ardent, ente

ARDENT, ENTE

(ar-dan, dan-t') adj.
Qui est en feu, flamboyant ; qui brûle. Charbon ardent. Cendre ardente. Yeux ardents. Fièvre ardente. Soif ardente. Soleil ardent. Le soleil est ardent.
Le feu toujours ardent qui brûle pour nos dieux [RAC., Brit. V, 8]
Dans des ruisseaux de sang Troie ardente plongée [ID., Andr. IV, 5]
Le soleil irrité Formait un poêle ardent au milieu de l'été [BOILEAU, Sat. III]
L'œil ardent de colère [CORN., Poly. I, 3]
Miroir ardent, miroir construit de manière que, recevant les rayons du soleil, il brûle et enflamme les objets placés au foyer. Verre ardent, verre convexe qui réfracte les rayons du soleil de manière à les réunir au foyer et à brûler ce qui est placé à ce même foyer. Terme de blason qui s'applique aux charbons allumés ; par exemple, des charbons de sable ardents de gueule. Chapelle ardente, luminaire nombreux qui brûle autour d'un cercueil.
Parlerons-nous de ces chapelles ardentes, de ces chars tendus de noir ? [CHATEAUB., Génie, IV, I, 11]
Chambre ardente, tribunal chargé de juger certains grands crimes, et qui faisait brûler les coupables.
Au figuré, en parlant des choses, violent, vif. Passion ardente.
Une ardente vengeance A souvent confondu le crime et l'innocence [VOLT., Triumv. II, 1]
Fig. En parlant des personnes ou des animaux, plein d'ardeur, actif, véhément, violent. Cheval ardent. Homme d'un esprit ardent. Ardent à l'ouvrage. Ardent à poursuivre la gloire. Un naturel ardent. Une ardente jeunesse.
D'un génie ardent, mais limité [VOLT., Catil. II, 3]
Achille trop ardent l'a peut-être offensé [RAC., Iphig. V, 1]
Ardente à me l'offrir, Vous ne craigniez rien tant que d'être refusée.... [RAC., Baj. V, 4]
Elle m'a vu toujours ardent à vous louer [ID., Bérén. V, 7]
Depuis six mois entiers j'ai cru que, nuit et jour, Ardente elle veillait au soin de mon amour [ID., Baj. IV, 4]
Vous les verrez toujours ardents à vous complaire [ID., Brit. IV, 4]
Amurat plus ardent, et seul jusqu'à ce jour A voulu que l'on dût ce titre à son amour [ID., Baj. I, 3]
Ce Parthe, seigneur, ardent à nous défendre [ID., Mithr. III, 1]
Tantôt comme une abeille ardente à son ouvrage [BOILEAU, Art p. II]
Je le trouvais ardent pour mes intérêts [FÉN., Tél. XII]
Combien vous pouviez être ardents dans le bien et dans la vertu ! [MASS., Magd.]
Amoureux de la gloire, ardent après l'estime [CORN., Attila, I, 2]
La reine, qui m'entend, peut me désavouer ; Elle m'a vu toujours ardent à vous louer [RACAN, Berg. V, sc. dern.]
Porté à l'amour. Un étalon ardent. En termes de marine, vaisseau ardent, vaisseau qui a beaucoup de disposition à venir au vent contre son gouvernail et contre l'effet de ses voiles d'avant.
En parlant des couleurs, roux. Cheveux d'un blond ardent. Cheval d'un poil ardent.
S. m. Exhalaison enflammée qui paraît sur le sol dans les grandes chaleurs.
Ces ardents ou feux follets qui s'y jouent [DESC., Météor. 7]
Je les voyais comme deux ardents qui marchaient toujours devant moi, et qui m'éclairaient en me perdant [VOIT., Lett. 149]
Le mal des ardents ou le feu Saint-Antoine, sorte d'érysipèle gangréneux qui a sévi d'une façon fort cruelle durant le moyen âge.
Nom que portent certains académiciens à Naples.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Les treiz enfanz tout en un four ardant [, Ch. de Rol. CCXXIV]
  • XIIe s.
    De verz albes espines à faire un feu ardant [, Ronc. p. 199]
    Plus j'en sui [de l'amour] ardans que feus, Et du soufrir bien veuillant [, Couci, p. 123]
    Dessus le chef [de] Flore l'enfant [il y] Avoit une escarboucle ardant [, Romancero, p. 58]
  • XIIIe s.
    Cirges ardanz, Dont li clartez esteit moult granz [, Lai del desiré]
    Mais en la chambre ardant lesserent Deus cierges qui clarté geterent [, Ren. 22179]
    Ki a les iex rouges et ardans, c'est signes qu'il soit malvais et mal acostumés [ALEBRANT, f° 69]
  • XIVe s.
    L'homme qui est trop ardent d'acquerre richesses [, Ménagier, I, 9]
  • XVIe s.
    Minutius ardent du desir de combattre sans propos, et faisant de l'audacieux [AMYOT, Fab. 13]
    Il tiroit un vent impetueux, lequel enlevoit de la plaine une poudre ardente comme feu [ID., ib. 32]
    Une soif ardente [AMYOT, Anton. 61]

ÉTYMOLOGIE

  • Arder ; bourguig. adan ; provenç. ardent ; ital. ardente.