après-soupée

APRÈS-SOUPÉE

(a-prê-sou-pée) s. f.
ou APRÈS-SOUPER, APRÈS-SOUPÉ (a-prê-sou-pé), s. m. Temps depuis le souper jusqu'au coucher.
Si je ne vous croyais l'âme trop occupée, J'irais parfois chez vous passer l'après-soupée [MOL., Éc. des mar. I, 5]
L'après-soupée se passa en jeu, en conversation [SÉV., 447]
Pour mieux comprendre ce qui s'y passa, il faut expliquer en deux mots la mécanique de l'après-souper du roi de tous les jours [SAINT-SIMON, 261, 258]
Au plur. Des après-soupées, des après-soupers, des après-soupés. On peut aussi conserver le substantif au singulier.

REMARQUE

  • On a reproché à l'Académie d'avoir mis après-soupée, attendu que soupée n'est pas usité. Mais l'Académie a enregistré, et elle a bien fait, l'usage tel qu'il est. Quand nous prenons nos participes substantivement, nous prenons tantôt le masculin, le dîné, le soupé, tantôt le féminin, l'allée, la venue ; tantôt les deux genres, le levé ou la levée d'un plan. Quant à soupée, bien que n'existant pas, il a pu exister aussi bien que tombée, qui est en usage : la tombée de la nuit.

ÉTYMOLOGIE

  • Après, souper.