arbalétrier

(Mot repris de arbalétriers)

arbalétrier

n.m.
1. Soldat qui était armé d'une arbalète.
2. Sportif qui pratique le tir à l'arbalète.

ARBALÉTRIER

(ar-ba-lé-tri-é) s. m.
Soldat armé d'une arbalète. Grand maître des arbalétriers, le premier officier de l'armée après le connétable.
Terme de zoologie. Nom vulgaire du martinet noir.
Les charpentiers appellent ainsi les pièces de bois qui servent a soutenir le toit d'un bâtiment.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Il avoit moult grant plenté de bonne gent et d'archiers et d'arbalestriers [VILLEH., LXIX]
    Ainz que se fussent regardé, Sept gaingnon [chiens] vienent descoplé ; En après vienent veneor, Arbalestier et chaceor [, Ren. 8066]
  • XVe s.
    Dont se mirent gens d'armes en ordonnance d'assauts, et tous leurs arbalestriers pavoisés devant [FROISS., II, II, 11]
  • XVIe s.
    Le traict des haquebutiers, archers et arbalestriers [M. DU BELL., Prol.]
    Les arbalestiers à cheval [ID., 19]

ÉTYMOLOGIE

  • Arcubalistarius (voy. ARBALÈTE).

arbalétrier

ARBALÉTRIER. n. m. Celui qui se servait de l'arbalète. Arbalétrier à cheval. Arbalétrier à pied. Une compagnie d'arbalétriers.

En termes de Charpenterie, il se dit des Pièces de bois qui servent à former le comble d'un bâtiment de manière à s'assembler par leur extrémité supérieure dans la pièce de bois perpendiculaire qu'on appelle Aiguille ou Poinçon, et par l'autre extrémité dans la poutre horizontale qu'on nomme Entrait. La rencontre des deux arbalétriers au poinçon peut former un angle droit.

arbalétrier


ARBALÉTRIER, s. m. [3e et 4e é fer. dout. à la 4e, lé-trié.] On écrivait autrefois arbalestrier, parce qu'on disait arbalestre. Quoiqu'on dise aujourd'hui arbalète, on doit dire arbalétrier, et non pas arbalétier. Men. L'Acad. se contentait de dire que quelques-uns disent arbalétier. Dans la dern. Édit. elle a retranché cet avis. — On apelait autrefois de ce nom un homme de guerre, qui tirait de l'arbalète.

Traductions

arbalétrier

crossbowman, rafter

arbalétrier

balestriere