assiette

(Mot repris de assiettes)

assiette

n.f. [ du lat. assidere, être assis ]
1. Pièce de vaisselle, individuelle, à fond plat et à bord incliné, servant à contenir les aliments ; son contenu : Une assiette creuse, plate, à dessert. Reprendre une assiette de gratin assiettée
2. Manière d'être assis à cheval : Cavalière qui a une bonne assiette équilibre
3. Stabilité d'une chose posée sur une autre : Vérifier l'assiette du linteau d'une porte assise
4. Dans la langue juridique, base de calcul d'une cotisation, d'un impôt.
Assiette anglaise,
assortiment de viandes froides.
Assiette profonde,
en Belgique, assiette creuse.
Ne pas être dans son assiette,
Fam. ne pas se sentir bien, ne pas être dans son état normal.

ASSIETTE

(a-siè-t') s. f.
Manière de se poser, d'être posé. Ce malade ne peut se tenir longtemps dans la même assiette. Déranger quelqu'un de son assiette. L'assiette d'une poutre.
Les jambes trop courtes, point d'assiette de pied [BUFFON, l'Unau.]
Par analogie.
Les hommes errants dans les bois ayant pris une assiette plus fixe [J. J. ROUSS., Orig. 2]
Terme de manége. Perdre son assiette, n'être pas solide sur la selle. Donner l'assiette, bien placer sur la selle. Un bon cavalier ne perd jamais son assiette. L'assiette d'un navire, la situation la plus favorable à la navigation.
Position topographique d'une maison, d'une ville, etc. Assiette d'un lieu. Cette ville a une assiette favorable. Choisir l'assiette du camp.
De grandes plaines où il y a peu de lieux forts d'assiette [MONTESQ., Esp. XVIII, 13]
L'assiette en est heureuse et l'accès difficile [CORN., Agés. III, 1]
Le général n'avait pas la première notion de l'assiette ni de la disposition d'un fourrage [SAINT-SIMON, 158, 68]
L'assiette d'un impôt, sa répartition. L'assiette d'une rente, le fond sur lequel elle est établie. Assiette de terre, indique, dans les anciens titres, l'engagement d'un immeuble ou la translation de sa propriété. En termes d'eaux et forêts, faire l'assiette des ventes, marquer aux marchands les bois dont ils ont accepté la coupe.
Fig. État, disposition de l'esprit. Garder son assiette. Quand l'esprit est dans son assiette. Faire sortir l'âme de son assiette.
Et je veux bien périr comme vous l'ordonnez, Et dans la même assiette où vous me retenez [CORN., Cinna, IV, 4]
Une atteinte secrète Ne laisse pas mon âme en une bonne assiette [MOL., le Dép. I, 1]
Si votre esprit demeure dans la même assiette [BOSSUET, Lett. 30]
Les hommes commencent par l'amour, finissent par l'ambition, et ne se trouvent dans une assiette plus tranquille que lorsqu'ils meurent [LA BRUY., 4]
Mlle Caminski est vive, violente même, la contredisant sans ménagement, et ne la tirant jamais de son assiette tranquille [DIDER., Sur la princ. d'Ashkow.]
Nous brûlons du désir de trouver une assiette ferme [PASC., Dispr. 2]
Garde au sein du tumulte une assiette tranquille [BOILEAU, Lutrin, I]
Jamais un de ces moments de vivacité qui ait pu marquer que sa grande âme était sortie de son assiette [MASS., Conti.]
Il n'est pas besoin d'un grand art pour faire sortir les meilleurs esprits de leur assiette [VAUVENARGUES, Max. CCLXVIII]
Laissant emporter son esprit, qui manque peut-être un peu d'assiette, au plaisir rapide de la surprise [ID., Alcippe.]
Vaisselle large et plate sur laquelle on mange.
Je vous trouve aujourd'hui l'âme tout inquiète, Et les morceaux entiers restent sur votre assiette [BOILEAU, Sat. III]
Un gourmand dans son assiette Fond le bien de ses aïeux [BÉRANG., H. rangé.]
Les assiettes des conviés seront creuses, afin que l'on puisse se présenter du potage et s'en servir à soi-même, sans prendre cuillerée à cuillerée dans le plat [NICOLAS DE BONNEFONS, Délices de la Campagne, p. 25, 5e édit. 1673]
Assiettes volantes, certaines assiettes creuses que l'on sert entre les plats et où l'on met des entrées. Assiettes blanches, assiettes nettes qu'on donne en relevant celles qui ont servi. Par extension, une assiette de potage, la quantité de potage qu'une assiette peut contenir.
Jacob force son frère de lui céder son droit d'aînesse pour une assiette de lentilles [VOLT., Phil. II, 47]
Familièrement. Piquer l'assiette, manger habituellement chez les autres. Piqueur d'assiette et plus souvent pique-assiette, parasite. Son assiette dîne pour lui, se dit de celui qui manque de venir à une table d'hôte et qui ne laisse pas de payer son dîner.
Technologie.Terme de doreur sur tranche. Composition qu'on met sur la tranche d'un livre avant que de la dorer. Cuve préparée et remplie des ingrédients nécessaires pour la teinture. Tout ce qui dans une horloge supporte une pièce quelconque.
Terme de paveur. Pavé mis au sens où il doit être sur le sable. Une assiette de pavés en plein sable.
Autrefois, assiette à mouchettes, pièce qui était ordinairement d'orfévrerie ou d'étain, qui était faite en forme d'assiette, autour de laquelle il y avait des rayons avec un manche au bout, et sur laquelle on posait les mouchettes. On dit aujourd'hui porte-mouchettes.
En termes de chasse, assiette de fer, sorte de piége.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Noz veismes debat que Pierres requeroit à Jehan qu'il li asseist dix livrées de terre, les queles il li devoit asseir de son heritage, il avoit [il y avait] cinq ans qu'il li dut fere cele assiete [d'une rente] [BEAUMANOIR, IX, 7]
    Il avient à le [la] fois que cil qui font assiete por cous [coûts] de quemins ou d'eglise ou d'aucun commun porfit et sont aus [eux] meïsmes de l'assiete, se mettent à mains [moins] en lor persone que les autres [ID., XXV, 16]
  • XIVe s.
    Pour ce que la cité estoit moult fort de murs et de asiete.... [BERCHEURE, f° 11, verso]
    Deux maistres d'hostel pour faire lever [laver] et ordener l'assiette des personnes [leurs places] [, Ménagier, II, 4]
    Prenez de la rouelle de la cuisse, et convient mettre avec, près d'autant de gresse de beuf ; et de ce fait l'en six bons pastés d'assiette [, ib. II, 5]
    L'ordonnance pour les nopces Hautecourt, pour vingt escuelles [couverts], ou [au] mois de septembre : assiette, roisins et pesches ou petis pastés, potages.... [, ib. II, 4]
    Premier mets et assiette : pommes cuites.... [, ib.]
    Premier mets et assiette.... second mets.... tierce assiette.... quarte assiette [, ib.]
    (assiette signifie ici ce que nous nommons service).
    Et fut l'assiette de la table telle que je vous dirai [FROISS., III, IV, 62]
    Si assemblerent à la jouste les deux chevaliers : mais sans ce que j'alonge plus ma matiere, pour deviser l'assiette des coups d'un chacun [, Bouciq. I, ch. 13]
    Comme l'assiette de Champaigne et Brye leur estoit propice à tous deux, et que si le roy d'avanture le vouloit fouller du jour au lendemain, il pouvoit avoir le secours de Bourgongne [COMM., II, 15]
    Une assiette très forte [celle de Picquegny] [ID., III, 3]
    Toutefois ne demoura pas qu'elle ne se mist en ses devoirs pour l'oster hors de cette melancolie, et pour assiette, en lieu de cresson [fig. par allusion au cresson sur lequel on pose le rôti], elle lui dit [LOUIS XI, Nouv. XXXIII]
  • XVIe s.
    Le premier qui y mena un cheval leur feit tant d'horreur en cette assiette, qu'ils.... [MONT., I, 237]
    Le privilege de quelque assiette particuliere aux assemblées publiques [ID., II, 63]
    En assiette de terre, corvée ou peine de vilain n'est pour rien comptée [LOYSEL, 919]
    Ville bastie en une assiette bien forte [AMYOT, Solon, 55]
    Il feist ceste taxe et assiette de taille non seulement justement.... [ID., Arist. 58]
    Sa très belle assiete à cheval [CARL., I, 46]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. assieta, assiette des taxes. Mot de difficile discussion. Il y a dans l'ancien français un mot siet, qui signifie fixé :
    un jour c'on i a siet [TAILLIAR, Recueil, p. 213]
    Siet vient du latin situs, situé (voy. SITE). De siet s'est formé, par assiet, mot fictif ou du moins qu'on ne trouve pas, le substantif assiette. Cela posé, il y a plusieurs autres formes à débrouiller. Sentar, provençal, catalan, espagnol et portugais, qui signifie être assis, est formé de situs, par l'intercalation de la nasale ; de sentar dérivent assentar en catalan et en portugais, asentar en espagnol. Le provençal assetar, asetar, dérive de ad et de situs. Le provençal assetiar, assitiar, asetiar, le catalan assetjar, assitiar, dérivent de ad et encore de situs, mais par l'intermédiaire d'un substantif barbare sitius ou sitium, dont l'espagnol sitio, lieu, porte témoignage. Le provençal assestar, asseoir, placer, et l'italien assestare, arranger, rendre un poids juste, être propre, convenable, sont plus incertains ; cependant il est probable qu'ils viennent d'une confusion de sessum, supin de sedere, et de situs, d'où assestar. Il ne reste plus que l'italien assettare, asseoir, ajuster, suborner, châtrer ; assettato, assis, d'accord ; assettamente, poliment, proprement ; assettatore, qui ajuste, qui pose ; assetto, arrangement ; ici les deux t font difficulté ; aussi Diez tire-t-il assettare de adsectare, dérivé de sectus, coupé ; signification qui va bien à châtrer, et qui peut s'accommoder aussi à celle de mettre en ordre, diviser, conduisant à ordonner ; c'est à ce radical qu'il rattache le français assiette. On a vu plus haut que assiette est étroitement lié par la forme et par le sens à siet ; quant à l'italien qui veut dire à la fois asseoir, ajuster, châtrer, faut-il admettre qu'assetare a été changé, par assimilation, en assettare qui, lui, viendrait de adsectare, comme Diez le dit : d'où alors les sens très divers qu'il a ? On suit sans peine la série des sens d'assiette : situation, puis place que les convives occupent à table, et premier, second, etc. service, enfin plat mis devant chaque convive.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    ASSIETTE. - HIST.
  • XVe s. Ajoutez :
    Car tout premier il vous payera D'assiette [sur-le-champ] de ce qu'il vous doit [, Rec. de farces, etc. p. 150]

assiette

ASSIETTE. n. f. Manière d'être assis ou placé. Bonne assiette. Mauvaise assiette. Assiette contrainte, incommode. Ce malade ne peut trouver une bonne assiette. C'est un homme inquiet qui ne peut demeurer, qui ne peut se tenir dans la même assiette.

Il signifie particulièrement, en termes de Manège, la Situation du cavalier sur la selle. Cet écuyer fait prendre une bonne assiette à ses élèves. Perdre son assiette. Manquer d'assiette.

En termes de Marine, L'assiette d'un navire, La meilleure situation où puisse être un bâtiment sous voiles pour bien naviguer.

Il signifie aussi la Situation d'un corps posé sur un autre, en sorte qu'il soit ferme et stable. L'assiette d'une pierre, d'une poutre. Cela n'est point dans son assiette.

Il se dit également de la Situation d'une maison, d'une ville, d'une forteresse. L'assiette de cette place est avantageuse.

L'assiette d'un camp, L'Établissement d'un camp, par rapport au choix du terrain.

Il s'applique figurément à l'État et à la disposition de l'esprit. Il n'a pas l'esprit dans une bonne assiette. Il est fort inconstant, il n'a jamais l'esprit dans une assiette ferme, dans une égale assiette, dans la même assiette. Il n'est pas aujourd'hui dans son assiette ordinaire, naturelle, ou simplement dans son assiette.

Il se dit aussi par analogie de la Répartition des impôts, des contributions. Faire l'assiette de l'impôt. On disait de même L'assiette des tailles.

En termes de Jurisprudence, L'assiette d'une rente, le Fonds sur lequel une rente est assise, est assignée.

En termes d'Eaux et Forêts, Assiette des ventes, Désignation du canton de bois que l'on destine à être coupé.

Il se dit encore d'une Sorte de vaisselle à fond plat sur laquelle chacun prend ou reçoit les mets. Assiette d'argent. Assiette de vermeil. Assiette d'étain. Assiette de terre, de faïence, de porcelaine. Assiette creuse. Assiette plate. Assiette à soupe. Assiette à dessert. Une douzaine d'assiettes. Une pile d'assiettes. Changer d'assiette. Servez cela sur une assiette.

Par extension, Une assiette de soupe, de fruits, etc., Ce qu'une assiette contient de soupe, de fruits, etc. Une assiette de gâteaux, Une assiette qui contient les gâteaux qu'on doit faire passer aux convives.

Assiettes blanches, Assiettes propres. Donnez- nous des assiettes blanches.

Fig. et fam., Piquer l'assiette, Manger habituellement chez les autres. Piqueur d'assiette ou Pique-assiette, Un parasite.

Fig. et fam., Un casseur d'assiettes, Un tapageur, un fanfaron.

assiette

Assiette, f. penac. Est la situation de quelque chose, Situs. L'assiette d'une ville, chasteau, bastiment: mais en fait d'heritages, signifie l'endroit du finage, ou marge où ils sont assis, comme, Une maison assise en telle ruë. La terre assise au terroir de tel village ou ville, au lieu appelé, etc. Assiette aussi est le plan d'un bastiment. Aussi dit-on asseoir le fondement sur lequel sied l'edifice. Aussi Sedes en Latin signifie demeure à bourdon planté, et possessio a sessione pedum, i. inhaerentia pedum ipsi solo quod incolimus. On dit en-outre Assiette de taille, laquelle est imposée par departement d'icelle sur chacun taillable, Tributi dispertitio. Et asseoir la taille, et Asseeurs de taille, Tributi dispertitores.

Assiette des lieux, Cultus et habitus locorum.

¶ Une assiette ou lit de pierres en une massonnerie, Corium et Cubile.

¶ Une assiette et trenchoir, Quadra, Mensa.

assiette

Assiette, voyez Asseoir.

assiette


ASSIETTE ou ASSIèTE, s. f. [A-ciè-te, 2e è moy. 3e e muet, tout bref.] 1°. Situation, manière d'être assis, couché, placé. "Ce malade ne peut trouver une bone assiette. Il est peu usité en ce sens, et l'on dit plutôt situation. = 2° Situation d'un corps solide, placé sur un autre: l'assiète d'une pierre, d'une poutre. "Cela n'est pas dans son assiette. 3° Situation d'une maison, d'une Ville, d'une forteresse: "Cette place est dans une assiette avantageûse. — 4° Figurément, état et disposition de l'esprit. "Il n'a pas l'esprit dans une bonne assiette. = 5°. Imposition des tâilles. Les Collecteurs ont fait l'assiette des tâilles dans cette Paroisse. = 6° En Jurisprudence; fonds sur lequel une rente est assise, est assignée: "Rente en bone et sûre assiette.
   ASSIèTE, sorte de vaisselle plate, qu'on sert à table, sur laquelle chacun des convives met les viandes qu'il veut manger. Donez une assiète, changez d'assiètes, etc. — Joubert dit: piquer l'assiette, chercher de bons repas chez les autres. L'Acad. dit: piquer les tables; M. Linguet: piquer la table.
   Rem. L'Académie aprouve assiette, et pour le propre et pour le figuré. Le P. Bouhours, au contraire, préfère le mot situation pour le propre, et il dit que même dans le figuré on s'en sert plus communément que du mot assiette. Il est vrai que ce dernier vieillit, excepté dans quelques locutions; mais il est bon de le conserver, ne fût-ce que pour varier les expressions. Nous manquons de synonimes dans la langue; et c'est par là sur-tout qu'elle est pauvre. — On peut donc dire: "Ville agréable par sa situation ou par son assiette; place forte d'assiette, ou par son assiette. "Cette place se trouva si forte d'assiette, qu'il lui fut impossible de la prendre. Rollin. — Et pour le figuré: Son esprit n' est jamais dans une même situation; il n'est pas dans une assiette tranquille. "L'assiette de l'esprit de l'Homme est sujette au changement. La Rochef.
   Mais lui seul immobile
   Garde au sein du combat une assiette tranquille.
       Boileau.
"M. de Voltaire est hors de son assiette; il a perdu cette égalité d'âme, qui est le fruit le plus doux de la Philosophie. L'Ab. Nonotte.

Synonymes et Contraires

assiette

nom féminin assiette
1.  Caractère équilibré.
2.  Base qui assure la stabilité.
Traductions

assiette

Tellerplate, plateful, dishbord, (etens-)bord, basis, grondslagפנכה (נ), צלחת (נ), צַלַּחַתbordplattallerkenteleroplatolautanenpiattotallerken, tallerkenfullpratotallrikπιάτοصَحْنtalířtanjur平皿접시talerzтарелкаจานtabakđĩa盘子База基地 (asjɛt)
nom féminin
plat dans lequel on mange

assiette

[asjɛt] nf
(pour manger)plate; (son contenu)plate, plateful
Il a cassé une assiette → He broke a plate.
Il reprit une assiette de soupe → He had another bowl of soup.
(= équilibre) (d'un cavalier)seat
[impôt, cotisations] → base
(NAVIGATION) [navire] → trim
assiette à dessert nfdessert plate
assiette anglaise nfassorted cold meats
assiette creuse nfdish, soup dish
assiette de l'impôt nfbasis of tax assessment