approprier

(Mot repris de approprièrent)

approprier

v.t. [ du lat. proprius, propre ]
Rendre adéquat à un emploi, à une destination : Approprier un local à un usage d'habitation adapter accorder, conformer

s'approprier

v.pr.
S'attribuer la propriété de qqch : Ils se sont approprié un immeuble vide s'attribuer, s'emparer de s'arroger

approprier


Participe passé: approprié
Gérondif: appropriant

Indicatif présent
j'approprie
tu appropries
il/elle approprie
nous approprions
vous appropriez
ils/elles approprient
Passé simple
j'appropriai
tu approprias
il/elle appropria
nous appropriâmes
vous appropriâtes
ils/elles approprièrent
Imparfait
j'appropriais
tu appropriais
il/elle appropriait
nous appropriions
vous appropriiez
ils/elles appropriaient
Futur
j'approprierai
tu approprieras
il/elle appropriera
nous approprierons
vous approprierez
ils/elles approprieront
Conditionnel présent
j'approprierais
tu approprierais
il/elle approprierait
nous approprierions
vous approprieriez
ils/elles approprieraient
Subjonctif imparfait
j'appropriasse
tu appropriasses
il/elle appropriât
nous appropriassions
vous appropriassiez
ils/elles appropriassent
Subjonctif présent
j'approprie
tu appropries
il/elle approprie
nous appropriions
vous appropriiez
ils/elles approprient
Impératif
approprie (tu)
approprions (nous)
appropriez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais approprié
tu avais approprié
il/elle avait approprié
nous avions approprié
vous aviez approprié
ils/elles avaient approprié
Futur antérieur
j'aurai approprié
tu auras approprié
il/elle aura approprié
nous aurons approprié
vous aurez approprié
ils/elles auront approprié
Passé composé
j'ai approprié
tu as approprié
il/elle a approprié
nous avons approprié
vous avez approprié
ils/elles ont approprié
Conditionnel passé
j'aurais approprié
tu aurais approprié
il/elle aurait approprié
nous aurions approprié
vous auriez approprié
ils/elles auraient approprié
Passé antérieur
j'eus approprié
tu eus approprié
il/elle eut approprié
nous eûmes approprié
vous eûtes approprié
ils/elles eurent approprié
Subjonctif passé
j'aie approprié
tu aies approprié
il/elle ait approprié
nous ayons approprié
vous ayez approprié
ils/elles aient approprié
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse approprié
tu eusses approprié
il/elle eût approprié
nous eussions approprié
vous eussiez approprié
ils/elles eussent approprié

APPROPRIER

(a-pro-pri-é) v. a.
Rendre propre à, convenable à.
Il sera difficile d'approprier ce que j'ai à dire au tribunal où je comparais [J. J. ROUSS., Sciences.]
Mettre en état de propreté, disposer convenablement. Approprier une maison, une chambre, un cabinet.
Mettez ordre à tout [Nausicaa], dépêchez-vous de les laver [vos vêtements], de les approprier [FÉN., XXI, 348]
L'instinct d'approprier son domicile et d'y faire un plancher, pour n'être pas incommodée de l'humidité [BUFF., Loutre]
Fig. Faire qu'une chose devienne comme la propriété d'un autre.
Et son intérêt lui doit conseiller de faire cesser les misères que sa compassion lui appropria [BALZ., Disc. à la Régente]
S'approprier, approprier à soi, usurper la propriété.
Ils se sont approprié un dépôt.... Vous êtes fort plaisante De vouloir m'enlever un cœur comme le sien, Et vous approprier si hardiment mon bien [REGNARD, Ménech. V, 2]
Fig.
Il y a apparence que Dieu s'est approprié cette affaire [PASC., dans COUS]
Il s'approprie une nature étrangère [BOSSUET, Hist. II, 11]
S'appropriant toujours le sort des malheureux, De ses concitoyens mon époux fut le père [ROYOU, Phocion, II, 2]
Je m'approprie de telle sorte vos joies et vos déplaisirs, que ce sont les bonnes et les mauvaises nouvelles que je reçois de vous, qui font mes bons et mes mauvais jours [BALZ., Lett. à Conrard, I, 1, dans RICHELET]
S'approprier, v. réfl. Se conformer à, se mettre à la portée de. Cet auteur songe peu à s'approprier à ses lecteurs. Les maîtres se sont appropriés à leurs élèves.

SYNONYME

  • S'APPROPRIER, S'ARROGER, S'ATTRIBUER. Se donner une chose de son chef. S'approprier indique la prise de propriété ; la chose ne nous appartient pas ; nous la prenons, et nous la faisons nôtre. S'arroger n'implique aucune idée de propriété ; aussi s'applique-t-il à toutes choses : priviléges, autorité, droits, etc. seulement il emporte arrogance, hauteur, prétention à la supériorité. S'attribuer exprime que celui qui s'attribue s'adjuge une chose qui est contestée et à laquelle d'autres prétendent : Les deux partis s'attribuèrent la victoire.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Quant Renart ot en sa reson Bien definée s'oroison Et aproprié son chapitre [, Ren. 29617]
    Que ce qui commun ert devant, Comme le soleil et le vent, Par convoitise approprierent, Quant as richeces se lierent [, la Rose, 9693]
    Ainsinc Barat a tout honni, Par qui li biens jadis ouni [unis, communs] Furent as gens approprié [, ib. 5173]
    Coses sacrées, si sont celes qui sont benoites et apropriées à fere le service nostre Segneur [BEAUMANOIR, XI, 15]
    Et tel damace doit il bien recevoir, parce qu'il voloit le gaige malvesement aproprier à soi [ID., LXVIII, 10]
    Et c'est grant faute de language, quant l'en approprie au dyable l'omme ou la femme qui est donné à Dieu dès que il fu baptiziés [JOINV., 293]
  • XIVe s.
    Nom approprié [ORESME, Eth. 48]
    Chescune delettacion est appropriée à l'operacion que elle parfait, et a à elle une affinité [ID., ib. 306]
  • XVIe s.
    Les apostres approprient à Jesus Christ ce qui est dit au psaume huitieme [CALV., Instit. 363]
    Il n'est point licite de transferer à l'homme mortel ce que Dieu s'approprie à soy [ID., ib. 949]
    Il ne faut point attendre aage d'homme pour sanctifier les enfans à Dieu ; mais ils lui doivent estre reservez et appropriez des leur naissance [ID., ib. 1091]
    Qu'il oublie, s'il veult, d'où il tient ces preceptes ; mais qu'il se les sache approprier [MONT., I, 162]
    Comme un soulier ne convient pas à tous pieds, aussi un fait ne se peut aproprier à tous païs [LANOUE, 90]
    Plusieurs d'eux s'aproprieront des choses dont ils n'estoient auparavant qu'usufructiers [ID., 102]
    Si on regarde l'infinité de belles maisons qu'elle possede, si bien apropriées et pourveuës de tout ce qui fait besoing [ID., 148]
    Beaucoup de gentilshommes furent contraints de vendre leurs fiefs aux ignobles, qui eurent permission du Roy de les pouvoir acheter ; car auparavant ils ne pouvoyent s'en approprier [ID., 229]
    Comme celuy qui se vouloit approprier la gloire d'Achilles, plus par imitation de sa vertu que pour estre issu de son sang.... [AMYOT, Pyrrh. 14]
    Affin d'en approprier [rendre propriétaire] un de ses neveux [CARL., II, 10]
    Il me rendra bon compte de toutes les richesses qui sont là dedans, et ne se appropriera de pas une [ID., IV, 29]
    Des remedes appropriés aux qualités des corps [PARÉ, Au lect.]
    Tenir les lins arrousés, aiant la commodité de l'eau, à ce appropriant le plan pour la donner à propos à la ligneraie [O. DE SERRES, 733]

ÉTYMOLOGIE

  • Berry, appropzir ; provenç. apropriar ; espagn. apropiar ; ital. appropriare ; du latin appropriare, de ad, à, et proprius (voy. PROPRE). Approprier veut dire faire sien, de là ensuite, rendre propre à soi, puis rendre propre, convenable en général, disposer, arranger, de là enfin, dans un sens plus étroit, nettoyer.

approprier

APPROPRIER. v. tr. Adapter, rendre propre à une destination. Approprier les lois d'un peuple à ses moeurs. Approprier les remèdes au tempérament du malade. Approprier son discours aux circonstances, son langage aux personnes. Il faut approprier le style au sujet que l'on traite.

S'APPROPRIER signifie Usurper la propriété de quelque chose. S'approprier un héritage, l'ouvrage d'un autre. S'approprier une pensée, Se la rendre propre par la manière de l'exprimer, de la placer, de la faire valoir.

approprier

Approprier, Aptare, Accommodare.

¶ Approprier à soy et faire sien, ou maintenir estre sien, et s'attribuer, Sibi vendicare, Sibi assumere et vendicare, Dicere suum, Vendicare suum, Sibi asserere, Sibi asciscere.

Approprié, Aptus, Accommodatus.

approprier


APPROPRIER, v. act. Suivant Trév. Rendre une chôse propre, nette. Il est vieux en ce sens; M. Patte, Architecte, l'a employé au mode passif: "Les ruës de Madrid, il n'y a pas long-temps, n'étoient apropriées qu' une fois le mois. — L'Acad. le met en ce sens sans remarque, et le troûve aparemment fort bon: aproprier une maison, une chambre, un cabinet, l'ajuster, l'agencer, les mettre~ dans un état de propreté. * Un Auteur moderne, que nous citons souvent, parce qu'il aime à créer des expressions, emploie aproprier au figuré, toujours à sa manière, qui est assez singulière. "Si la vertu n'a pas sa volupté, pourquoi en aproprier une au crime. Attribuer, acorder, étaient aparemment, au goût de cet Auteur, des termes trop communs et trop bourgeois. C' est l'Auteur du Traité du Plaisir. = 2°. Aproprier, au figuré, Conformer. "Il faut aproprier le style au sujet que l'on traite. L'Acad. ne le met point en ce sens: c' est un oubli; car cette expression est très-française.
   3°. Le véritable emploi de ce verbe est avec le pron. pers. s'aproprier; usurper la propriété d'une chôse; s'aproprier un héritage. — M. Moreau, qui aime à employer les verbes actifs neutralement et sans régime, a dit s'aproprier tout seul. "Dévaster sans règle, et s'aproprier sans titre. — S'aproprier une pensée, un ouvrage, se l'atribuer, s'en dire l'auteur. "Il s'aproprie les ouvrages d'autrui.

Synonymes et Contraires

approprier

verbe approprier
Adapter quelque chose à un emploi.

approprier (s')

Traductions

approprier

(sapʀɔpʀije)
verbe pronominal
se donner, s'attribuer s'approprier la découverte de qqch

approprier

[apʀɔpʀije] vt (= adapter) → adapt [apʀɔpʀije] vpr/vt → to appropriate, to take over