antipode

antipode

n.m. [ du gr. pous, podos, pied ]
Lieu de la Terre diamétralement opposé à un autre lieu : La Nouvelle-Zélande est située à l'antipode, aux antipodes de la France.
Être à l'antipode ou aux antipodes de,
être à l'opposé de ; être le contraire, l'inverse de : Cette politique est aux antipodes de la démocratie.

antipode

(ɑ̃tipɔd)
nom masculin
1. lieu de la Terre opposé à un autre Cette ville est à l'antipodeaux antipodes de la nôtre.
2. figuré
être parfaitement opposé à Sa vision des choses est aux antipodes de la mienne.

ANTIPODE

(an-ti-po-d') s. m.
Celui qui habite à l'extrémité d'un diamètre de la terre en opposition à celui qui habite à l'autre extrémité.
Pythagore disait que la terre était ronde, qu'elle était habitée en tous sens, et par conséquent qu'il y avait des antipodes qui marchaient les pieds opposés aux nôtres.... [FÉNEL., Phil. Pyth.]
Saint Paulin vit un possédé qui marchait la tête en bas comme un antipode [VOLT., Phil. III, 297]
Fig. Cet homme est l'antipode du bon sens ; ses raisonnements, ses actions n'ont pas le sens commun.
Il faudrait être l'antipode de la raison pour ne pas confesser que Paris.... [MOL., Préc. rid. sc. 10]
Pour faire en sorte que tout ce qui est en nous ne soit qu'erreur, il faut que Dieu ait formé tout exprès de rien un être tout nouveau qui soit l'antipode de la raison [FÉNEL., Exist. II, 12]
Tournebroches [chiens dressés à tourner la broche] par lui rendus communs en France Y font un corps à part, gens fuyant les hasards, Peuple antipode des Césars [LA FONT., Fab. VIII, 24]
Il se dit des lieux. Les antipodes de Paris sont au sud-est de la Nouvelle-Zélande. Familièrement. Je voudrais que cet homme fût aux antipodes, bien loin, le plus loin possible.
Pour vous ôter l'idée que je suis aux antipodes [SÉV., 219]

REMARQUE

  • On trouve, dans St-Simon, antipode employé singulièrement pour signifier caractère opposé à.
    La netteté de son esprit [du chancelier], l'agrément de ses manières, surtout son antipode de pédanterie plaisaient infiniment au roi [SAINT-SIMON, 358, 227]

ÉTYMOLOGIE

  • Terme dérivé du mot grec contre (voy. ANTI), et terme grec signifiant pied (voy. PIED).

antipode

ANTIPODE. n. m. Celui qui habite dans un endroit de la terre que l'on considère par rapport à un autre endroit diamétralement opposé. Il se dit ordinairement au pluriel. Les antipodes. Ces peuples sont nos antipodes.

Il se dit, par extension, des Lieux. Tel pays est l'antipode, est antipode de tel autre. Les antipodes de Paris. Aller aux antipodes, etc.

Fam., Je voudrais que cet homme fût aux antipodes, Je voudrais qu'il fût bien loin.

Fig. et fam., Ce sont les antipodes, se dit quelquefois de Deux choses, de deux hommes de deux caractères diamétralement opposés. Être aux antipodes de quelqu'un.

Fig. et fam., Cet homme est l'antipode du bon sens, Il déraisonne en tout ce qu'il dit.

Synonymes et Contraires

antipode

nom masculin antipode
Traductions

antipode

Antipode, Gegenfüßler

antipode

antipode

antipode

antípoda

antipode

antypod

antipode

antípoda