arrivé, ée

ARRIVÉ, ÉE

(a-ri-vé, vée) part. passé.
Qui a pris terre. Arrivé au port.
Venu dans un lieu par eau, par voiture, à cheval, etc. Arrivé en diligence.
Venu, en général. Arrivé en Afrique. Vous êtes bien aise de le voir arrivé. À peine arrivé. On croyait le printemps arrivé.
Nous nous vîmes trois mille en arrivant au port.... J'en cache les deux tiers aussitôt qu'arrivés Dans le fond des vaisseaux qui lors furent trouvés [CORN., Cid, IV, 3]
Son heure est arrivée, il va mourir.
Fig. Qui a eu lieu. La mort de votre père arrivée pendant votre absence.
L'histoire de Tobie arrivée en ce même temps [BOSSUET, Hist. II, 4]

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    ARRIVÉ.
    Ajoutez :
  • Fig. Un homme arrivé, un homme qui est parvenu à la fortune, à la réputation, à un bon emploi.
    Trente ans plus tard, arrivé, glorieux, académicien, sénateur, ce sera toujours le même Sainte-Beuve [A. CLAVEAU, Journ. offic. 1er avr. 1875, p. 2398, 2e col.]
  • Ajoutez : Croire que c'est arrivé, s'imaginer si fortement une chose qu'on se persuade qu'elle a eu effectivement lieu.
    Ce qui faisait la force de Bouchardy, c'était son sérieux profond, sa conviction inébranlable ; il croyait que c'était arrivé, pour nous servir de la formule moderne [TH. GAUTIER, Journ. offic. feuilleton, 6 et 7 juin 1870]
    Terme de turf. L'arrivé, l'instant où le cheval vainqueur atteint le poteau gagnant.