arrêt


Recherches associées à arrêt: arrêt cardiaque

arrêt

n.m.
1. Action d'arrêter, de s'arrêter : L'arrêt des cours a lieu en juin
cessation, interruption, suspension ; reprise : Les randonneurs font un arrêt au refugeNe pas descendre avant l'arrêt du train
halte : Ne pas descendre avant l'arrêt du train
2. Endroit où s'arrête un véhicule de transport en commun : Nous descendons du métro au prochain arrêt
3. Pièce, dispositif destinés à arrêter, à bloquer un élément mobile : Un couteau à cran d'arrêt.
4. Décision de justice rendue par une juridiction supérieure : Arrêt de la Cour de cassation
Arrêt de ou du travail,
interruption du travail pour congés payés, congé maladie ou pour des raisons sociales (grève par ex.), ou économiques (chômage par ex.).
Arrêt maladie ou de maladie,
interruption de travail due à un accident de santé.
Chien d'arrêt,
chien de chasse qui s'immobilise quand il sent le gibier (par opp. à chien courant).
Coup d'arrêt,
interruption brutale imposée à un mouvement, à un processus : Ce scandale a été un coup d'arrêt à sa carrière.
Être ou tomber en arrêt devant qqch,
rester immobile sous l'effet de la surprise, de l'intérêt, de la convoitise.
Maison d'arrêt,
prison réservée aux personnes soumises à la détention provisoire et aux condamnés à une courte peine.
Sans arrêt,
continuellement : Être sans arrêt devant son ordinateur
sans cesse : Travailler sans arrêt

arrêts

n.m. pl.
Punition infligée à un militaire, l'obligeant à rester en dehors du service en un lieu déterminé : Soldat mis aux arrêts pour deux jours.

ARRÊT

(a-rê ; le t ne se lie que dans la prononciation soutenue : un arrêt infamant, dites : a-rêt-infamant ; mais on dit sans lier : faire saisie et arrêt entre les mains de quelqu'un ; on a fait arrêt en sa personne et en ses biens) s. m.
Action d'arrêter ; effet de cette action. L'arrêt des affaires commerciales. Le médecin a reconnu un arrêt dans la marche de la maladie. Fig. Il n'a point d'arrêt ; c'est un esprit sans arrêt ; c'est-à-dire c'est un homme léger, et sur lequel on ne peut pas compter.
Mais ces jeunes bergers, si beaux et si chéris, Sont meilleurs pour amants qu'ils ne sont pour maris ; Ils n'ont aucun arrêt, ce sont esprits volages, Qui souvent sont tout gris avant que d'être sages [RACAN, Berg. Silène, I, 3]
Mais l'homme, sans arrêt dans sa course insensée, Voltige incessamment de pensée en pensée [BOILEAU, Sat. VIII]
Vous êtes sans arrêt, faible, vaine, légère, Inconstante, bizarre, ingrate et mensongère [VOIT., Poés.]
Temps d'arrêt, se dit de courts intervalles ou repos dans des mouvements qui doivent s'exécuter avec précision. Par extension, interruption, suspension. Il y eut un temps d'arrêt dans les persécutions.
Arrêt de roi, s'est dit autrefois pour embargo.
En termes de manége, action par laquelle le cavalier arrête son cheval, et celle par laquelle le cheval s'arrête. L'arrêt doit être opéré graduellement, mais franchement, sans que le corps du cavalier se déplace d'une manière bien sensible.
En physiologie, arrêt de développement, travail physiologique ou pathologique qui interrompt la formation d'un organe et l'arrête à un degré inférieur.
En termes de chasse, action du chien qui arrête le gibier. Votre chien garde bien l'arrêt. Le chien est en arrêt.
Pièce du harnais où un chevalier appuyait sa lance. Il mit la lance en arrêt. Fig. Être la lance en arrêt, être sur le qui-vive.
Je crains qu'il ne soit obligé d'être la lance en arrêt sur les côtes de Provence [SÉV., 583]
Petite pièce qui arrête le ressort d'une arme à feu, le pêne d'une serrure, le mouvement d'une montre. Ganse, point placé à l'extrémité d'une ouverture, pour empêcher que le linge ne se déchire. En termes de serrurerie, petite broche en fer, portée par une chaînette, pour arrêter une persienne. Petit talon qui entre dans les encoches du pêne. En termes de sellerie, courroie d'arrêt, celle qui est attachée au harnais de derrière, servant au cheval à arrêter la voiture.
En termes de musique, point d'arrêt, point d'orgue.
10° Dans l'escrime, coup d'arrêt, coup pris sur une marche avec opposition.
11° Petit ados qui coupe une allée plate en travers, pour empêcher que les eaux ne la dégradent.
12° Pieux traversés de pièces de bois, et destinés à arrêter le bois qu'on a jeté à bûche perdue sur les petites rivières.
13° En termes judiciaires, saisie de la personne ou des biens. On a fait arrêt sur sa personne et sur ses biens.
14° Maison d'arrêt, prison. S. m. plur. En termes militaires, punition, défense faite à un militaire de sortir. Condamner aux arrêts. Lever les arrêts.
Senantes est aux arrêts [HAMILT., Gramm. 4]
Les directeurs pouvaient mettre aux arrêts, interdire même les brigadiers de cavalerie ou d'infanterie [SAINT-SIMON, 25, 32]
Arrêts forcés, défense absolue de sortir ; arrêts simples, défense de sortir aux heures où l'on n'est pas de service. On a dit autrefois en arrêt ce que nous disons aux arrêts.
L'abbé Dubois trouva le prince de Galles en arrêt dans son appartement [SAINT-SIMON, 475, 101]
Le roi le fit mettre en arrêt en votre maison [PASC., Prov. 13]
15° Décision rendue par une cour souveraine. Rendre un arrêt. Prononcer un arrêt de mort.
Obtenez un arrêt, comme il faut que je dorme [RAC., Plaid. I, 4]
Pour rendre en sa faveur un arrêt injuste [PASC., Prov. 8]
Selon ou plus ou moins, Jean donne ses arrêts [RÉGNIER, Sat. X]
Par extension.
Veson lui a signifié son arrêt [lui a annoncé qu'elle n'en reviendrait pas] [SÉV., 149]
Décision d'une puissance, d'une autorité quelconque.
Bientôt ton juste arrêt te sera prononcé [RAC., Esth. III, 5]
J'attendrai mon arrêt ; vous pouvez commander [ID., Mithr. IV, 4]
Non, ne révoquons point l'arrêt de mon courroux ; Qu'il périsse.... [ID., Andr. V, I]
Il vaut mieux que lui-même Entende son arrêt de la bouche qu'il aime [ID., Brit. II, 3]
Toutes.... disputant un si grand intérêt, Des yeux d'Assuérus attendaient leur arrêt [ID., Esth. I, 1]
J'attends donc mon arrêt sans qu'on me le prononce [CORN., Héracl. III, 2]
Par un arrêt des Dieux sa tête est condamnée [CRÉBILLON, Idom. III, 1]
Son peuple, dont il lit l'arrêt dans l'accès de sa vision [MASS., Étienne.]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Sans demorance et sans arrest [délai], à la karole [danse] me suis pris [, la Rose, 798]
    Biaus amis chiers, se il vous plest, Passés la haie sans arrest Por l'odor des roses sentir [, ib. 2810]
    Je voil [veux] qu'il ait la compaignie Bel-Acueil, puisque il vous plaist ; Ge n'i metrai jamès arrest [, ib. 3336]
    Ou s'il li a fet fere arest par le segneur ou aucun empeecement sanlavle [BEAUMANOIR, VI, 11]
  • XVe s.
    Et se departit cil conseil sans avoir nul certain arrest, fors que de tenir le siege [FROISS., II, II, 3]
    Beaux seigneurs, ne pensez pas au fuir, montrez hui que vous soyez gens d'arrest et de prouesse, et vendez vos corps et vos membres aux espées et aux armures [ID., II, III, 19]
  • XVIe s.
    C'est un commun vice des hommes, d'avoir leur visée et arrest sur le train auquel ils sont nays [MONT., I, 369]
    Ils vinrent chocquer les espées en arrest avec telle opiniastreté qu'ils rompirent et mirent en fuitte les trois gros [D'AUB., Hist. I, 169]
    Il n'avoit pas reconnu deux fossez creux sans haie qui l'arresterent à 80 pas des ennemis qui firent beau feu sur l'arrest, comme fit aussi la courtine [ID., ib. II, 258]
    Il n'eut pas fait 400 pas qu'il part du corps-degarde un homme qui faisoit les mesmes arrests et avances que lui, et toutes-fois l'outrepassa, de peur de lui donner l'allarme [ID., ib. II, 342]
    L'eau estant accruë par l'arrest des moulins du marais [ID., ib. III, 20]
    Ces deux s'estans deffiez d'un coup de lance avant mettre la main à l'espée, l'Isle coucha en arrest, l'autre aima mieux se fier en sa justesse, et prenant sa carriere.... [ID., ib. III, 138]
    Un inquisiteur de la foy n'a capture ou arrest en ce royaume, sinon par l'ayde et authorité du bras seculier [P. PITHOU, 37]
    M. de Bourbon, averty de l'arrest [arrestation] fait sur la personne de l'evesque d'Autun.... [M. DU BELL., 85]
    Oiseau leger qui vole d'heure en heure, Sans foy, sans loy, sans arrest ny demeure [RONS., 705]
    Estoqueaux ou arrests desdites gaschettes au milieu desquelles sont chevilles pour arrester lesdites gaschettes [PARÉ, XVII, 12]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. arrest ; espagn. et ital. arresto. On tire souvent ce mot du grec qui signifie un arrêt, une résolution ; mais, outre qu'on ne voit pas comment ce mot grec se serait introduit dans la langue, il est impossible de séparer arrêt d'arrêter (voy. ce mot).

arrêt

ARRÊT. n. m. Action de s'arrêter ou d'être arrêté. L'arrêt du train. Il y a un arrêt dans la marche de sa maladie. Un mandat d'arrêt.

Temps d'arrêt se dit de Courts intervalles ménagés entre certains mouvements qui doivent s'exécuter avec précision.

Il signifie aussi Jugement d'une Cour souveraine, par lequel une question de fait ou de droit est décidée. Arrêt de la Cour d'appel, de la Cour de Cassation. Arrêt par défaut. Arrêt contradictoire. Arrêt sur requête. Arrêt par forclusion. Arrêt solennel. Arrêt des Chambres assemblées. Arrêt de mort. Arrêt de renvoi. Poursuivre un arrêt. Prononcer un arrêt. Rendre un arrêt. Lever un arrêt. Casser un arrêt. Se pourvoir contre un arrêt. En cassation d'arrêt. Exécuter un arrêt. En exécution de l'arrêt. Un recueil d'arrêts.

Il se dit figurément des Jugements de Dieu, des décisions des hommes qui ont ou croient avoir quelque autorité. Les arrêts de Dieu. Les arrêts du destin, de la Providence. J'attends de vous mon arrêt. Je n'appellerai point de votre arrêt. Il faut se défier quelquefois des arrêts de ce critique.

Maison d'arrêt, Prison, lieu de détention pour les prévenus. Maison d'arrêt militaire. Le corps de garde de la maison d'arrêt.

Il signifie encore Saisie, soit de la personne, soit des biens. On a fait arrêt sur sa personne et sur ses biens. Il a fait arrêt sur de l'argent qui revient à son débiteur. Faire saisie et arrêt entre les mains de quelqu'un. En parlant d'une Saisie d'argent faite entre les mains d'un tiers, on ne dit plus que SAISIE-ARRÊT ou OPPOSITION.

ARRÊTS, au pluriel, se dit, en termes de Discipline militaire, de la Défense qui est faite à un officier de sortir de chez lui, ou de s'éloigner d'un lieu déterminé. On l'a mis aux arrêts. Il est aux arrêts dans sa chambre. Il sera puni pour n'avoir pas gardé ses arrêts, pour avoir rompu les arrêts. On a levé les arrêts, il peut sortir.

Arrêts forcés ou de rigueur, Défense absolue de sortir. Arrêts simples, Défense de sortir aux heures où l'on n'est pas de service.

ARRÊT, en termes de Manège, se dit de l'Action du cheval, quand il s'arrête. Ce cheval a l'arrêt bon, mauvais, l'arrêt sûr et léger. Il est ferme sur l'arrêt.

Il se dit aussi de l'Action de la main pour arrêter le cheval. Temps d'arrêt, demi-arrêt, Action de la main pour ralentir le mouvement sans le faire cesser. Former ou faire des arrêts, des temps d'arrêt, des demi-arrêts.

En termes de Chasse, il se dit de l'Action du chien couchant, lorsqu'il arrête le gibier. Ce chien est à l'arrêt. Il est en arrêt. Il a fait un bel arrêt. Tenir le gibier en arrêt, Être en arrêt devant le gibier. Chien d'arrêt.

Fig., Être en arrêt, Avoir l'attention éveillée. Il est en arrêt devant toutes les nouveautés.

Il désignait autrefois la Pièce du harnais où un chevalier appuyait et arrêtait sa lance. Mettre la lance en arrêt.

Cran d'arrêt, de sûreté. Voyez CRAN.

Il se dit également d'une Petite pièce qui empêche que le mouvement d'une horloge n'aille trop vite. L'arrêt d'une horloge.

En termes de Couture et de Lingerie, il se dit de Tout ce qu'on met à l'extrémité des ouvertures, pour empêcher que le linge ou l'étoffe ne se déchire. On a oublié de faire un arrêt à l'ouverture de cette chemise.

arrêt


ARRêT, s. m. [ou ÂRêT, r forte, 2e lon. le t ne se prononce pas: 2e ê ouvert.] 1e Jugement d'une Cour Souveraine, dont il n'y a point d'apel. On ne peut se pourvoir contre qu'en cassation, ou en révision, ou par Requête civile. — Quand on parle indéfiniment, on dit l'Ârêt du criminel au singulier, et les Ârêts du Parlement au pluriel. Dans le 1er ce mot a un sens passif; l'Ârêt du criminel est celui qu'il essuye, et par lequel il est condamné; les Ârêts du Parlement sont des Jugemens que ce Tribunal prononce, et qui condamnent les coupables. — Dans le Mercûre on critique ces vers d'une Traduction des Métamorphôses d'Ovide.
   Le glaive de Thémis sur l'airain redoutable.
   Ne gravoit point encor les arrêts du coupable.
Si l'Auteur n'avoit point été gêné par la rime, dit le Rédacteur, il auroit dit les Arrêts des coupables: et alors arrêts au pl. aurait été bien, car il n'est pas question ici d'un seul Arrêt, ni d'un seul coupable.
   ARRêT se dit au figuré des jugemens et des décisions, que les particuliers mêmes prononcent sur les diverses chôses qui se présentent. "Évitez ces esprits décisifs, qui veulent prononcer des ârêts définitifs sur toutes chôses. — Il se prend aussi pour la résolution qu'on a prîse.
   Non, ne révoquons point l'arrêt de mon courroux;
   Qu'il périsse! aussi bien il ne vit plus pour nous.
       Rac.
Saisie, soit de la persone, soit des biens. Faire ârêt sur.... Mettre en ârêt. = 3° Action du cheval quand il s'arrête, et du chien lorsqu'il arrête le gibier. = 4° On dit d'un coureur, d'un insconstant, d'un esprit volage, qu'il n'a point d'ârêt, qu'il est sans ârêt: et là ârêt signifie, ou repos, ou solidité de caractère.
   Mais l'homme sans arrêt, dans sa course insensée,
   Ne fait que voltiger de pensée en pensée.
   Tenir en ârêt, arrêter. "L'imbécilité de Henri tenoit en suspens, et pour ainsi dire, en arrêt les factions vis-à-vis l'une de l'autre. Hist. d'Angl.

Synonymes et Contraires

arrêt

nom masculin arrêt
2.  Endroit où s'arrête un véhicule.
escale, station, terminus -littéraire: halte.
3.  Décision d'une juridiction.
Traductions

arrêt

Stillstand, Absturz, Haltstop, decision, judgement, halt, ruling, standstill, arrest, catch, decree, stand, stoppage, break, offstilstand, arrest, halte, pal, arrestatie, hechtenis, onderbreking, vonnis, staking, stop, eindeגזר דין (ז), גמר דין (ז), דום (ז), הדממה (נ), היפסקות (נ), הכרעה (נ), הפסק (ז), הפסקה (נ), חדילה (נ), מעצור בכלי נשק (ז), עמידה במקום (נ), עצירה (נ), פסק (ז), גְּזַר דִּין, הֶפְסֵק, הַפְסָקָה, חֲדִילָה, עֲצִירָה, פְּסָקhalto, juĝa decidosentencia, detención, paradamegállássosta, decreto, deliberazione, fermata, alt, fermaparada, paragemπαύση, στάσηتَوَقُّفَzastavenístoploppustanica中止멈춤stoppprzerwaостановкаuppehållการหยุดdurdurmasự dừng lại停止 (aʀɛ)
nom masculin
1. état de ce qui ne bouge pas voiture à l'arrêt
2. fait de ne plus faire qqch, de s'interrompre faire un arrêt du cœur arrêt de travail
3. tout le temps, sans interruption parler sans arrêt
4. lieu où s'arrête un bus ou un train descendre au prochain arrêt

arrêt

[aʀɛ]
nm
[activité, processus] → stopping
sans arrêt → non-stop
Elle travaille sans arrêt → She works non-stop. (= fréquemment) → continually
Ils se disputent sans arrêt → They quarrel continually.
[véhicule] → stop, stopping
être à l'arrêt → to have come to a halt, to be stopped
"Lausanne, deux minutes d'arrêt" → "Lausanne, two minutes stop"
"Sans arrêt jusqu'à Dijon" → "Next stop Dijon"
avant l'arrêt complet de l'appareil → before the aircraft has come to a complete standstill
rester en arrêt devant, tomber en arrêt devant → to stop short in front of
[bus] → stop
arrêt d'autobus → bus stop
arrêt facultatif → request stop
(DROIT)judgment, decision
(FOOTBALL)save arrêts
nmpl (MILITAIRE)arrest sg
mettre aux arrêts → to put under arrest
arrêts de rigueur → close arrest
arrêt cardiaque nmcardiac arrest
arrêt de mort nmcapital sentence
signer l'arrêt de mort de qch (fig) → to sign sth's death warrant, to spell the death of sth
signer son arrêt de mort (fig) → to sign one's own death warrant
arrêt de travail nmstoppage (of work)