arder ou ardre ou ardoir


Recherches associées à arder ou ardre ou ardoir: arbre, bouter

ARDER ou ARDRE ou ARDOIR

(ar-dé ou ar-dr' ou ardoir)
V. a. Brûler. Que le feu Saint-Antoine vous arde !
V. n. Être brûlant.
Haro ! la gorge m'ard [LA FONT., Paysan.]

REMARQUE

  • Ce mot est tombé en désuétude. Le participe passé est ards ou ars.

HISTORIQUE

  • Xe s.
    Enz en'l fou la getterent [ils], com arde tost [, Eulalie]
  • XIe s.
    Les citez arses et les homes vaincuz [, Ch. de Rol. XVI]
    Esterminals [sorte de pierre précieuse], escarboucles qui ardent [, ib. CXIII]
    Il le fait pendre ou ardeir ou ocire [, ib. CCLXVIII]
  • XIIe s.
    Ardent ces hastes, ces gonfanons vergiez [, Ronc. p. 112]
    Largesse semble à feu de paille ; Quant il est ars, jà rien ne vaut [LE COMTE DE BRETAGNE, Romancero, p. 161]
    Ardant [nous] irons ses viles, ses chastiax et ses bors [bourgs] [, Sax. XXVII]
    Pur quei as fait ardre mes blez ? [, Rois, 172]
  • XIIIe s.
    Il virent ces hautes yglises, et ces riches palais fondre, et ces grans rues marcheandes ardoir à feu, et il n'en pooient plus faire [VILLEH., XCI]
    Et fist tout maintenant ocirre l'archevesque de la ville, et tous les haus homes fist ardoir [ID., CLIV]
    Et tenoit bien li frons del feu, si come il aloit ardant, demi-liue de terre [ID., XCI]
    De deuil et de pitié trestous li cuers m'en art [, Berte XXII]
    Que ce seroit bien fait que la vieille on arsist [, ib. XCI]
    Li prevos de Paris doit faire ardoir la fausse œuvre [, Liv. des mét. 251]
    Et saciés que il vous a fait jà grant damage, car il art et destruit quankes il ataint de vos fortereces [, Chr. de Rains, p. 75]
    Autre mireor sunt qui ardent Les choses, quant eus les regardent [, la Rose, 18367]
    Car cil qui plus en vont bevant, Ardent plus de soif que devant [, la Rose, 6014]
    Aucunes fois seult l'en baisier Tel main qu'en vodroit qu'el fust arse [, ib. 7417]
    Se uns simples chevaliers a un manoir delès une forest, et en cele forest uzages li est otroiés dou seigneur por son ardoir et por son mesonner et por pasture à ses bestes.... [BEAUMANOIR, XXIV, 18]
    Et s'il ne les veut croire, ançois se veut tenir en se [sa] malvese erreur, il soit justiciés comme bougres et ars [ID., XI, 2]
    Avec les autres villes que le conte de Champaingne ardoit, ardi il Espargnay et Vertus et Sezenne [JOINV., 204]
    La chandelle ardi tant que le feu se prist en la touaille [ID., 203]
    Elle li respondi qu'elle vouloit du feu ardoir paradis, et de l'yaue esteindre enfer [ID., 258]
  • XVe s.
    Ardit et gasta [Rob. Bruce] grand partie du royaume d'Angleterre [FROISS., I, I, 2]
  • XVIe s.
    Le feu du ciel eust ars toute l'abbaye [RAB., Pant. III, 19]
    Trop meilleur est soy marier que ardre on feu de concupiscence [ID., ib. III, 39]
    Le temple d'Apollo fut ars et bruslé par les Medois [AMYOT, Numa, 17]
    Il oublia d'esteindre les lampes qui ardoient la nuict en sa chambre [ID., Pélop. 22]
    Il ardoit et brusloit de desir qu'il avoit de s'en aller vistement à la guerre [ID., Marcel. 46]

ÉTYMOLOGIE

  • Ardere ; picard, arder, asir ; provenç. ardre ; espagn. arder ; ital. ardere.