ars

ARS

(ar ou, suivant quelques-uns, ars') s. m.
En termes de vétérinaire, le pli qui se remarque à la réunion de la poitrine et du membre antérieur du cheval, endroit ou l'on pratique quelquefois la saignée.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Leurs chevaulx furent en l'eau jusques es ars ; lors se mettent à nager [, Percef. t. I, f° 51]
    Estoyent leurs chevaulx tous espaullés, à cause qu'ilz avoient hurté au puis, des arcs de devant [, ib. t. VII, f° 19]
    Les deux chevaulx avoient chascun une lance qui leur avoit esté fichée es ars ; et leur sortoient hors l'arçon de devant la selle [, ib. t. III, f° 2]
    Attaindirent son cheval es arcs de devant, de telle puissance que le dit cheval monstra bien comment il estoit attaint au cueur ; car il cheut tantost à la terre mort [, ib. t. VI, f° 19]
  • XVIe s.
    Il faut seigner le chien des deux venes qui viennent par le dedans des espaules des jambes de devant qu'on appelle pour les chevaux les arcs [DU FOUILLOUX, Vén. f° 80]
    À chacune sorte de galle il est nécessaire de seigner le chien des deux jarrets du derriere des veines qui sont au dedans et des arcs [CHARLES IX, De la chasse, p. 82]

ÉTYMOLOGIE

  • Arc, par comparaison des deux membres de devant du cheval avec un arc, une arcade. L'Académie a donc eu tort de définir ars les membres du cheval, et de donner en exemple : saigner un cheval aux quatre ars ; ars ne se disant que des membres de devant.

ars

ARS. n. m. pl. T. d'Art vétérinaire. Pli formé par la réunion des membres antérieurs et du poitrail du cheval. Il ne se dit guère que dans ces phrases : Saigner un cheval aux ars. Un cheval frayé aux ars, Qui a une inflammation, des gerçures aux ars.

ars

Ars, m. En singulier est particip. qui est fait du verbe Ardre ou ardoir, et est pur Latin de Arsus, par apocope, et signifie bruslé, comme, Le palais est tout Ars, Palatium igne absumptum est. Et en pluriel, les Ars signifie les espaules d'une beste chevaline, Armi. Ainsi dit-on, Il a saigné le cheval des Ars, Ex armis sanguinem equo eduxit, et pourroit-on dire qu'en cette signification, Il vient dudit pluriel Latin Armi, que le François prend aussi en pluriel, avec sa lettre caracteristique d'iceluy nombre qui est, S. Ars aussi est verbe, venant du Latin Ardeo, et est la seconde personne du present de l'indicatif, qui est actif, comme, Tu ars ma robbe, tu brusles ma robbe. Et de signification passive, comme, Je ars d'amour, Amore ardeo.

Arse, f. penac. Bruslée, Quae igne conflagrauit, Combusta.