apostumer

(Mot repris de apostumes)

APOSTUMER

(a-po-stu-mé) v. n.
Venir à suppuration. Votre abcès apostumera bientôt. Vieux. On dit aujourd'hui, la tumeur abcédera.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Jà est celle detestable playe [le schisme] comme apostumée et tournée en accoustumance [CHRIST. DE PISAN, Charles V, III, ch. 54]
  • XVIe s.
    Et où ces glandules s'apostemeroient, on fera apertion avec la lancette [PARÉ, VI, 6]
    Elle sont cause d'enflamber la playe et la faire apostumer [ID., VII, 5]
    Ces endroits s'apostumerent, et jetterent assez grande quantité de boue [PARÉ, VIII, 14]
    Les dents peuvent apostumer et pourrir comme les autres os [ID., XV, 26]

ÉTYMOLOGIE

  • Apostume.

apostumer

APOSTUMER. v. n. Il se dit D'un abcès qui perce, qui suppure. Son abcès commence à apostumer. Ce mot a vieilli.

apostumer

Apostumer, et meurir, Suppurare.

Qui fait apostumer et meurir, Suppuratorius.

Qui est apostumé, Suppuratus.

apostumer


APOSTUMER, v. n. [L'Acad. dit apostumer, et apostème: l'analogie n'y est pas gardée; mais c'est dit-on l'usage, et les Médecins le disent de la sorte.] Se former en apostème. "La tumeur, la contusion commence à apostumer, à s'ouvrir, à doner du pus.