ardeur

ardeur

n.f. [ lat. ardor, de ardere, brûler ]
1. Force qui pousse à faire qqch ; force que l'on met à faire qqch : Une équipe pleine d'ardeur
fougue, vigueur, vitalité ; mollesse, tiédeur : Défendre une cause avec ardeur
2. Litt. Chaleur extrême : L'ardeur du soleil.

ARDEUR

(ar-deur) s. f.
Chaleur vive. Ardeur de la fièvre. L'ardeur du soleil.
Je ne dis rien des ardeurs éternelles qui lui sont destinées [MASS., Prod.]
L'impie va trouver des ardeurs dévorantes, un supplice sans fin et sans mesure [ID., Car. Vér. d'un aven.]
Une invincible ardeur en mes veines s'allume, Qui d'un secret effort jusqu'aux os me consume [ROTR., Antig. II, 4]
Dans l'ardeur de sa peine, elle maudira éternellement le jour qui la vit naître [MASS., Car. Mauv. riche.]
Désir violent.
Il n'est rien qui ne cède à l'ardeur de régner [CORN., Nicom. II, 1]
Je sais bien que l'ardeur de venger vos parents.... [ID., Héracl. II, 2]
L'ardeur de voir de près un si fameux héros [ID., Sertor. III, 2]
Et son illustre ardeur d'oser plus que les autres [ID., Hor. II, 1]
De l'ardeur d'obéir son âme est dévorée [VOLT., Fanat. IV, 1]
Quoi ! l'ardeur de régner en sa place Rend déjà Xipharès ennemi de Pharnace [ID., Mithr. I, 1]
J'attends avec ardeur Cette eau sainte, cette eau qui doit guérir mon cœur [VOLT., Zaïre, III, 4]
J'avais toutes les ardeurs du monde d'entrer dans votre alliance [MOL., Pourc. III, 9]
Cette suspension d'un jour que ma reconnaissance lui demande ne fera qu'augmenter l'ardeur que j'ai de le satisfaire [l'honneur] [ID., Fest. III, 6]
Grande activité, passion vive, chaleur, vivacité. Telle était l'ardeur de leur zèle. Ardeur au jeu. Travailler avec ardeur. Pleins d'ardeur pour recouvrer la liberté. Enflammer ou exciter l'ardeur de quelqu'un. Doubler l'ardeur du soldat. Cavaliers lancés avec trop d'ardeur. Le combat reprit de l'ardeur. Refroidir l'ardeur.
Vive source de flamme où j'ai pris une ardeur Qui toute autre surmonte [MALH., V, 1]
Certaines ardeurs qu'on éprouve dans la résolution d'une vie nouvelle [MASS., Pâq.]
Les ardeurs d'une piété fidèle [ID., Car. Tiédeur.]
Les premières ardeurs d'une conversion d'éclat [ID., ib.]
Écoutez un peu moins ces ardeurs généreuses [CORN., Hor. III, 6]
Va, ne t'expose point aux premiers sentiments Que poussera l'ardeur de ses ressentiments [ID., Cid, III, 1]
C'est un homme que Jésus-Christ a choisi lui-même pour répandre dans le monde la lumière de ses vérités naissantes, et les premières ardeurs de l'amour divin qu'il y venait établir [FLÉCH., II, 144]
Les funestes ardeurs de leurs convoitises [ID., Serm. I, 82]
Amour, passion.
Je n'imiterai point ceux qui ne témoignent de l'ardeur pour leurs maîtresses que durant les fiançailles [PELLISS., Disc. Lorsqu'il succède à de Porchères]
Le mien [cœur] savait vous rendre une ardeur mutuelle [CORN., Sertor. V, 7]
L'amour à ses pareils ne donne point d'ardeur Qui ne cède aisément aux soins de leur grandeur [ID., Pomp. II, 4]
Douter de ses ardeurs, Vous qui la pouvez mettre au faîte des grandeurs [ID., ib. III, 3]
Mon importune ardeur ne s'est point ralentie [RAC., Baj. V, 6]
Cette ardeur que j'ai pour ses appas [ID., Bérénice, II, 2]
... Des mêmes ardeurs dès longtemps enflammé [ID., Mithr. III, 2]
Tant de soins, tant de pleurs, tant d'ardeurs inquiètes [ID., Andr. I, 4]
Après tant de bontés, de soins, d'ardeurs extrêmes, Tu ne saurais jamais prononcer que tu m'aimes ! [ID., Baj. IV, 5]
Est-ce là cette ardeur tant promise à sa cendre ? [ID., Andr. IV, 1]
Ce n'est plus une ardeur dans mes veines cachée, C'est Vénus tout entière à sa proie attachée [RAC., Phèd. I, 3]
En termes de mystiques, une classe d'anges dans la hiérarchie céleste.
Parmi tant de séraphins, de trônes, d'ardeurs nul ne se sentit assez de force pour s'offrir en sacrifice [CHATEAUB., Génie, I, I, 4]
Vivacité, en parlant de certains animaux. Ce cheval a de l'ardeur. L'ardeur de ces chiens.
Salacité. L'ardeur du tempérament.
En termes de médecine, ardeur d'urine, sentiment de chaleur ardente que l'on éprouve au col de la vessie ou dans le canal de l'urèthre, lors de l'émission de l'urine. Ardeur d'estomac, sentiment de brûlure qu'on éprouve dans ce viscère.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    .... Se j'estoie montés sor mon ceval et le feroie des esperons parmi enfans ou par presse de gent, et mes cevaus, par l'ardeur de li, en tuoit aucun [BEAUMANOIR, LXIX, 6]
    Des puiz d'enfer ist cele ardurs, Où nos dampnez seront tuz jurs [MARIE, Purgatoire, 1265]
    Ce lour a fait force d'amour, Dont ont euë grant ardour [, Bl. et Jeh. 5308]
  • XIVe s.
    De telle ardeur [elle] se remuoit Qu'à pou que le sang ne suoit [BRUYANT, dans Ménagier, t. II, p. 37]
    Volenté desordonnée et ardeur de acquerir les biens de ce monde [, Ménagier, I, 3]
  • XVIe s.
    Ceste cause a esté demenée par ardeur impetueux, plustost que par une moderation et gravité judiciaire [CALV., Inst. dédic.]
    Il y en a qui sont transportez de tel ardeur, que.... [ID., ib. 1125]
    L'autre à sa dame estendoit la ramée Pour la garder de l'ardeur du soleil [MAROT, 182]

ÉTYMOLOGIE

  • Ardorem (voy. ARDER) ; provenç. et espagn. ardor ; ital. ardore. Le XVIe siècle fit, contre l'usage et par zèle étymologique, ardeur du masculin.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • ARDEUR. - HIST. Ajoutez : XIIe s.
    Une ardor de droiture [, Job, p. 445]
  • XIVe s. Ajoutez :
    Le saingler [à la cour du roi Noble] vit on escumer D'ardeur, de ce que il veoit Tel chose qui li desseoit, Dont il li sambla ce soit tors [J. DE CONDÉ, t. III, p. 78]
  • XVIe s.
    Le douziesme jour, ils sentent parfois grande ardeur et ponction par tout le corps [PARÉ, XX, 10]

ardeur

ARDEUR. n. f. Chaleur vive, extrême. L'ardeur du feu. L'ardeur du soleil. Pendant les ardeurs de la canicule.

Il se dit aussi de la Chaleur âcre et piquante qu'on éprouve dans de certaines maladies. L'ardeur de la fièvre. Ardeur d'entrailles.

Il désigne au figuré la Chaleur, la vivacité avec laquelle on se porte à quelque chose. Se livrer à un travail avec ardeur. Une sainte ardeur. Une bouillante ardeur. Une ardeur passagère, L'ardeur de son zèle. L'ardeur de sa dévotion. Son ardeur à servir ses amis. L'ardeur de briller, de s'enrichir. L'ardeur des combattants. Réveiller l'ardeur des troupes. Poursuivre quelque chose avec ardeur. Être plein d'ardeur pour le service de ses amis. Modérez un peu cette ardeur. J'ai calmé son ardeur. L'ardeur du combat. L'ardeur de la dispute. L'ardeur de la jeunesse. L'ardeur des passions. Ce cheval, ce chien a trop d'ardeur.

Il se dit encore figurément et poétiquement d'une Passion amoureuse. Il lui cachait son ardeur. Il n'avait plus pour elle ces ardeurs insensées... Une première ardeur.

ardeur

Ardeur, Ardor, Feruor.

l'Ardeur du Soleil, AEstus, Soles.

Bailler une ardeur Ardorem iniicere.

ardeur


ARDEUR, s. f. [L'r finale se pron. Ar-deur en 2 syll. brèves.] Chaleur véhémente. Il se dit au propre et au figuré; ardeur du feu, du soleil, ardeur d'entrailles, d'urine, l'ardeur de la fièvre. — Ardeur du zèle, faire les chôses avec ardeur; mais ce n'est qu'au propre et rarement qu'on se sert du pluriel: les ardeurs de la canicule. Les Poètes, qui disent ardeurs pour amours, consultent moins l'usage que les besoins de la mesure ou de la rime. Je ne prétends pas les blâmer, mais je crois qu'on ne doit pas les imiter dans la prôse, où ces besoins n'existent pas.
   Le Trône fit toujours mes ardeurs les plus chères.
       Rac.
  Rien ne peut modérer tes ardeurs insensées.
      Ibid.
Le dernier vers n'a de défaut qu'ardeur employé au pluriel: mais le 1er a de plus le vice de l'expression. Je ne pense pas qu'on puisse dire: le Trône fait mes ardeurs les plus chères, comme on dirait: il fait mes plus chers désirs. = Ardeur régit-il l'infinitif avec de ou à? Fontenelle et Crébillon disent le 1er, et M. Racine le Fils, le 2d. "Assurément si l'on a tant d'ardeur de s'agrandir... c'est qu'on ne conoit pas les tourbillons. Mondes.
   L'ardeur de vous venger nous rend tout légitime.
       Créb.
L. Racine dit à Dieu en parlant de J. C.
  À~ défendre sa caûse aprouve mon ardeur.
J'oserais moins condamner ce dern. régime que le 1er, et parce qu'il est moins extraordinaire, et parce que c'est un Poète qui parle. Mais dans la phrâse de Fontenelle, j'aimerais mieux, passion de s'agrandir, qui est plus usité et qui a le même sens. — Au reste, à employer ce régime, il faut préférer de, quand ardeur est précédé de l'article, comme a fait Crébillon, et à, quand ardeur est avec un pronom, mon ardeur, comme a fait L. Racine. — L'Acad. ne met point ardeur à faire, ou de faire.

Synonymes et Contraires

ardeur

nom féminin ardeur
3.  Littéraire. Chaleur extrême.
-littéraire: touffeur.
Traductions

ardeur

Feuer, Glut, Inbrunst, Brunft, Brunst, Flamme, Geilheit, Leidenschaft, Eiferardour, glow, heat, passion, fire, ardor, fervour, pithgloed, vuur, hitte, enthousiasme, geestdrift, ijver, vlijt, inzetלהט (ז), שגייה (נ), לַהַטildardoardorízzásardore, calore, lenaardor, brasa incêndioжарglöd熱情 (aʀdœʀ)
nom féminin
1. énergie, passion travailler avec ardeur
2. chaleur très intense l'ardeur des flammes

ardeur

[aʀdœʀ] nf
(amoureuse)ardour (Grande-Bretagne), ardor (USA); (au travail)zeal; (religieuse)fervour (Grande-Bretagne), fervor (USA)
(= chaleur) → blazing heat