assouvir

(Mot repris de assouvirait)

assouvir

v.t. [ du lat. assopire, endormir ]
Litt. Combler, apaiser un besoin, une envie, un sentiment : Assouvir sa soif
étancher ; aiguiser, stimuler : Il peut enfin assouvir sa passion du modélisme

assouvir


Participe passé: assouvi
Gérondif: assouvissant

Indicatif présent
j'assouvis
tu assouvis
il/elle assouvit
nous assouvissons
vous assouvissez
ils/elles assouvissent
Passé simple
j'assouvis
tu assouvis
il/elle assouvit
nous assouvîmes
vous assouvîtes
ils/elles assouvirent
Imparfait
j'assouvissais
tu assouvissais
il/elle assouvissait
nous assouvissions
vous assouvissiez
ils/elles assouvissaient
Futur
j'assouvirai
tu assouviras
il/elle assouvira
nous assouvirons
vous assouvirez
ils/elles assouviront
Conditionnel présent
j'assouvirais
tu assouvirais
il/elle assouvirait
nous assouvirions
vous assouviriez
ils/elles assouviraient
Subjonctif imparfait
j'assouvisse
tu assouvisses
il/elle assouvît
nous assouvissions
vous assouvissiez
ils/elles assouvissent
Subjonctif présent
j'assouvisse
tu assouvisses
il/elle assouvisse
nous assouvissions
vous assouvissiez
ils/elles assouvissent
Impératif
assouvis (tu)
assouvissons (nous)
assouvissez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais assouvi
tu avais assouvi
il/elle avait assouvi
nous avions assouvi
vous aviez assouvi
ils/elles avaient assouvi
Futur antérieur
j'aurai assouvi
tu auras assouvi
il/elle aura assouvi
nous aurons assouvi
vous aurez assouvi
ils/elles auront assouvi
Passé composé
j'ai assouvi
tu as assouvi
il/elle a assouvi
nous avons assouvi
vous avez assouvi
ils/elles ont assouvi
Conditionnel passé
j'aurais assouvi
tu aurais assouvi
il/elle aurait assouvi
nous aurions assouvi
vous auriez assouvi
ils/elles auraient assouvi
Passé antérieur
j'eus assouvi
tu eus assouvi
il/elle eut assouvi
nous eûmes assouvi
vous eûtes assouvi
ils/elles eurent assouvi
Subjonctif passé
j'aie assouvi
tu aies assouvi
il/elle ait assouvi
nous ayons assouvi
vous ayez assouvi
ils/elles aient assouvi
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse assouvi
tu eusses assouvi
il/elle eût assouvi
nous eussions assouvi
vous eussiez assouvi
ils/elles eussent assouvi

ASSOUVIR

(a-sou-vir) , j'assouvis, j'assouvissais, j'assouvis, j'assouvirai, assouvissant v. a.
Rassasier, quand la faim est pressante.
Fig. Satisfaire.
Pour assouvir son avarice [BOSSUET, Hist. II, 5]
Le dragon qu'annonçait sa prophétique voix Vint sur la race humaine assouvir sa vengeance [DELILLE, Parad. perdu, ch. IV]
Enfin les destins désormais Ont assouvi leur haine, ont épuisé leurs traits [VOLT., Tancr. V, 5]
La foi de ses aïeux, ton amour et ta crainte D'actes de piété ne pourront l'assouvir [MALH., II, 1]
S'assouvir, v. réfl. Se rassasier. Un loup s'assouvissant dans une bergerie.
Fig.
Adraste nage dans le sang ; il ne peut s'assouvir de carnage [FÉN., Tél. XVI]
Ses ennemis s'assouvissent de son sang [BOSSUET, Hist. II, 4]
La rigueur de la mort se voulut assouvir [MALH., VI, 20]
J'ai de quoi m'assouvir de cette ambition [CORN., Médée, II, 6]
Laissez-moi m'assouvir dans mon courroux extrême [MOL., Amph. III, 5]
Ils ne peuvent s'assouvir de l'hyperbole [LA BRUY., 1]

REMARQUE

  • On ne peut dire étancher sa faim, étancher emportant l'idée d'un liquide ; mais bien que assouvir se dise plus particulièrement de la faim et des choses solides, cependant, comme il signifie essentiellement rassasier, il peut se dire aussi des choses liquides ; voy. l'exemple de Bossuet.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Jamais mes ieuz [je] ne verrai aseuvis De regarder sa bele face tendre [, Couci, v]
    Il est venus à l'aire [place] où cele [la dame] est qui ses bons Est preste d'asevir [assouvir ses bons, faire sa volonté] [AUDEFR. LE BAST., Romancero, p. 34]
  • XIIIe s.
    Les grands gelées et les grands iaues, par l'empeschement desquelles li talemelier [boulanger] de Paris ne puissent asouvir la ville de Paris [, Liv. des mét. 16]
    Du roi [ils] durent avoir lor vie ; Li rois ne l'a pas assouvie : Or guerroient sa nascion [RUTEB., 104]
    [Tu] N'asouviras pas ton desir [, ib. II, 138]
    Quant le roy ot assouvie la forteresse du bourc de Jaffe [JOINV., 275]
    Et à l'aide de Dieu le livre est assouvi [achevé] en deux parties [ID., 191]
  • XIVe s.
    Le beau soleil, pere de vie, Sa circonference assouvie En passant par un chascun signe [, Nat. à l'alch. err.]
  • XVe s.
    Et se peut et doit-on esmerveiller où pourveances pouvoient estre prises pour assouvir un tel ost [FROISS., II, II, 211]
    Et tout payoient pauvres gens parmi le royaume de France, car les tailles y estoient si grandes pour assouvir ce voyage que les plus riches s'en doloient [ID., II, III, 36]
    Et on ne les pouvoit assouffir [ID., II, III, 99]
    Fors et appers, convoiteux de vouloir Tout assovir et plus que mon povoir [E. DESCH., Erreurs de la jeunesse.]
    Il delibera faire à Dieu sacrifice du corps qu'il lui avoit presté bel et puissant, assouvi [accompli] de taille, autant et plus que personne de sa contrée, excepté que perdu avoit un œil en un assaut [LOUIS XI, Nouv. XVI]
    Beaux compagnons, bien assouvis et adressés de tout ce qu'on doit louer en gentilhomme vertueux [ID., ib. LVIII]
  • XVIe s.
    Cesar, Hector, de vaillance assouvis, Malgré la mort par bon regnom [renom] sont vifz [J. MAROT, V, 288]
    Je fuz nagueres amoureux De dame en beaulté assouvie [ID., V, 332]
    Une heureuse rencontre, qui puisse assouvir nos longs desirs [DES PÉRIERS, Contes, CXXVIII]

ÉTYMOLOGIE

  • Picard, assoufi, assufi, qu'on trouve aussi dans l'ancien français. Diez le tire du gothique ga-sôthian, rassasier, par substitution du v au t, comme dans pouvoir du bas-latin potere ; mais, si cela était, on trouverait, dans l'ancien français, assoïr, comme on trouve pooir. Or, la persistance du v dans assouvir, et même la transformation en f montrent qu'il n'est pas assimilable au v de pouvoir. Littéralement, assouvir représenterait le latin assopire, si le sens le permettait. Remarquons les diverses significations de assouvir dans l'ancien français, rassasier, approvisionner, achever, accomplir, parfaire, et les deux formes assouvir et assufir ou assoufir. On peut croire qu'il y a eu confusion en un seul, de deux verbes, as-sopire, assoupir, d'où rassasier (satisfaire la faim, l'assoupir), et assuficere, suffire, satisfaire, achever, accomplir : cela rendrait compte de tout, sens et forme.

assouvir

ASSOUVIR. v. tr. Rassasier pleinement, délivrer d'une faim vorace. Depuis qu'il est relevé de maladie, on ne saurait l'assouvir. On ne peut assouvir cet enfant. Assouvir sa faim. C'est une faim canine qu'on assouvira difficilement. Que faut-il faire pour assouvir cette voracité? C'est un loup affamé qu'on ne saurait assouvir. On ne peut l'assouvir de pain, l'assoupir de viande.

Il se dit au figuré, en parlant de Certaines passions violentes. Assouvir sa vengeance, sa cruauté, sa rage. Il a un désir de gloire qu'il ne peut assouvir. Son ambition ne saurait être assouvie. Rien ne peut assouvir leur cupidité. Cette avarice ne pourra donc jamais s'assouvir?

assouvir

Assouvir, et contenter aucun, Explere aliquem, Satiare, Exatiare, Satis alicui facere, Aures alicuius implere.

Qu'on ne peut assouvir et contenter, Inexplebilis.

Qu'on ne peut assouvir de boire, Potu inexplebilis.

Assouvir son mal talent et haine, Odium explere.

Je seray assouvy, Animo morem gessero.

assouvir


ASSOUVIR, v. a. [A-sou-vi, tout bref.] Rassasier pleinement. "On ne peut assouvir cet enfant. Il régit quelquefois la prép. de: "On ne peut l'assouvir de pain, de viande: bête féroce, qui ne s'assouvit que de carnage.
   ASSOUVIR est très-élégant au figuré. "Assouvir sa vengeance, sa cruauté, sa rage. Assouvir ses passions, ses apétits brutaux. Il se prend toujours en mauvaise part.
   Assez et trop long-temps, implacables Achilles,
   vos discordes civiles
   De morts ont assouvi les Enfers étonnés.
       Rouss.
Mais se dit-il de la soif? Je ne le crois pas.
  Tous ses plaisirs n'entraînent que dégoûts,
  Aucun d'eux n'assouvit la soif qui le dévore.
       L. Rac.
La métaphôre ne me paraît pas juste. Étancher était le mot propre, mais il n'acomodait pas le Poète. Que ne disait-il: n'assouvit la faim. Celui-ci s'emploie au figuré comme l'autre. Je ne dissimulerai pas qu'on trouve dans Trév. assouvi de vin, de sang. J'ajoute qu'on ne doit pas être si sévère à l'égard des Poètes; mais je dis toujours que le verbe assouvir ne me paraît pas être bien allié avec soif. — L'Acad. ne le dit que du pain, des viandes, etc. — "Les esprits vifs... qu'une vaste imagination emporte hors des règles et de la justesse, ne peuvent s'assouvir de l'hiperbole. La Bruy. Et l'article et le singulier ne me paraissent pas convenables. Je crois qu'il faut dire s'assouvir d' hiperboles. "Cette fureur eut bientôt de nouvelles ocasions de se signaler sans s'assouvir.

Synonymes et Contraires

assouvir

verbe assouvir
Traductions

assouvir

lessen, stillenassuage, appease, satisfyappagare, saziareerfüllen滿足Täytä (asuviʀ)
verbe transitif
1. calmer, contenter assouvir sa faim
2. figuré satisfaire assouvir une vengeance assouvir sa curiosité

assouvir

[asuviʀ] vt → to satisfy, to appease