anoblir

(Mot repris de anoblirent)

anoblir

v.t.
Accorder, conférer un titre de noblesse à : La reine d'Angleterre a anobli le Premier ministre.
Remarque: Ne pas confondre avec ennoblir.

anoblir

(anɔbliʀ)
verbe transitif
donner un titre de noblesse à un musicien anobli par la reine

anoblir


Participe passé: anobli
Gérondif: anoblissant

Indicatif présent
j'anoblis
tu anoblis
il/elle anoblit
nous anoblissons
vous anoblissez
ils/elles anoblissent
Passé simple
j'anoblis
tu anoblis
il/elle anoblit
nous anoblîmes
vous anoblîtes
ils/elles anoblirent
Imparfait
j'anoblissais
tu anoblissais
il/elle anoblissait
nous anoblissions
vous anoblissiez
ils/elles anoblissaient
Futur
j'anoblirai
tu anobliras
il/elle anoblira
nous anoblirons
vous anoblirez
ils/elles anobliront
Conditionnel présent
j'anoblirais
tu anoblirais
il/elle anoblirait
nous anoblirions
vous anobliriez
ils/elles anobliraient
Subjonctif imparfait
j'anoblisse
tu anoblisses
il/elle anoblît
nous anoblissions
vous anoblissiez
ils/elles anoblissent
Subjonctif présent
j'anoblisse
tu anoblisses
il/elle anoblisse
nous anoblissions
vous anoblissiez
ils/elles anoblissent
Impératif
anoblis (tu)
anoblissons (nous)
anoblissez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais anobli
tu avais anobli
il/elle avait anobli
nous avions anobli
vous aviez anobli
ils/elles avaient anobli
Futur antérieur
j'aurai anobli
tu auras anobli
il/elle aura anobli
nous aurons anobli
vous aurez anobli
ils/elles auront anobli
Passé composé
j'ai anobli
tu as anobli
il/elle a anobli
nous avons anobli
vous avez anobli
ils/elles ont anobli
Conditionnel passé
j'aurais anobli
tu aurais anobli
il/elle aurait anobli
nous aurions anobli
vous auriez anobli
ils/elles auraient anobli
Passé antérieur
j'eus anobli
tu eus anobli
il/elle eut anobli
nous eûmes anobli
vous eûtes anobli
ils/elles eurent anobli
Subjonctif passé
j'aie anobli
tu aies anobli
il/elle ait anobli
nous ayons anobli
vous ayez anobli
ils/elles aient anobli
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse anobli
tu eusses anobli
il/elle eût anobli
nous eussions anobli
vous eussiez anobli
ils/elles eussent anobli

ANOBLIR

(a-no-blir) v. a.
Faire noble, donner un titre de noblesse.
Orgon à prix d'argent veut anoblir sa race [GILB., Le XVIIIe siècle.]
En ce pays le ventre anoblit, se dit d'un pays où l'on est réputé noble pourvu qu'on soit né d'une mère noble.
Allié à la maison de la Prudoterie, maison où le ventre ennoblit [anoblit], et qui, par ce beau privilége, rendra vos enfants gentilshommes [MOL., G. Dandin, I, 4]
S'anoblir, v. réfl. Acheter des titres de noblesse.

SYNONYME

  • ANOBLIR, ENNOBLIR. Anoblir signifie donner, conférer la noblesse ; ennoblir signifie donner de l'éclat, de la considération, de l'importance. Cette distinction est toute récente : bien qu'arbitraire en soi, elle est actuellement reçue, et il faut la suivre. Les écrivains du XVIe siècle ne la connaissent pas, comme le montre l'historique.
    Elle n'est pas plus connue de ceux des deux derniers siècles, comme le montrent les exemples suivants : L'amour n'anoblit-il pas tous les sentiments ? [J. J. ROUSS., Hél. V, 13]
    L'idée de faiblesse que les hommes attachent à la vertu tombe dès qu'elle est anoblie de vos mœurs [des Grands] [MASS., Petit car. Grands.]
    Des passions qui suivaient toujours les lois de la raison et qui anoblissaient tous leurs objets [FLÉCH., Serm. t. I, p. 191]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Les difficultez anoblissent, aiguisent et rehaussent la vertu [MONT., I, 70]
    Ceulx qui ont anobli leur vie par renommée [ID., I, 73]
    Les lois prennent leur autorité de la possession et de l'usage ; il est dangereux de les ramener à leur naissance ; elles grossissent et s'anoblissent en roulant, comme nos rivieres [ID., II, 349]
    Il s'est anobly par ses valeureux exploicts [AMYOT, Marius et Pyrrh. 4]
    Escussons et blasons de leurs premiers ayeux, Que la guerre annoblit par faits victorieux [RONS., 700]

ÉTYMOLOGIE

  • Ad, à, et nobilis, noble ; d'où l'orthographe annoblir, qui se prononçant comme ennoblir, les a confondus longtemps.

anoblir

ANOBLIR. v. tr. Rendre noble, donner à quelqu'un le titre et les droits de noblesse. Le roi l'avait anobli. Cette famille fut anoblie par Henri IV. Il y avait autrefois des charges qui anoblissaient.

Fig., En ce pays, le ventre anoblit, se dit à propos d'un Pays où la noblesse peut se transmettre par les femmes, et où l'on est réputé noble, pourvu qu'on soit né d'une mère noble.

Le participe passé ANOBLI s'emploie aussi comme nom, avec le sens de Celui qui a été fait noble depuis peu de temps. Les anoblis, les nouveaux anoblis sont quelquefois plus fiers que les anciens nobles.

anoblir

Anoblir, Natalibus restituere, B. Nobilitari.

anoblir


ANOBLIR, v. a. [A-nobli, tout bref.] Rendre noble, faire noble. "Le Roi l'a anobli: il y a des charges qui anoblissent. — Dans cette dernière phrâse, il est employé neutralement, sans être v. neutre. On sous-entend, ceux qui les achètent.
   Rem. Anoblir se dit au propre: ennoblir au figuré, pour signifier rendre plus considérable, plus illustre: Ennoblir son style, plutôt qu'anoblir, qu' a employé d'Ablancourt. "Les Sciences et les beaux Arts ennoblissent une Langue. — La Touche remarque (en 1730) que l'Acad. n'avait mis qu'ennoblir, qu'elle expliquait par rendre plus noble, plus illustre; mais cela ne signifie pas faire noble. doner des Lettres de noblesse. — Dans la dern. Édit. l'Acad. met anoblir au propre, et ennoblir au figuré. — Le Rich. Port. met anoblir pour les deux. Cela n'est pas si bien.

Traductions

anoblir

adeln

anoblir

ennoble

anoblir

nobilitare

anoblir

[anɔbliʀ] vt → to ennoble