appliqué, ée


Recherches associées à appliqué, ée: impliqué

APPLIQUÉ, ÉE

(a-pli-ké, kée) part. passé.
Mis sur. Un emplâtre appliqué sur une tumeur Par extension, soufflet bien appliqué.
Dont on a fait l'application, comme d'un apologue.
Si vous ne trouvez cela bien appliqué et bien joli [il s'agit d'un vers italien mis en inscription] [SÉV., 445]
Employé à. Argent appliqué à des dépenses utiles. Par extension, science appliquée aux arts, science dont les principes éclairent et dirigent les procédés de l'industrie.
Appliqué à, attentif, désireux de servir.
Le roi, à qui ils semblent avoir tout l'esprit et tout le cœur appliqués [LA BRUY., 8]
Votre enfant est appliqué à son devoir [SÉV., 533]
Je vous recommande la santé de ma fille : soyez-y appliqué [ID., 65]
Ainsi se sont sanctifiés dans tous les siècles et dans tous les pays les solitaires pénitents, les prêtres appliqués à l'autel saint, les maîtres et les esclaves [MASS., Car. Évidence.]
Absolument, studieux, qui fait sa besogne avec soin. C'est un jeune homme, un employé appliqué.
Dans le temps qu'il est le plus appliqué [LA BRUY., 11]
Louis XIV voyait les choses avec des yeux moins appliqués [VOLT., Louis XIV, 18]
Appliquées, s. f. plur. Lignes géométriques, qui s'appellent aujourd'hui ordonnées.