arbitre


Recherches associées à arbitre: libre arbitre

1. arbitre

n. [ lat. arbiter ]
1. Personne choisie par deux ou plusieurs personnes, par des groupes en désaccord pour trancher leur différend : Le gardien a servi d'arbitre entre les deux locataires conciliateur, médiateur
2. Personne, groupe possédant un poids suffisant pour imposer sa volonté : Les arbitres de l'élégance, de la pensée politique.
3. Personne chargée de diriger une rencontre sportive ou un jeu dans le respect des règlements : L'arbitre siffle un penalty.

2. arbitre

n.m. [ lat. arbitrium ]
Libre arbitre,
faculté qu'a une personne de prendre des décisions, d'agir par sa seule volonté : Quand on agit sous la menace, on n'a plus son libre arbitre.

ARBITRE1

(ar-bi-tr') s. m.
Celui qui, agréé ou désigné par les parties, juge un différend.
Sa probité le rend l'arbitre de tous les États [FÉNEL., Tél. V]
Il faut prendre pour arbitre un peuple voisin [ID., ib. XXIII]
Je vous fais notre arbitre, et vous nous jugerez [RAC., Brit. IV, 2]
Dois-je sur sa foi La prendre pour arbitre entre son fils et moi ? [ID., ib. I, 4]
Vous-même, amour à part, je vous en fais arbitre [CORN., Nicom. I, 2]
Tiers arbitre, l'arbitre chargé de décider entre deux autres.
S. m. et f. Maître absolu, maîtresse absolue. Arbitre de la vie et de la mort. La fortune est l'arbitre de toutes choses.
Mais parle.... de son sort qui t'a rendu l'arbitre ? [RAC., Andr. V, 3]
Et des jours de son frère arbitre souveraine [ID., Baj. I, 1]
Il vous fait de son sort arbitre souveraine [ID., Brit. V, 1]
De la Grèce déjà vous vous rendez l'arbitre [ID., Iph. IV, 6]
Mais si de leur puissance ils vous laissent l'arbitre [CORN., Sertor. II, 2]
Quand de toute l'Asie il se fut vu l'arbitre [ID., Cinna, III, 4]
Lorsqu'il se vit établi arbitre souverain des lois [FLÉCH., le Tel.]
Ils se rendirent les arbitres de la doctrine [BOSSUET, Hist. II, 5]
On ne laisse pas les convalescents arbitres de leur nourriture [ID., Lett. Corn. 62]
Chacun s'est fait à soi-même un tribunal où il s'est rendu l'arbitre de sa croyance [ID., Reine d'Angl.]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Et tel digneté li jugiés Qu'il poïst estre arbitre et juge [, la Rose, 15229]
    Et s'il i a contenz [dispute], il doit estre ostez par arbitre esleuz d'une partie et d'autre [, Liv. de Just. 16]
    Il est bon que noz parlons en cest capitre qui ensuit, d'une maniere de juges c'on apele arbitres [BEAUMANOIR, XLI, 1]
    Tex manieres de descors doivent estre apaisé par le [la] declaration que li arbitre font en lor recort [ID., XXXIX, 7]
  • XIVe s.
    Estre arbitres et modereurs du publique conseil [BERCHEURE, f° 35, verso.]
  • XVIe s.
    Lavinus feit response que les Romains ne le vouloient point pour arbitre, ny ne le craignoient point pour ennemy [AMYOT, Pyrr. 34]

ÉTYMOLOGIE

  • Bourguig. airbitre ; provenç. arbitre ; espagn. et ital. arbitro ; d'arbiter.

ARBITRE2

(ar-bi-tr') s. m.
Terme de métaphysique. Volonté. Libre arbitre, puissance qu'a la volonté de choisir entre plusieurs partis sans motif extérieur ; pouvoir de se déterminer sans aucune cause que la volonté elle-même.
La grâce efficace meut le libre arbitre [PASC., Prov. 18]
Je dis que la liberté ou le libre arbitre est certainement en nous, et que cette liberté nous est évidente [BOSSUET, Libre arb. 2]
On dit, dans le même sens, mais plus rarement, franc arbitre. Dans le langage ordinaire, libre arbitre signifie seulement une volonté qui n'est pas contrainte.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Cestui-là i alla de son franc arbitre et de noblesse de cueur pour l'honneur du pere et de la maison [G. CHASTEL., Chron. des D. de Bourg. II, ch. 56]
  • XVIe s.
    C'est l'usance des tyrans, qui veulent leur arbitre tenir lieu de raison [RAB., Garg. I, 9]
    Nous parlerons du franc et serf arbitre de l'homme [CALV., Instit. 162]
    Ceux qui maintiennent le liberal arbitre, le jettent bas en ruine, plustost qu'ils ne l'establissent [ID., ib. 180]
    Dieu nous a donné franc-arbitre en nostre nature, et ne nous impose point necessité [ID., ib. 182]
    Ils accordent que le nom d'arbitre se doit rapporter à la raison, .... que le titre de libre ou franc, lequel on adjouste avec, appartient proprement à la volonté [ID., ib. 184]

ÉTYMOLOGIE

  • Arbitrium, de arbiter (voy. ARBITRE). Provenç. arbitre, franc albiri, albir, arbir ; espagn. et ital. arbitrio.

arbitre

ARBITRE. n. m. Celui qui est choisi par une ou plusieurs personnes pour terminer un différend. Prendre, nommer, choisir quelqu'un pour arbitre. Convenir d'arbitres. S'en rapporter à des arbitres. Tiers arbitre.

Il signifie aussi Maître absolu. Vous êtes l'arbitre de mon sort, de ma fortune. Dieu est l'arbitre de la vie et de la mort, est l'arbitre du monde. Ce prince s'est rendu l'arbitre de la paix et de la guerre.

arbitre

ARBITRE. n. m. T. de Philosophie. Libre arbitre, Faculté par laquelle la volonté se détermine à une chose plutôt qu'à une autre, sans autre cause que la volonté même.

arbitre

Arbitre esleu par les parties, et amiable compositeur, Disceptator domesticus, Arbiter ex compromisso, Compromissarius.

Prendre un arbitre, et s'accorder à luy, Sumere iudicem de re aliqua, Arbitrum capere, siue adhibere.

Se mettre en arbitres, Compromissum facere.

Offrir que le proces se vuide par arbitres, Arbitrium deferre, Ferre iudicem, Causam arbitris permittere, non recusare.

Deux arbitres accordez avec puissance d'en prendre un tiers, s'il y eschet, Arbitri duo ita lecti, vt si ita res tulerit, tertium sibi cooptent.

Quand l'arbitre donne sa sentence, Arbitrari.

Chose qui est subjette à l'arbitrage de l'arbitre, Arbitrarium.

La sentence de l'arbitre, Arbitrium.

arbitre

Franc arbitre, Arbitrium liberum.

Depuis qu'il fut en son liberal arbitre, Ex quo sui potens fuit, B. ex Liuio.

arbitre


ARBITRE, s. m. 1°. Celui, que des persones choisissent, de part et d'autre, pour terminer leur différend. Acad. Juge choisi par les parties, qui lui donent pouvoir de terminer leur différend. Trév. dans le Rich. Port. on dit: pour terminer un différend à l'amiable. C'est de l'Arbitrateur qu'on peut dire ces derniers mots, et non pas de l'Arbitre. V. ARBITRATEUR. = 2°. Maître absolu: "Dieu est l'Arbitre de l'univers, de la vie et de la mort: "Louis XIV fut un temps l'Arbitre de l'Europe, de la guerre et de la paix. = 3°. Libre Arbitre. Faculté de l'âme pour se déterminer plutôt à une chôse qu'à une autre. Puissance qui a la volonté de choisir. * Comme on dit le libre arbitre, Leibnitz a cru pouvoir dire: la liberté de l'arbitre. "Cette nécessité fatale détruiroit la liberté de l'arbitre. Il faut dire: détruirait la liberté ou le libre arbitre.

Synonymes et Contraires

arbitre

nom masculin arbitre
1.  Personne qui tranche un différend.
2.  Personne qui impose sa volonté.
Traductions

arbitre

referee, umpire, arbiter, arbitrator, judgescheidsrechter, arbiter, (heer en) meester, scheidsmanבורר (ז), לשון המאזניים (נ), פוסק (ז), פייסן (ז), שופט (ז), בּוֹרֵר, מְפַשֵּׁרSchiedsrichter, Ref, Referee, Schiedsmann, Schlichterarbitraciantoárbitrobírópemisah, penengah, wasitarbitroarbiterárbitroарбитр, судьяδιαιτητής, αγωνοδίκηςحَكَمrozhodčídommererotuomarisportski sudac, treći sudac u sporu koji presuđujeアンパイア, レフェリー심판dommerarbiter, sędziadomareกรรมการ, กรรมการตัดสินhakemtrọng tài裁判员арбитър仲裁員 (aʀbitʀ)
nom masculin-féminin
personne qui veille au respect desrègles

arbitre

[aʀbitʀ] nmf
(SPORT, FOOTBALL)referee (TENNIS, CRICKET)umpire
(fig)arbiter, judge
(DROIT)arbitrator