appétit

appétit

n.m. [ lat. appetitus, désir ]
1. Désir de manger : Cette séance de natation nous a ouvert l'appétit. La vue des blessés lui a coupé l'appétit. Manger de bon appétit.
2. Vif désir de satisfaire un désir, un penchant, un goût pour qqch : Un encyclopédiste dont l'appétit de connaissances est sans limites
faim, passion, soif ; dégoût, répugnance : Le marché des téléphones portables suscite de nombreux appétits
Mettre en appétit,
donner envie de manger ; fig., susciter l'envie ou la curiosité : Ce qu'on m'a dit de ce film m'a mise en appétit.

APPÉTIT

(a-pé-ti ; le t ne se lie pas ; au pluriel, l's se lie : des appétits insatiables, dites des a-péti-z insatiables ; il faut se garder de la mauvaise prononciation a-pti) s. m.
Désir d'un objet en vue de la satisfaction des sens.
J'ai tâché de mortifier mes appétits sensuels [BOSSUET, Bourg. 2]
Les appétits, qui consistent à remplir les organes corporels, se finissent, à cause que les organes sont bornés [BOSSUET, Pensées détachées, 30]
Qui pour dieu ni pour loi n'ont que leurs appétits [RÉGNIER, Sat. XI]
La voix du devoir succédant à l'impulsion physique, et le droit à l'appétit [J. J. ROUSS., Contr. I, 8]
Dans le langage de la philosophie, principe d'action qui a pour origine un besoin du corps, et qui par conséquent est non continu, mais intermittent. Appétit concupiscible, faculté par laquelle l'âme se porte vers ce qu'elle croit un bien. Appétit irascible, faculté par laquelle l'âme s'éloigne de ce qu'elle croit un mal.
Goût, inclination.
Or, sans me tourmenter de divers appétits [RÉGNIER, Sat. v.]
Paul et elle s'amusaient avec transport de leurs jeux, de leurs appétits et de leurs amours [BERN. DE S. P., Paul et Virg.]
Passion, vif désir. Notre esprit dont l'appétit est de savoir.
Mais quoi ! rien ne remplit Les vastes appétits d'un faiseur de conquêtes [LA FONT., Fab. VIII, 27]
Et soûlent du butin son avare appétit [MAIR., Sophon. II, 4]
Ni rancune, ni appétit de vengeance [PERROT D'ABL., Tac. 387]
Ayez appétit de ce pain céleste [BOSSUET, Par. de Dieu.]
Désir amoureux.
Fille pleine de suc et donnant appétit [LA FONT., Serv.]
Désir de manger. Donner de l'appétit ; mettre en appétit.
On peut à moins gagner de l'appétit [LA FONT., Or.]
Je mange avec appétit [SÉV., 257]
On ne laisse pas quelquefois d'avoir bon appétit [DESC., Pass. 100]
Mon appétit s'ouvre, Et mon œil découvre Les portes d'un Louvre En tourte arrondi [BÉRANG., Cocag.]
La liberté m'enchante, Mais j'ai grand appétit [ID., Vocation.]
Fig.
Ou de tout leur pouvoir, de tout leur appétit Dormaient les deux pauvres servantes [LA FONT., Fab. V, 6]
Bon appétit, formule dont on se sert en parlant à quelqu'un qui va manger. Familièrement. Chercher ses appétits, prendre ses appétits, choisir les mets pour lesquels on a le plus de goût. Cette locution vieillit. Fig. C'est un homme de bon appétit, se dit de quelqu'un qui prend places, argent, et à qui tout semble bon.
Il n'est bon courtisan s'il n'a bon appétit [RÉGNIER, Sat. XI]
Saumery avait plusieurs enfants et de l'appétit [SAINT-SIMON, 366, 90]
C'est un cadet de grand appétit, c'est un jeune homme à qui tout est bon. Avoir l'appétit ouvert de bon matin, désirer prématurément une chose.
Vous avez l'appétit ouvert de bon matin [CORN., le Ment. I, 1]
Demeurer sur son appétit, limiter ses désirs, ses prétentions.
Appétits, nom qu'on donne vulgairement au hareng fumé, à la ciboule, et autres substances qui aiguisent l'appétit.
À l'appétit de, locut. adverb. Par désir d'avoir. Il a laissé tomber un mur à l'appétit de quelques centaines de francs qu'il fallait dépenser pour le réparer.
Pâlir dessus un livre à l'appétit d'un bruit [réputation] [RÉGNIER, Sat. IV]

PROVERBES

  • L'appétit vient en mangeant, c'est-à-dire, plus on a, plus on veut avoir.
  • Il n'est chère que d'appétit, c'est-à-dire la faim est le meilleur assaisonnement.

SYNONYME

  • APPÉTIT, FAIM. La faim est essentiellement l'expression d'un besoin, elle ne peut être ni provoquée ni excitée, comme l'appétit. Celui-ci se prononce pour tel aliment de préférence à un autre ; la faim appelle également toute espèce d'aliment pour lequel on n'a pas de répugnance. En mangeant on apaise toujours la faim, tandis qu'on donne quelquefois lieu à l'appétit de se développer.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Il ara petit appetit de mengier et grant talent de boire [ALEBRANT, f° 16]
    Ainsinc, estil, biau filz, par m'ame, De tout homme et de toute fame, Quant à naturel apetit, Dont loi les retrait ung petit [, la Rose, 14289]
  • XIVe s.
    Il convient à entendre et regarder à quelles choses nous sommes par notre appetit enclins et de legier mouvables [ORESME, Eth. 54]
    Encor appert il que l'appetit sensitif obeist aucunement à raison [ID., ib. 32]
    L'en pardonne plus volentiers, et raison est, as choses qui sont faites par appetis naturels que as autres [ID., ib. 206]
    Où chascuns fu, ce m'est avis, à point honnourez et servis Aussi de vin et de viande, Com corps et appetit demande [MACHAULT, p. 87]
  • XVe s.
    À apetit d'aucuns fault estre duit Et que francs cuers au felon s'umilie [E. DESCH., Douleur advenant à ceux....]
    Les biens et les honneurs ne se departent point à l'appetit de ceulx qui les demandent [COMM., Prolog.]
    Et se douloit de quoy il luy avoit ainsi couru sus à l'appetit d'autruy [ID., III, 3]
    Nostre dict frere et cousin, à l'apetit de qui que ce soit, a puis nagueres recueilli ung grant nombre de gens de guerre vivans sur nostre peuple [, Lettre de Charles VIII. Bulletin du Comité de la langue, t. III, p. 589]
  • XVIe s.
    Ils divisent l'appetit en concupiscence et volonté [CALV., Instit. 129]
    Fuir ou appeter est une semblable chose en l'appetit, que nier ou approuver en l'entendement [ID., ib. 130]
    L'appetit de manger et de boire.... [MONT., I, 98]
    C'est une incivile importunité de chocquer tout ce qui n'est pas de nostre appetit [goût] [ID., I, 166]
    Mon appetit est accommodable indifferemment à toutes choses de quoy on se paist [ID., I, 184]
    Qu'il n'y avoit nul propos de les faire geler tous, l'espace d'une longue nuict, à l'ap petit d'un soupçon, peut estre, mal fondé [LANOUE, 589]
    Ils ont toujours l'appetit ouvert, comme la bourse d'un medecin [YVER, p. 598]
    Si ce pont fust esté faict à l'appetit de peu [pour peu de dépense] [BRANT., t. III, p. 241, édit. de Montmerqué.]

ÉTYMOLOGIE

  • Bourguig. aupetit ; provenç. appetit, apetit ; espagn. apetito ; portug. apetite ; ital. appetito ; d'appetitus, d'appetere (voy. APPÉTER).

appétit

APPÉTIT. n. m. Mouvement qui porte à désirer ce qui peut satisfaire les besoins et les instincts. Appétit sensuel, charnel, brutal. Appétit déréglé, désordonné. Contenter, suivre, satisfaire ses appétits sensuels. Se laisser entraîner, se laisser gouverner par ses appétits. Avoir un appétit insatiable des richesses, des honneurs.

Il se dit particulièrement du Désir de manger. Bon appétit. Grand appétit. Avoir appétit. Avoir de l'appétit. Avoir un violent appétit. Donner de l'appétit. Exciter, éveiller, aiguiser l'appétit. Être sans appétit. Rentrer en appétit. Ôter, émousser, faire passer l'appétit. Perdre l'appétit. Cela m'a ouvert l'appétit. Être en appétit. Remettre en appétit. Manger avec appétit. Manger d'appétit. Je n'ai point d'appétit à cela. Gagner de l'appétit. Se mettre en appétit. L'appétit me vient. Avoir l'appétit ouvert de bon matin. Pour se bien porter, il faut demeurer, rester sur son appétit.

Fam., Bon appétit, Espèce de souhait qu'on adresse à quelqu'un qui mange ou qui va manger.

Prov., Il n'est chère que d'appétit, La faim assaisonne tous les mets.

Prov. et fig., L'appétit vient en mangeant, Le désir de s'enrichir ou de s'élever augmente à mesure qu'on acquiert de la fortune ou des honneurs.

Fig., Avoir l'appétit ouvert de bon matin, Rechercher prématurément quelque chose d'utile et d'agréable.

Fig., Demeurer, rester sur son appétit signifie aussi figurément Ne pas aller aussi loin que nos désirs, que nos goûts pourraient nous porter.

Fig., C'est un homme qui a bon appétit, se dit d'un Homme qui recherche avec avidité l'argent et les places, qui veut toujours ajouter à ce qu'il possède.

appetit

Appetit et convoitise, Appetitus, Appetitio, Cupido, Cupiditas.

Appetit de manger, Orexis.

Appetit affamé, Auiditas ieiuna.

Appetit desordonné, Appetentia effraenata, Libido.

Ses appetis des-ordonnez sont declairez et descouvers, Libidines eius nominantur.

D'un appetit desordonné, Libidinose.

Ceste herbe donne appetit, Incitat auiditatem haec herba, Appetentiam ciborum praestat, Cibi facit appetentiam, Inuitat appetentiam.

Ceste herbe oste l'appetit de vomir, Restringit nauseam haec herba, Coercet nauseam, Discutit, Inhibet.

A l'appetit d'une paillarde, Ad arbitrium libidinosae mulieris.

Vendre à son appetit, Suo arbitratu vendere.

Vivre à son appetit et plaisir, Stomacho suo viuere.

Je mange quand j'ay appetit, Mon estomach ou mon appetit est mon horloge, Ventriculus mihi solarium est, vel pro solario, B.

Vivre à son appetit, et ainsi qu'on l'entend, Suis auspiciis viuere, B. ex Virg.

appétit


APPÉTIT, ou APÉTIT, s. m. [2e é fer. tout bref.] En général, passion. Passion de l'âme, qui la porte à désirer quelque chôse. Apétit sensuel, charnel, brutal. Contenter, satisfaire tous ses apétits, etc. — Plus ordinairement et en particulier, désir de manger. "Avoir apétit, doner de l'apétit; exciter, éveiller, aiguiser l' apétit. Rentrer en apétit, manger d'apétit. Demeurer sur son apétit; cesser de manger, quoiqu'on ait encore apétit.
   À~ l'apétit de... adv. Faute de, pour épargner, etc. À~ l'apétit d'un écu, il a laissé mourir un cheval de cinquante pistoles.
   Rem. 1°. C'est un gasconisme de faire apétit fém. et de dire, j'ai une grande apétit; c'est un grand apétit qu'il faut dire.
   2°. Au propre, il se dit sans régime: on ne dit point j'ai apétit des melons, des fraises, des pois verds, etc. Au figuré, on dit: avoir apétit, ou être en apétit de, et avoir de l'apétit pour. "Il a apétit de tous les bénéfices qui sont à doner: "J'étois en apétit de fortune. Mariv. "Il a de l'apétit pour les emplois lucratifs. — Doner apétit de manger. Mariv.
   3°. En style proverbial, on apèle apétit de femme grosse, un apétit bisarre; un cadet de haut apétit, un homme qui mange beaucoup; avoir l'apétit ouvert de bon matin, désirer trop tôt les biens de la fortune. "L'apétit vient en mangeant, plus on a, plus on veut avoir. — Apétit: goût, plaisir, (style figuré familier.) M. le Prince l'a lû d'un bout à l'autre avec le même apétit. SEV.

Synonymes et Contraires

appétit

nom masculin appétit
1.  Littéraire. Désir de quelque chose.
2.  Désir de manger.
appétence, appétition, faim -familier: fringale -populaire: dalle.
Traductions

appétit

Appetit, Eßlustappetiteeetlust, graagte, hongerigheid, trek, hongerתיאבון (ז), תֵּאָבוֹןaptytapetit, ganaappetitόρεξηapetitoapetitoruokahaluétvágyappetitoapetite, desejo, desfastio, ganapoftăаппетитaptit, matlustiştah, arzu, istekشَهِيَّةchuťapetit食欲식욕appetittapetytความอยากอาหารcảm giác ngon miệng胃口апетит (apeti)
nom masculin
envie de manger avoir de l'appétit Bon appétit !

appétit

[apeti] nmappetite
couper l'appétit à qn → to take away sb's appetite
bon appétit! → enjoy your meal!