arête

(Mot repris de arete)

arête

n.f. [ lat. arista, épi ]
1. Os pointu du squelette des poissons : Retirer les arêtes d'une sardine grillée.
2. En anatomie, ligne osseuse saillante : Arête du nez.
3. En architecture, angle saillant formé par la rencontre de deux surfaces : Arête d'un toit.
4. Barbe de l'épi de certaines graminées : Les arêtes de l'orge, du seigle.
5. En mathématiques, droite commune à deux plans qui se coupent : Un cube a 12 arêtes.
6. En géographie, ligne qui sépare les deux versants d'une montagne : Une arête rocheuse.

ARÊTE

(a-rê-t') s. f.
Parties osseuses qui composent le squelette des poissons.
En botanique, arête, le filet grêle, sec et plus ou moins roide, qui naît des paillettes florales des graminées.
En architecture, angle saillant formé par deux faces. L'arête d'une voûte, l'angle qu'elle forme avec un mur ou avec une autre voûte.
En charpente, poutre à vive arête, poutre bien équarrie.
En géométrie, la ligne d'intersection des deux plans qui forment un angle dièdre. En géographie, ligne courbe ou brisée séparant ordinairement les deux versants principaux d'une chaîne de montagnes. En géologie, ligne formée par la réunion de deux surfaces inclinées l'une sur l'autre.
En termes d'art militaire, arête de glacis, la rencontre des parties qui forment les saillants d'un chemin couvert.
Angle continué de quelque corps, comme l'élévation angulaire qui règne au long d'une lame d'épée, et le fil qui est élevé sur le manche d'une cuillère. Arête d'une baïonnette, carre d'une lame de baïonnette.
Technologie. Extrémité d'un chapeau, où l'on coud le bord. Extrémité du bord d'un plat ou d'une assiette, du côté du fond. Bord de l'enclume. Angle de toutes les faces qu'un diamant peut recevoir.
Arête ou queue de rat, espèce de croûte écailleuse, plus ou moins dure, comme cornée, que l'on trouve quelquefois le long du tendon de la jambe du cheval, et qui fait tomber le poil ou l'empêche de revenir en cet endroit.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Une partie de cel courtil, si comme il se porte de l'areste dou mur jusques à une bonde [DU CANGE, aresta]
    Si vos di que si esperon Furent d'arestes de poisson [, Fabli. édit. BARBAZ. t. IV, p. 89]
  • XIVe s.
    Quant les choulx sont trop mengiés de chenilles, qu'il n'y a point de fueille fors les arrestes.... [, Ménagier, I, 2]
  • XVIe s.
    Aucuns fromens sont barbus, c'est à dire aians des arrestes en leurs espis, et les autres raz, n'en aians aucuns [O. DE SERRES, 106]

ÉTYMOLOGIE

  • Wallon, arièse, riess ; namurois, èrèse ; provenç. arista, épi et arète ; portug. aresta ; ital. resta ; du latin arista. Ce mot signifie proprement épi ; puis, par une analogie qui se conçoit, il a pris la signification d'arête ; on le trouve avec ce sens dans Ausone, Mosella. De perca.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    ARÊTE.
    Ajoutez :
  • Voûte d'arête, voy. VOÛTE, n° 1.

arête

ARÊTE. n. f. Os long, mince et pointu qui se trouve dans la chair de certains poissons. Poisson qui a beaucoup d'arêtes, peu d'arêtes. Avaler une arête. Il s'étrangla avec une arête.

Il désigne aussi le Squelette entier du poisson. L'arête d'une sole. L'arête d'une carpe.

En termes de Botanique, il se dit des Barbes qui accompagnent l'épi de certaines graminées, telles que l'orge, le seigle, etc., et en général de tout Filet sec, grêle et plus ou moins raide, qui ressemble aux barbes des graminées.

En termes d'Architecture, il signifie Angle saillant formé par la rencontre et la jonction de deux surfaces d'une pierre, d'une pièce de bois ou de toute autre matière. Cette tablette de marbre a les arêtes écornées.

Cette pièce de bois, cette poutre, cette solive est taillée à vive arête, On l'a bien équarrie, on n'y a laissé ni écorce ni aubier, et tous les angles en sont bien marqués. On dit de même Une pièce de bois ou de fer est à vive arête.

L'arête d'une voûte, L'angle qu'elle forme avec un mur ou une autre voûte.

En termes de Géométrie et de Géologie, il se dit de la Ligne formée par la réunion de deux surfaces inclinées l'une sur l'autre. Les arêtes d'une pyramide, d'un cristal.

En termes de Géographie, il signifie la Ligne courbe ou brisée qui sépare ordinairement les deux versants principaux d'une chaîne de montagnes.

arête


ARêTE, s. f. ARÉTIER, s. m. [2e ê ouv. et long au 1er, é fer. et br. au 2d, dont la 3e est aussi un é fer. Aré-tié.] On écrivait autrefois areste, arestier. — Les arêtes sont dans les poissons ce que les ôs sont dans les autres animaux. Petite arête, grosse arête, poisson qui a beaucoup d'arêtes (on parle alors des petites, qui sont comme des épingles.) On apelle vive arête dans une pièce de bois, équarrie, les angles bien marqués. — Arétier, pièce de bois qui forme l'arête ou l'angle des toits qui sont en croupe ou en pavillon.

Traductions

arête

Gräte, Kamm, Grat, Grenzlinie, Kante, Rand, Schmalseite, Schneidecoping, edge, ridge, mountain ridge, comb, crest, top, bone, fishbonerib, bergkam, graat, hanekam, kam, nok, ribbe, visgraat, vorst, scherperand, (neus/berg)rug, (vis)graat, baard [plant], kant, scherpe randaresta, cresta, espina de peixeĝo, firsto, fiŝosto, krestoarista, caballete, camellón, cresta, espina, espina de pescadohalcsont, szálkacresta, lisca, spigolo, spinanokkearestafiskbenkılçıkάγανο邊緣okrajkantreunaקצה가장자리ขอบ (aʀɛt)
nom féminin
os du poisson faire attention aux arêtes

arête

[aʀɛt] nf
[poisson] → bone
(d'une montagne)ridge
(MATHÉMATIQUE) [cube, objet] → edge (where two faces meet)