attache

attache

n.f.
1. Ce qui sert à attacher : Mettre une attache à un cheval bride
2. Partie du corps où est fixé un muscle, un ligament : Elle a des attaches très fines les poignets, les chevilles
Port d'attache,
port où un navire est immatriculé ; fig., lieu où une personne qui se déplace fréquemment revient habituellement.

attaches

n.f. pl.
Relations amicales ou familiales : J'ai toutes mes attaches dans cette ville.

ATTACHE

(a-ta-ch') s. f.
Tout ce qui sert à attacher. L'attache d'un lévrier. Mettre un chien à l'attache. Chien d'attache, chien de cour. Fig.
Philis tient mon cœur à l'attache [MOL., Princesse d'Él. 1er Interm.]
Fig. Être toujours à l'attache, être assujetti par un emploi, des occupations.
Le seigneur d'un château.... Sans nulle attache et sans souci [LA FONT., Fianc.]
Attache de diamants, assemblage de diamants formé de plusieurs parties unies ensemble.
J'admire votre attache ; les diamants en sont fort nets [BARON, l'Homme à bonnes fortunes, II, 5]
Droit d'attache, droit d'attacher ou de fixer à la rive opposée, à travers un cours d'eau, l'extrémité d'une digue ou de tout autre barrage. Taxe que les communes perçoivent sur les moulins à eau, bateaux de blanchisseuses et autres embarcations.
Terme d'anatomie. L'endroit où l'extrémité d'un muscle s'attache. Terme de peinture et de sculpture. L'endroit où un membre est joint à un autre, où un muscle s'attache à un os.
Petit morceau de peau qui sert à attacher la matrice des caractères d'imprimerie au bois de la pièce de dessus le moule. Grosse pièce de bois qui fait le centre des moulins à vent, et autour de laquelle ils peuvent tourner. Lien d'osier pour consolider ensemble le bord et le corps de la pièce. Fil de fer qui attache les morceaux de la faïence cassée. Petits morceaux de plomb fixant les verges de fer dans les panneaux des vitres. Bas d'attache, grand bas de soie qui s'attachait au haut des chausses, et dont on ne se sert plus que dans certains costumes de théâtre. Prendre des chevaux à l'attache, les garder à l'attache moyennant rétribution.
Fig. Tout ce qui captive l'esprit.
Ces grandes attaches qu'il a au péché [BOSSUET, Habit. 1]
On n'aurait plus d'attache aux richesses [ID., Imp. 1]
Le sacrement libérateur [extrême-onction] rompt peu à peu les attaches du fidèle [CHATEAUB., Génie, I, I, 11]
Qu'est-ce qui aurait pu le séparer et le désunir d'avec son sauveur ? quelque attache secrète au monde ? [FLÉCH., Panég. II, p. 409]
Une application et une attache à cette vie présente [ID., Serm. II, 145]
Une des plus grandes preuves de sa piété [de St Thomas] et du peu d'attache et de goût qu'il avait pour les choses de la terre [MASS., St Thomas.]
Pour moi je n'ai pu y prendre d'attache [PASC., Proph. I]
Et cependant cette attache vicieuse [pour les faux honneurs] qui serait capable de souiller les actions les plus saintes si on les rapportait à cette fin, sera capable de justifier les plus criminelles, parce qu'on les rapporte à cette fin [ID., Prov. 14]
Sentiment qui attache.
D'ailleurs pour cet enfant leur attache est visible [RAC., Athal. III, 3]
Plus elle mettra en Dieu seul son attache et sa confiance [BOSSUET, Lett. 33]
Vous aimez cette maîtresse avec attache [ID., Purif. 1]
Et sa puissante attache aux choses éternelles [MOL., Tart. II, 2]
Je n'ai d'attache sur la terre qu'à la seule Église catholique, apostolique et romaine, dans laquelle je veux vivre et mourir [PASC., Prov. 17]
Avoir de l'attache à l'étude, pour l'étude, avoir un goût extrême pour l'étude.
Lettres d'attache, lettres que le roi donnait pour l'exécution des bulles du pape, ou des ordonnances d'un chef d'ordre hors du royaume. Commissions qu'on expédiait soit à la chambre des comptes, soit ailleurs, pour l'exécution de quelque arrêt, de quelque ordonnance. Ordonnance que rendait un gouverneur de province pour faire mettre à exécution les ordres du roi qui lui étaient adressés. Lettres qu'expédiait le connétable, le grand amiral, le colonel général ou le mestre de camp général d'une armée, en vertu des brevets ou commissions accordés par le roi aux officiers qui devaient servir sous eux. Ces lettres étaient ainsi nommées parce qu'on les attachait aux pièces.
Fig. Consentement, agrément.
Ils s'imaginent que, parce qu'ils ne demandent maintenant qu'une simple attache, la plus douce du monde, le parlement se prendra à ce piége [PASC., Prov. 19]
Le public ne doit trouver ni mauvais, ni étrange que nous demandions l'attache des théologiens [D'ALEMB., Académie franç.]
Dignités, charges, postes, bénéfices, pensions, honneurs, tout leur convient [aux hypocrites] et ne convient qu'à eux ; ils ne comprennent pas que sans leur attache on ait l'impudence de les espérer [LA BRUY., 16]

SYNONYME

  • ATTACHE, ATTACHEMENT. Sans parler de ce que attache s'emploie au propre, et que attachement ne s'emploie qu'au figuré, on voit que l'usage a introduit cette différence, que attache exprime toute espèce de lien qui astreint, toute espèce d'intérêt qui captive ; tandis que attachement exprime un goût, une affection. On a de l'attache au jeu, et non de l'attachement. Et quand Racine dit que Joad et Josabeth ont de l'attache pour l'enfant qui est dans le temple, il veut dire non précisément qu'ils l'aiment, mais qu'ils tiennent à lui par un motif quelconque.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    À trancher les ataches à quoi tient tes mantiaus [, Renart et Vairon]
    Et dessus la crespine [il] attache Une moult precieuse atache, Et par dessus la crespinete Une corone d'or greslete [, la Rose, 21224]
  • XIVe s.
    Le suppliant prit un baston ou attache [échalas] de vigne duquel il frapa icelluy prestre [DU CANGE, atacheia.]
  • XVIe s.
    Il faisoit couvrir des hommes de peau d'ours et de sangliers, et puis lascher des levriers d'attache sur eulx, qui les deschiroient en pieces [AMYOT, Pélop. 53]
    Tout cela bien farci de poudres, avec quelques perthuis pour faire tomber des mesches quand elles auroient bruslé l'estache du fillet [D'AUB., Hist. II, 481]
    Appendix ou attache aux deux premiers tomes [ID., ib. 485]
    Qu'il y vouloit luy-mesme apposer son attache pour le valider davantage, et servir d'approbation d'une acte si nouveau [CARL., VI, 35]

ÉTYMOLOGIE

  • Berry, étache ; picard, attake ; wallon, atèche, épingle ; provenç. attacha (voy. ATTACHER).

attache

ATTACHE. n. f. Ce qui sert à attacher. L'attache d'un chien. Mettre un cheval à l'attache.

En termes d'Anatomie, Attache d'un muscle, Ce qui le fixe à l'os. Avoir les attaches fines se dit des Personnes ou des Animaux chez qui les jointures des membres ne sont pas grosses, sont délicates.

En termes d'Arts, il est très employé pour désigner Ce qui sert à relier deux ou plusieurs pièces d'un ouvrage ou à le fixer. Attache de diamants. Attaches d'une assiette, quand elle a été brisée.

Figurément, il se dit de Ce qui nous unit moralement à quelqu'un ou à quelque chose. L'attache qu'il a pour son pays, pour sa maison.

Au pluriel, ATTACHES se dit particulièrement des Liaisons, des relations qui retiennent quelqu'un. Il avait de grandes attaches à la Cour. Rompra-t-il jamais ses fâcheuses attaches?

En ce sens il s'emploie quelquefois aussi au singulier. Il a une attache dans cette ville.

ATTACHE signifie également Action d'attacher. Chien d'attache, Chien de cour que l'on ne détache que la nuit.

Fig., Il est là comme un chien à l'attache, comme un chien d'attache; Il est toujours à l'attache, se dit d'un Homme dont l'emploi, le travail est fort assujettissant.

Prendre des chevaux à l'attache, Les garder à l'attache moyennant une rétribution, et seulement pour qu'ils soient à couvert pendant quelque temps. On dit de même Prendre tant pour l'attache d'un cheval, ou absolument Prendre tant pour l'attache.

Bas d'attache, Grand bas de soie que l'on attachait autrefois au haut-de-chausses et dont on ne se sert plus maintenant que dans certains costumes de théâtre.

Droit d'attache, Redevance qu'on paie pour amarrer une embarcation à tel ou tel endroit d'une rive.

Port d'attache d'un navire, d'un officier de marine, Port où ce navire, cet officier est immatriculé.

Une lettre d'attache, ou simplement Une attache se disait autrefois d'une Lettre accompagnant, pour les rendre exécutoires, des pièces de chancellerie, des arrêts de Cour, des ordonnances de gouverneur de province.

attaché


ATTACHÉ, ÉE, adj. L'Acad. ne le met pas, même dans le sens d'avâre: c'est un oubli. Il ne se dit absolument et sans régime que dans ce sens. Hors de-là il ne doit être employé qu'avec le v. être, et le datif des noms ou pronoms. On ne doit pas dire: "Il ne croyoit point avoir dans le monde un ami plus ataché et plus solide. Anon. On doit dire, un ami plus solide, et qui lui fut plus ataché.
   Ataché, Avâre, Intéressé, (synon.) Un homme ataché aime l'épargne et fuit la dépense: un homme avâre aime la possession, et ne fait aucun usage de ce qu'il a: un homme intéressé aime le gain, et ne fait rien gratuitement. L'ataché s'abstient de ce qui est cher; l'avâre se prive de ce qui coûte. L'intéressé ne s'arrête guère à ce qui ne produit rien. = Remarquez qu'on dit l'avâre substantivement, mais on ne dit pas l'ataché, ni l'intéressé.

attache


ATTACHE, s. f. ATTACHEMENT, s. m. ou ATACHE, ATACHEMENT. [3e e muet: Atacheman.] Le 1er se dit au propre et au figuré: l'atache d'un lévrier, mettre un chien à l'atache. "Atache (passion) criminelle. Le 2d ne se dit qu'au figuré; avoir de l'atachement à un parti, à ses intérêts, pour une femme, etc.
   Rem. 1°. Atache, Atachement, (synon.) Ces deux mots ne se disent pas indiféremment. On se sert d'ordinaire du second avec raport aux persones: il a beaucoup d' atachement auprès du Prince. "Il a beaucoup d'atachement pour cette femme. Auprès marque l'assiduité, et pour, la passion, la tendresse. Atache a plus de raport aux chôses et signifie souvent aplication; atache au jeu, à l'étude; ou passion; atache aux vanités du monde. — On dit au pluriel ataches ou atachemens assez indiféremment: atachemens de la terre, ataches de la chair et du sang. Bouh. L. T. Il y a seulement d'un de ces deux môts à l'autre des nuances délicates, que le goût seul peut apercevoir. "Origène fut obligé de se justifier de l'atachement qu'il avoit à la lectûre des Philosophes. Le Gendre. Là atache était préférable et pour la propriété du mot et pour la régularité du régime. — L'Acad. met assez indiféremment atache et atachement.
   2°. L'Ab. Girard compâre atachement avec atache et dévouement. "Quoique le mot d'atachement, dit-il, puisse quelquefois être pris en mauvaise part, il est pourtant mieux placé que les deux autres, à l'égard d'une passion honête et modérée: on a de l'atachement à son devoir; on en a pour un ami, pour sa famille, pour une femme d'honeur qu'on estime. Celui d'atache convient mieux, quand il est question d'une passion moins aprouvée, ou poussée à l'excès: on a de l'atache au jeu, on en a pour une maîtresse; quelquefois même pour un petit animal. Le mot de dévoument est d'usage pour marquer une parfaite disposition à obéir en tout: On est dévoué à son Prince, à son maître, à son bienfaiteur, à une Dame qui a acquis sur nous un empire absolu. — Les deux premiers expriment de la sensibilité, de la tendresse; ils entrent souvent dans le langage du coeur. Le dernier marque de la docilité et du respect; il apartient au langage du courtisan. — On dit de l' atachement qu'il est sincère, de l'atache, qu'elle est forte, et du dévoument, qu'il est sans réserve. — L'un nous unit à ce que nous estimons, l'autre nous lie à ce que nous aimons, le troisième enfin nous soumet à la volonté de ceux que nous désirons de servir. GIR. Synon. — On a pu remarquer qu'avec les chôses atache et atachement régissent à, et pour avec les persones. Atache au jeu, atachement à l'étude, au travail, à l'ouvrage; "Il a trop d'atache au travail; l'atachement à la vertu fait le bonheur de la vie. Atache pour une femme, atachement pour un ami. L'Acad. dit atache au jeu, ou pour le jeu.
   3°. Letres d'Atache sont des Lettres de Chancellerie pour faire exécuter, ou des Bulles du Pape, ou quelque Arrêt, quelque Ordonnance. — On le dit figurément et par civilité: Prendre l'atache de quelqu'un, prendre, recevoir ses ordres: "Je ne veux rien faire sans votre atache, sans prendre votre atache. Acad.

Traductions

attache

clamp, clip, anchor, fatener, tab, fastener, brace, fasteningכפיתה (נ), ענידה (נ), כְּפִיתָהaanhechting(splaats), bevestigingsmiddel, klem, lus, nietje, paperclip, speld, touw (ataʃ)
nom féminin
1. objet qui sert à lier l'attache d'un collier
2. liens affectifs

attache

[ataʃ]
nf
(= fixation) → clip, fastener
(fait de fixer) point d'attache [bateau] → mooring
à l'attache [chien] → tied up
(fig) (affective)tie attaches
nfpl (affectives)ties
avoir des attaches avec → to have ties with
avoir des attaches quelque part → to have ties somewhere