assoupi, ie

ASSOUPI, IE

(a-sou-pi, pie) part. passé.
Les gardes assoupis dans leur infâme ivresse Laissaient un libre accès à ma main vengeresse [VOLT., Trium. IV, 6]
Le dragon assoupi, la toison emportée [CORN., Médée, III, 3]
L'haleine de la nuit, qui se brise parfois, Répand de loin en loin d'harmonieuses voix, Comme pour attester.... Que le monde assoupi palpite et vit encore [LAMART., Harm. II, 4]
Fig. Sa douleur est assoupie. L'affaire n'est pas tout à fait assoupie.
Il était assoupi dans l'amour du plaisir [BOSSUET, III, Vêture, 2]
Ce qu'il reste à la voile vide Quand le dernier vent qui la ride S'abat sur le flot assoupi [LAMART., ib. III, 9]
Le manteau sous le bras, la façon assoupie [RÉGNIER, Sat. XI]
Les haines publiques et particulières furent assoupies [FLÉCH., Tur.]
Si dans notre querelle à jamais assoupie.... [VOLT., Tancr. I, 2]