apostille

apostille

n.f. [ de l'anc. fr. postille, annotation, du lat. post illa, après cela ]
Addition faite en marge d'un acte juridique : Les apostilles doivent être paraphées.

APOSTILLE

(a-po-sti-ll', ll mouillées, et non apo-sti-ye) s. f.
Annotation en marge ou au bas d'un écrit. Écrire en apostille.
Ce que j'ai lu dans l'apostille de votre lettre ne m'a pas extrêmement plu [BALZ., liv. VIII, lett. 45]
Luther, dans les apostilles qu'il fit sur la bulle [BOSSUET, Var. 1]
Recommandation ajoutée à une pétition, à un mémoire.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Firent si bien leur apostille [entreprise apostée], Que, sans faire aulcun desarroy, Le chasteau fut rendu au roy [J. MAROT, V, 164]
    Qui fera ung tel apostille, Comme feist Sapho la subtille, Qui composa de si beaulx vers [ID., V, 301]

ÉTYMOLOGIE

  • À et postille ; postilla, dans le bas-latin, signifiant explication, note.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • APOSTILLE. Ajoutez : - REM. Balzac faisait, comme Marot, apostille du masculin.
    Pourquoi ce très officieux et très obligeant laisse-t-il gronder contre moi à Rome ? ne pourrait-il pas prévenir toutes ces plaintes par un petit apostille ? [BALZAC, Lettr. inédites, CLIII, éd. Tamizey Larroque]

apostille

APOSTILLE. n. f. Addition faite à la marge d'un écrit ou au bas d'une lettre. Il y avait deux lignes en apostille. Après sa lettre écrite, il manda cette nouvelle par apostille. Dans ce dernier cas on dit aujourd'hui En post-scriptum.

Il se dit particulièrement des Recommandations qu'on écrit à la marge ou au bas d'un mémoire, d'une pétition. Demander une apostille à quelqu'un. Donner, refuser une apostille. Une apostille insignifiante.

apostille


APOSTILLE, s. f. APOSTILLER, v. a. [Apos-ti-glie, ti-glié, mouillez les ll: tout bref.] L'apostille est une addition à la marge d'un livre ou au bas d'une lettre. Apostiller, c'est mettre des apostilles à un livre, à un mémoire. L'Acad. ne le dit pas des lettres. On dit mettre une apostille à... On ne dit pas apostiller une lettre. — Ce Livre, ce Mémoire sont remplis d'apostilles; ce Savant a apostillé ce Livre; le Ministre apostilla de sa main le Mémoire. — "Il lui manda par apostille que: il mit une apostille à sa lettre pour lui dire de, etc. L'apostille des lettres s'apèle autrement post-scriptum, qu'on écrit par abréviation. P. S.

Synonymes et Contraires

apostille

nom féminin apostille
Addition en marge.