argument

argument

n.m.
1. Preuve, élément qui vient à l'appui d'une affirmation, d'une thèse, d'une demande : Vous devez avoir des arguments convaincants pour obtenir son accord raison
2. Résumé du sujet d'une œuvre littéraire, lyrique, dramatique : L'argument d'un opéra de Verdi.

ARGUMENT

(ar-gu-man) s. m.
Raisonnement par lequel on tire une conséquence d'une ou de deux propositions. Argument solide, plein de force. Il plaçait ses arguments dans l'endroit où ils devaient produire le plus d'effet. Se laisser tromper par des arguments captieux. Réfuter les arguments de son adversaire.
Les arguments qu'il tire de cette suite [BOSSUET, Euch. 3]
Argument en forme, argument conforme aux règles de la logique.
L'autre préparait un argument en forme [HAMILT., Gramm. 4]
Argument ad hominem, argument qui oppose à l'opinion actuelle d'un homme ses paroles ou ses actions antérieures.
Ce que vous nous donnez pour un argument ad hominem [BOSSUET, Théol.]
Argument cornu (voy. DILEMME).
Conjecture, indice, preuve. C'est là un argument en notre faveur tout aussi bien qu'en faveur de nos adversaires. Les vents Étésiens dont on veut tirer un argument.
Sommaire d'un ouvrage.
En termes d'astronomie, argument de la latitude ; le lieu de l'aphélie et celui du nœud d'une planète étant connus, et l'anomalie vraie de la planète étant donnée, on a sa distance au nœud, qu'on nomme autrement l'argument de la latitude.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Or entent donc à l'argument : Ge di pain d'orge est de froment, Ge di pain de froment est d'orge [, Ren. 21209]
    Bien l'entendras [la vérité], se bien repetes Les argumens as grans poetes [, la Rose, 7206]
    Et tous les autres estrumens Qui sunt piliers et argumens à soustenir nature humaine [, ib. 6994]
    Tu iez pors de nostre esperance, Matiere de nostre faconde, Argumens de nostre creance [RUTEB., II, 10]
  • XIVe s.
    Après je respons as arguemens contraires [ORESME, Eth. 163]
    Qu'est-che ? che dist li prestres. Argue vistement.. Qu'à mi voelt desputer et faire arguement ; Si vienge encontre mi monstreir son parlement [, Baud. de Seb. XII, 315]
    Il propose la table dessus dite par-devant Appius, qui estoit auteur de cestui argument [BERCHEURE, f° 65, recto.]
  • XVIe s.
    Dieu nous donne argument [sujet] continuel de le prier et louer [CALV., Inst. 707]

ÉTYMOLOGIE

  • Argumentum, de arguere (voy. ARGUER) ; provenç. argument ; espagn. argumento ; ital. argomento. Le vieux français arguement vient, non d'argumentum, mais directement d'arguer.

argument

ARGUMENT. n. m. T. de Logique. Raisonnement construit selon certaines règles, par lequel on tire méthodiquement une conséquence d'une ou de deux propositions. Argument en forme. Développer un argument. Rétorquer un argument. Argument à deux tranchants. Argument à priori.

Argument ad hominem, Argument qui tire sa force de certaines conditions ou circonstances propres à la personne même à qui on l'adresse.

Il signifie, dans la langue ordinaire, Indice, preuve qui sert à affirmer ou à nier un fait. Entasser arguments sur arguments. Vos arguments ont peu de force.

Il se disait autrefois de la Partie d'une thèse soutenue publiquement dans une Université.

Il signifie encore Sujet en abrégé d'un ouvrage. L'argument d'une pièce de théâtre, d'un poème épique, d'un discours, d'un traité.

argument

Argument, Argumentum, Argumentatio.

Argument cavillatoire, Sophisma.

Monstrer par arguments que ce qu'on dit n'est pas vray, Redarguere, Refellere, Argumentis refellere.

Prendre arguments et conjecturer une chose si l'année sera saine ou pestilentieuse, Coniecturam capere salubrisne an pestilens annus futurus sit, Argumentis deprehendere.

En usant souvent d'arguments, Frequentatione argumentorum.

Arguments coulourez et n'ayans qu'une premiere apparence, Argumenta fucata, inani tantum specie veritatis fallentia.

Arguments concluans, Conclusiones ratae.

argument


ARGUMENT, s. m. [Arguman, dern. lon.] 1°. Raisonement par lequel on tire une conséquence d'une ou de deux propositions. Acad. La conséquence de la connexion de deux extrêmes qu'on tire de celle d'un terme moyen. Trév. Cette définition est obscure, et n'aprend rien à ceux qui ne sont pas initiés dans la Logique Scolastique. Celle de l'Académie est incomparablement meilleure. — Argument démonstratif, fort, invincible. Argument captieux, sophistique, etc. Faire un argument; répondre, satisfaire à un argument. = 2°. Indice, conjectûre, preuve: "J'en tire un grand argument contre lui, ou en sa faveur. = 3°. Le sujet en abrégé d'un ouvrage. "L'argument d'un Poème, d'une Pièce de Théâtre, etc. En ce dernier sens, il est peu usité aujourd'hui.
   * Rem. Dans le 2d sens, il était plus en usage autrefois qu'aujourd'hui: "La franchise avec laquelle il nous decouvroit ses fautes, nous étoit un argument de sa docilité. — On dirait aujourd'hui, nous était une preuve. — On ne dit argument en ce sens, qu'avec tirer, fournir, ou autres verbes semblables, et jamais seul, comme dans cette dernière phrâse; et même avec ces verbes, il vieillit.

Synonymes et Contraires

argument

nom masculin argument
Ce qui appuie une affirmation.
Traductions

argument

Argument, Beweisargument, plea, reason, pitchargument, bewijsgrond, samenvattingארגומנט (ז) [טיעון], טיעון (ז), נימוק (ז), נִמּוּק, טִעוּןargumentoargumenεπιχείρημαаргументargomentoаргумент參數argumentargumentอาร์กิวเมนต์ (aʀgymɑ̃)
nom masculin
raisonnement qui prouve qqch avoir des arguments

argument

[aʀgymɑ̃] nmargument
argument de vente → selling point