard, endain, enjambée, espèce de pas qui sert à mesurer ; norm. andain, enjambée ; wall. andeli ; rouchi, andame, ondaime ; provenç. moderne, endan, endaillado, falcata prati dans le Dict. provençal de PELLAS ; bas-lat. andellus, endellus, endens, andena ; ital. andana, marche. Il y a deux formes : l'une avec n, andain ; l'autre avec l, andellus, etc. La première paraît se rattacher au radical du verbe andare, aller, et serait très importante, si elle était sûre, en montrant que la forme ander n'est pas exclusive à l'italien ou à l'espagnol et a eu cours aussi dans le nord de la France ; ce qui lèverait toute difficulté pour l'étymologie du verbe aller (voy. ALLER). Mais ce qui jette du doute, c'est la forme en l. Il n'est pas douteux que le provençal endaillado vient de en, et dail, une faux. Remarquez aussi une andanse, qui se dit au pays de Périgord pour taille-buisson, dans DU CANGE, andasium. Les autres formes viennent-elles du même radical ? ou y a-t-il eu confusion entre andain, enjambée, et andail, l'étendue de pré qu'on fauche en un pas ? Andaie s'est dit en français ; du moins des grammairiens qui ont noté le mauvais langage, ont donné andaie comme une forme incorrecte de andain.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • ANDAIN. Ajoutez : - REM. On dit dans le Dauphiné andaillée : Il fauchait à grandes andaillées.

andain

ANDAIN. n. m. Chemin étroit, tracé. Il se dit particulièrement du Chemin que trace le faucheur à mesure qu'il avance dans son travail.

andain

Andain, Tantum spatij quantum homo diuaricatis cruribus potest metiri.

Traductions

andain

windrow