arrher

ARRHER

(a-rré) v. a.
Donner des arrhes pour s'assurer d'un achat, d'une location, etc.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Pour lequel il erra un petit logis [D'AUB., Faen. III, 19]

ÉTYMOLOGIE

  • Arrhes ; Berry, airrher. Errher a été autrefois de bon usage.
    Il les errhe et s'en assure pour une autre fois [BALZ., Disc. à la Régente]

arrher

ARRHER. v. a. S'assurer d'un achat ou d'une location en donnant des arrhes. Arrher des marchandises.

arrher


ARRHER, v. a. ARRHES, s. f. pl. [Âré, âre, r forte, 1re lon. 2e.~ é fer. au 1er, e muet au 2d.] Les arrhes sont l'argent qu'on done pour assurance de l'exécution d'un marché. Donner, prendre des arrhes. "Il a pris des arrhes, le marché est conclu. — Arrher, c'est donc s'assurer de quelque chôse en donant des arrhes.
   Suivant Richelet, arrhes ne se dit qu'au figuré; au propre, on dit erres; mais celui-ci n'est plus en usage; et l'autre se dit au propre, et il est un peu vieux au figuré.